Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 07 août 2014

Les tableaux du Roure... 4 Henry de Groux

Henry de Groux photo.jpg


Né à Bruxelles le 15 septembre 1866, il décède dans un hôtel de la Canebière le 12 janvier 1930.

Peintre terrible, Henry de Groux laisse après lui moins une œuvre qu'une ébauche d’œuvre

 

 

 

Pétrarque et RonsardDe Groux Pétrarque et Ronsard édit.jpg

 

 "Son aperception d'un sujet est si mobile que, livré à sa fantaisie, il défaisait, refaisait sans être jamais content. Pour son inquiétude aucun tableau ne sera, ne pourra être fini " Emile Baumann

 

 

 

Il avait découvert le midi en 1913, la luminosité violente du ciel provençal choque ses yeux de peintre habitué aux ciels gris et humides de la Belgique et de l’Île de France. Dans son journal, il note : » La Provence est jusqu'ici le seul pays où j'aie vraiment connu la cruauté d'une fournaise sous peine de perdre la vue, et une promenade dans ces régions incandescentes, surtout aux heures de la matinée, est un vrai supplice. Je m'explique le néant de tout art plastique... »

De Groux l'enfer de dante.jpgL'enfer de Dante

 

Il aimait les génies, mes êtres forts, puissants et hors du commun : Wagner, Beethoven, Dante. A l'instar de ces grands hommes

 

 

 

De Groux le Christ aux outrages.jpgLe Christ aux outrages

 

Œuvre tourmentée, violente, désespérée... tel était l'homme

 

 

 

 

« La misère, cette vieille concubine », comme il l'appelait, ne quitte guère le peintre qui, pour survivre, réalise des portraits, à l'occasion de séjours successifs à Avignon, Aix et Marseille.

Henry de groux portrait de Mme Chamfray édit.jpg L’œil est surpris de découvrir un portrait féminin d'un charme étrange et énigmatique, celui d'une jeune femme aux yeux en amande, donnant l'impression d'une fleur au milieu d'un désert minéral. Portrait de la pianiste Madame de Chamfray * que de Groux connut dans un concert donné par Madame Gabriel Marie à Marseille.

 

La coiffure à la lionne, en réaction contre la coupe à la garçonne qui sévit alors, auréole l'admirable visage et cette masse sombre et bouclée, souligne encore la pureté des traits, l’énigmatique sourire et le regard finement moqueur.

 

* Excusez la reproduction en noir et blanc, je n'ai pas pu m'approcher de l’œuvre...

 

 

Les commentaires sont fermés.