Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 18 juillet 2014

Le Jardin des doms... Le Cosmographe

C'est à l'occasion du Concours Régional Agricole et industriel de l866, que François Ouvière, ingénieur des Ponts et Chaussées, exposa cet instrument de cosmographie place de l‘Horloge. Il était censé vulgariser la science des mouvements de la terre et de l'univers.

Cosmographe édit.jpg

 

En 1867, la municipalité sous l'égide de Paul Poncet en fit l'acquisition pour la somme de cinq cents francs, sous réserve que son inventeur l'installe à ses frais au dessus de la grotte artificielle du Rocher des Doms (délibération municipale du 8 mars l867).

En l870, le nouveau maire, Paul Bourges l'a fait déplacer sur un petit tertre à l'est de la grotte, à l'emplacement de l'actuelle table d'orientation.

 

 

table l'orientation.jpg

La mise en œuvre d'un nouveau réservoir en 1969, sous Henri Duffaut, oblige à la dépose de l'instrument par l‘entreprise Avignonnaise Girard ...il est mis aux oubliettes (à l'instar de la statue du Brave Crillon). Nul ne sait ce qu'il est devenu

 

Ce "cosmographe" du marseillais François Ouviére se composait de deux cercles, un figurant le plan méridien, l'autre le plan de l'équateur. Ces plans perpendiculaires étaient traversés par l'axe des pôles, matérialisé par une tige en acier, axe central du plan du méridien.

Cosmographe d'ouviere édit.jpgCette construction, d'un simplicité enfantine, nécessitait des explications alambiquées pour pouvoir être utilisée.

Des plaques de bronzes sur le socle, que j'ai mainte fois lues, donnaient, parait il, quelques éclaircissements!

Pour ce qui concerne l'axe des pôles, aucun souci pour comprendre l'écart entre le pôle magnétique et l'étoile polaire que l'instrument était censé viser.

Les équinoxes, les solstices et l'écliptique me donnaient du fil à retordre... Mais étais je le seul ? (ci contre une affiche promotionnelle)

 

C'est Flammarion qui fut l'instigateur de la mode de ces instruments, assez injustement appelés « cosmographes », car il s'agissait plutôt d'un modèle épuré et non fonctionnel d'astrolabe.

Pourtant l'Institut de France et de la Sorbonne encouragea la mise en place de ces observatoires populaires, Paris, Londres, Rome, Montpellier, Nîmes, Draguignan, Aix, Nice, Avignon et bien d'autres élevèrent sur leurs places le cosmographe d'0uviére.

Je ne sais pas si ce dernier fit fortune, pourtant il développa cet instrument dans un modèle portatif qui eut un grand succès dans la classe aisée qui se targuait de science.

De nombreux avignonnais (dont je fus) prirent cet instrument pour décors de leurs photographies familiales (je n'ai malheureusement pas retrouvé mes clichés). Nous faisions les « importants » devant un instrument scientifique auquel nous ne comprenions pas grand chose.

 

Les commentaires sont fermés.