un compteur gratuit pour votre site web
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 26 août 2016

Revue de presse... 26 aout 1944

La Gazette Provençale

La gazette Provençale 26 aout 1944 édit 1.jpg

La gazette Provençale 26 aout 1944 édit 2.jpg

mercredi, 10 août 2016

Aviation

10 aout 1938...

Ouverture par la compagnie Air France de la ligne Marseille Hong Kong

Hong Kong trajet édit.jpg

"une des plus remarquable ligne du monde...  dans des conditions de parfait confort... 5 jours seulement !"  titrait la presse de l'époque

Dewoitine 338.jpg

Sur le célèbre et mythique trimoteur Dewoitine 338

hong kong.jpg

jeudi, 28 juillet 2016

28 juillet 1900

"La terrible canicule, destructrice de toute énergie, sévit depuis un mois. Avignon est une vaste étuve où l'air devient irrespirable. Dans de pareilles conditions, le moindre effort devient une fatigue; le seul fait de marcher au soleil pendant 100 mètres prend les proportions d'un exploit digne d'Hercule" Journal l'écho du jour 28 juillet 1900

canicule.jpg

vendredi, 15 juillet 2016

Festival... Il y a de la rebellion dans l'air

tracr 1.jpg

et je ne parle pas des mauvaises herbes qui fleurissent sur les murs

jeudi, 14 juillet 2016

Aux sources du Festival 3/3

 G Philippe 1.jpgC'est au cours du V ème festival en 1951 que Gérard Philippe se joint à l'équipe d'Avignon.

L'expérience acquise avait révélé quels pourraient être les rapports entre une compagnie théâtrale et ses spectateurs... 

 

 

 

 

Comment nouer des liens plus étroits avec le public.

rencontre du verger.jpg

Lieu de détente et de vacances, ville accueillante, Avignon facilitait ces échanges dans un climat de liberté familière.

Les jeunes y venait chaque année plus nombreux, se logeant par des moyens de fortune, campant sur les bords du Rhône. Il parut nécessaire d'organiser un accueil pour permettre à ce public neuf de mieux profiter de son séjour et de le lier à la venue du festival.

Ainsi furent créées, en 1955, les rencontres Internationales de Jeunes.

Mille jeunes de tous les pays sont accueillis chaque année dans les lycées de la ville.

Les activités sont organisées autour de deux thèmes : le théâtre, et la découverte de la Provence.

 En 1958, les rencontres Internationales s'étant révélées insuffisantes pour répondre aux centaines de demandes, en particuliers des jeunes français, on ouvrit dans les écoles communales, un centre de jeunes où sont accueillis des jeunes gens et jeunes filles, âgés de 18 à 30 ans.

festival-d-avignon.jpg

Les 600 lits des centres de jeunes ont été insuffisants en 1966 pour répondre aux demandes.

Encadrés, comme les Rencontres Internationales, par les instructeurs des Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Éducation Active, les jeunes peuvent participer chaque jour à des dialogues avec les comédiens, metteurs en scène, musiciens, critiques.

Depuis le dernier festival, un centre de séjour pour le public adulte, installé à la cité scolaire, est venu s'ajouter aux structures d'accueil du festival. Le prix modique de la pension, l'organisation de nombreuses activités qui viennent compléter les spectacles du soir, permettent au vaste public populaire, dont les exigences dans le domaine culturel vont croissantes chaque année, de passer à Avignon des vacances où se mêlent détente, découverte de la Provence, discussions ; joie d'aller ensemble au théâtre.

verger édit.jpg

Le « festivalier » peut aussi se rendre chaque jour à 17 heures dans le calme verger d'urbain V où lui sont présentés des lectures, des concerts, dialogues, matinées poétiques.

C'est donc une vie culturelle intense qui anime Avignon a partir du 15 juillet ; vie culturelle rendue plus intense encore depuis qu'a l'occasion du XV ème anniversaire du festival des assises nouvelles ont été données à cette grand manifestation artistique et culturelle.

M Béjard.jpg

Le XV ème festival voit pour la première fois depuis 1947, trois troupes présentant chacune deux spectacles, participer au festival qui s'est prolongé jusqu'au 13 août, passant de 17 à 30 représentations .

La danse a fait son entrée au palais des papes avec le cie de Maurice Béjart.

Enfin, un deuxième lieu scénique construit devant le palais des vices légats, a accueilli la troupe du théâtre de l'atelier de Villeurbanne.

 

 C'est un nouveau succès puisque 85000 spectateurs soit une moyenne de 2791 par représentation, y assistèrent tandis que 782 manifestations diverses animaient Avignon tout au long de la journée ;

vilar.jpg"Cette volonté de renouvellement, écrit Jean Vilar,indique nettement, me semble t il, notre désir de lier plus étroitement encore l'avenir de nos manifestations au sein d'une culture qui ne peut être renouvelée, après des siècles, que par l'accès à ses trésors du plus grand nombre. La mission reste la même : faire d’Avignon à l'heure du festival un lieu privilégié du loisir populaire et de la réflexion, le rond point accueillant où théâtre et musique, rencontres, débats publics et familiers offrent un attrait supplémentaire aux charmes de la cité et de ses environs, à la noblesse et à l'histoire merveilleuse de ses monuments" Jean Vilar

* illustrations tirées du web

 

 

mercredi, 13 juillet 2016

L'attente

 

"Un village de Provence est avant tout un groupement humain fait pour attendre...

Aussi, on y attend toujours quelqu'un ou quelque chose, même quand il n'y a aucune raison valable à cet espoir...

attente.jpg

On attend l'orage, on attend le vent, la pluie, la neige, et plus que tout, on attend le merveilleux, ce merveilleux qui n'a ni nom, ni forme imaginable"  Henri Bosco

 

mardi, 12 juillet 2016

Descroutadou

descroutadou 14 bis rue de la croix.jpg

14 bis rue de la Croix

lundi, 11 juillet 2016

Revue de presse... 11 juillet 1940

Le Petit Marseillais

Le petit marseillais 11 07 1940 édit 1.jpg

Le petit marseillais 11 07 1940 édit 2.jpg

Le petit marseillais 11 07 1940 édit 3.jpg

Le petit marseillais 11 07 1940 édit 4.jpg

Le petit marseillais 11 07 1940 édit 5.jpg

Le petit marseillais 11 07 1940 édit 6.jpg

Le petit marseillais 11 07 1940 édit 7.jpg

Le petit marseillais 11 07 1940 édit 8.jpg

 

dimanche, 10 juillet 2016

Un dimanche... Un tableau de Provence

Marie Madeleine Richerenches édit.jpg

Marie Madeleine

anonyme du XVII ème

Église St Denis de Richerenches

samedi, 09 juillet 2016

Aux sources du Festival 2/3

theatre_1935 edit.jpgL'homme n’était pas un inconnu, il œuvrait à Paris au théâtre du vieux Colombier et venait d'être honoré pour sa mise en scène de "meurtre dans la cathédrale" de l'américain, Thomas Stearns Eliot.

 

 

Pourtant le succès est limité, beaucoup d'invités, 2993 spectateurs payants mais la plupart venus par estime, l'affaire n'était pas gagnée et la semaine d'art dramatique de 1947 semblait bien être la première et la dernière.

puaux vilar edit.jpgSi les élites se sont jointes au projet, les avignonnais regardent de travers ce "parigot" investir leur ville avant la rentrée scolaire... les esprits s'échauffent quelque peu... Il faut dire que le citoyen lambda est exclu sinon dédaigné...

Le vauclusien besogneux ne comprend pas, l'ostracisme est de rigueur entre les intellos parisiens et les autochtones à l'accent bien prononcé... Ce divorce se ressentira de longues années et Paul Puaux, devenu directeur du festival s'emportera même contre les tenants du cru en termes de mépris.

Il fallait agir d'abord sur le nerf de la guerre : le prix.

Une place de théâtre était de l’ordre de 800 francs à l'époque où le salaire d'un ouvrier dépassait rarement 1000 francs mensuel!

Le prix des places fut donc fixé à 100, 200 et 300 frs pour élargir le public et permettre aux moins fortunés de s'approcher "de la sainte table"

En 1951, Vilar recrute une figure emblématique : Gérard Philippe, qui venait de s'illustrer dans un film de Claude Autan Lara , "le diable au corps". Le cœur de toutes les petites avignonnaises battent déjà à l'unisson... 

le-diable-au-corps-l-eternite-des-amants-marthe-et-francois-avec-micheline-presle-et-gerard-philipe-figee-par-la-pellicule-1394017958.jpg

La célébrité atteint la petite ville de province, c'est le choc salutaire pour le festival.

Enfin il fallait une véritable troupe qui soit le fer de lance d'un festival digne de ce nom. Jean Vilar prend la direction du TNP alias Théâtre National Populaire et l'associe étroitement à l'entreprise.

Car il s'agit bien d'une entreprise qui est échafaudée, les bases sont enfin solides, l'édifice peut perdurer.

à suivre...

vendredi, 08 juillet 2016

Revue de presse... 8 juillet 1944

Le petit marseillais 08 07 1944 édit 1.jpg

Le petit marseillais 08 07 1944 édit 2.jpg

Le petit marseillais 08 07 1944 édit 3.jpg

Le petit marseillais 08 07 1944 édit 4.jpg

Le Petit Marseillais

jeudi, 07 juillet 2016

Aux sources du Festival 1/3

 "L'essai que va faire Jean Vilar est remarquable par ce qu'il a d'inédit. Cette fois, on ne va pas présenter aux spectateurs des pièces du répertoire pour lesquelles on aura réuni, quelques jours plus tôt, des acteurs ayant joué les pièces cent fois, après avoir rassemblé tant bien que mal une figuration improvisée ? Ce seront des pièces nouvelles, créées pour le public par des acteurs qui les auront, pour lui, étudiées et mises au point" (le dauphiné libéré)

dauphiné.jpg

Nous sommes en septembre 1947, après bien des palabres et des tiraillements, Jean Vilar réunit une troupe de jeunes comédiens pour présenter à Avignon sa "semaine d'art dramatique".

Il s'agit d'expérimenter une nouvelle conception du théâtre, basée jusqu'à présent sur les pièces solides du répertoire, présentées dans une tournée en province avec pour point d'orgue le retour triomphal dans la capitale....

J Villar.jpg

 

clavel.jpg Vilar prend le contre pied de "establishment" il va présenter un auteur inconnu  Maurice Clavel avec La terrasse du midi, auquel il associe deux œuvres jamais jouées en France : Richard III de Shakespeare et l'histoire de Tobie et de Sarah de Paul Claudel.

 

"Essayer après quelques autres, de rendre le théâtre à ses dimensions premières en des lieux où la grandeur naturelles soit le seul décor. C'est exactement le contraire de ce qu'on appelle une tournée" Jean Vilar

 

 

 Le décor vous l'avez compris, ce sera la cour d’honneur du palais des papes auquel sera vite associé le verger Urbain V.

à suivre...