Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 25 avril 2014

Condition des soies... Expo... Le Bon Pasteur

En 1702, Jean Madon de Chateaublanc crée la Maison du Bon Pasteur et des recluses.

L'objectif de cette institution tenue par des religieuses est de "sortir les prostituées du misérable état de péché"...

Couvent du Bon Pasteur.jpg

Les bâtiments et le jardin avant leur destruction

L'établissement, à la fois couvent et maison de redressement, impose aux pénitentes un règlement strict ... prière et travail rythment leur journée.

Le Bon pasteur salle de travail édit.jpg

Discipline et vie de mortification par le travail

Leur spécialité était la broderie comme on peut le voir sur l'image ci dessus et de nombreuses familles avignonnaises passaient commande pour des trousseaux entiers.

La maison du Bon Pasteur était un bâtiment conventuel, sobre, solennel et bien exécuté. Il ne faisait pas l'objet de classement et a été démoli au début des année 80...

Je crois me souvenir qu'il a été bradé pour une bouchée de pain à l'appétit des trusts immobiliers. Le collège de La Salle à proximité qui aurait été intéressé par ces bâtiments n'ayant même pas été informé de la transaction ...

La Bon Pasteur église édit.jpg

L'église : rédemption par la prière...

L'arrière du couvent, coté rue N D des 7 douleurs, nous ramenait au 19 ème siècle, une atmosphère à la Balzac, dans une ruelle étroite bordée de murs... le silence et la paix d'un jardin d'où débordaient les arbres pleins de chants d'oiseaux. Ce sont les riverains qui ont perdu au change....

Pour l'historique, il faut se reporter au Pansier, que nous dit il ?

"La maison des repenties existait depuis le XIII ème siècle et fut complètement réorganisée en 1376 par le pape Grégoire XI qui en changea les règles... elle tomba en complète décadence et dévia même singulièrement de son but primitif puisqu'elle était devenue un couvent où les filles des meilleures familles pouvaient trouver un asile... En 1642 existait une autre maison de filles repenties fondée en 1627 sous le vocable de Sainte Marie l’Égyptienne... mais cette maison n'était qu'un asile où les réfugiées ne passaient que le temps jugé nécessaire pour les ramener dans une voie meilleure. On n'y recevait pas les filles incorrigibles ou condamnées par la justice"

Les commentaires sont fermés.