Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 28 juin 2014

Condition des soies... Sixte Isnard... le domaine de la Triade

François Balthazar Sixte Isnard (1793 - 1845) riche négociant en soie, légua sa fortune à la ville d'Avignon, à la condition qu'elle édifie un hospice de bienfaisance "pour les ouvriers taffetassiers, ouvriers garanciers, négociants ruinés et commis négociants malheureux" sur son domaine de la Triade, juste au sud de la voie ferrée.

L'hospice fut inaugurée en 1854. Réquisitionnée par les allemands pendant la seconde guerre mondiale, il servit au logement de 30 familles sinistrées

Sixte Isnard1 édit.jpg

De l'hospice du 19 ème

Le mandat du maire Daladier, élu en 1953, mit l'accent sur la lutte contre les logements insalubres. Il avait la volonté de construire plus de 2000 logements neufs pour répondre à la crise du logement. C'est dans ce contexte que l'on s’intéressa au terrain de l'hospice de Sixte Isnard, abimé en temps de guerre.

Idéalement situé, son parc représentait une réserve foncière très intéressante.

Sixte Isnard édit.jpg

aux immeubles des années 60 *

Le projet de construction d'environ 300 logements fut confié aux architectes Max Bougouin et Albert Conil.

A la place de l'hospice du parc et du château, trois bâtiments de 15 étages, le Ventoux, le Provençal et le Vauclusien, ainsi qu'un bâtiment de 8 étages, le Mistral et un groupe scolaire furent édifiés de 1956 à 1960.

Pour Max Bourgouin, l'industrialisation des procédés de construction n'impliquait pas automatiquement la standardisation.

Dans toutes ses constructions, il a travaillé la"peau du bâtiment" à l'aide de terre cuite, faïence noire et grise, céramique pour modifier la plastique de la façade.

Petit commentaire personnel :

Pour ceux qui ont connu ces années, ils peuvent se souvenir des commentaires des avignonnais face à ces "grattes ciel", construit par un fou, qui ne tiendraient pas le coup si près des vibrations qui ne manqueraient pas de se produire lors du passage des trains du PLM.... Nous avions tort évidemment !

*NB : En cliquant sur la photo aérienne des immeubles des années 60, on peut voir les bâtiments militaires de ce qu'on appelait le"parc des équipages", dépôt et entretien du matériel militaire en cas de mobilisation.

 

Photos et textes de l'exposition

 

 

Les commentaires sont fermés.