Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 18 octobre 2014

La Barthelasse

Sur la célèbre carte de Cologne de 1572, dite « Civitates Orbis terrarum », un ensemble d’îlots surnagent au milieu du Rhône à la merci des crues et des mouvements d'humeur de notre fleuve comtadin.

Civitates Orbis Terrarum 1.jpg

Ces amas d' alluvions et de bancs de graviers portent les jolis noms de...

St Jean, Contrat, Vanelon, Contrest, Belle Croix, Argenton, Croix du Périgord, Fournier, des lapins, du Moutonet, Arlagayre...

Cependant, le Rhône, du moyen âge jusqu'à la révolution est une frontière naturelle entre les états du Pape et le royaume de France.

L'île de Courtine est possession du Seigneur des Angles

Argenton, possession d'un certain Matheron (est ce celui du portail?) en fait donation en 1196 au chapitre de Notre Dame des Doms donc en terre papale

L'autorité royale du Languedoc annexe les îles par la charte de paréage de 1292 et les attribue à l'abbaye de St André de Villeneuve.

 

La polémique séculaire était née

 

En 1447, un certain, Bartelucius, boulanger d'Avignon, prend à bail emphytéotique l'ensemble des îles pour en tirer la matière première de son industrie en y semant du blé. Son entreprise prospère si bien que les lieux prennent le nom éponyme de Barthelasse.

CharlesIX.jpg

Michel Burlat la vend à Joseph de Fogasses en septembre 1561, vente confirmée par lettre patente de Charles IX en 1566.

En 1598, un procès en contestation de propriété s'ouvre en terre papale...

 

Il faut dire que le Rhône, lieu de passage obligé pour le transit des hommes et des marchandises était convoité pour ses droits de péage comme on va le voir ci après :

 

Une histoire méconnue et peu honorable pour l'architecte Vauban illustrera cette importance des péages.

Les relations entre Louis XIV et la papauté ne furent jamais excellentes. Adepte des frontières naturelles, la royauté lorgnait vers les Alpes et les états pontificaux .

l'insulte des Corses.jpg

 

Plusieurs Papes eurent des rapports houleux et notamment, Alexandre VII qui dut accéder à la demande de Louis XIV de faire acte de repentance à la suite d'une altercation entre l'ambassadeur de Rome et la garde papale, autrement appelée l'insulte des Corses...

un des pages du duc de Crequi avait été tué et des insultes avaient été lancées à l'encontre du roi soleil...

 

 

Alexandre VII.jpg

 Pape Alexandre VII au Roy de France, Louis XIV du nom

 

Très cher fils en Jésus Christ : Salut.

 

"J'ai ressenti en mon coeur un fi grand amertume & un fi sensible déplaisir pour l'attantat qui vient d'eftre commis par quelques soldats Corses, provoqués à cela par des affronts qu'ils avoient reçut des Domestiques de Mr le Duc de Crequi, Ambassadeur de Vôtre Majesté en este Cour, qu'il peine croîrois-je me pouvoir acquiter de mon devoir, ni satisfaire aux sentimens d'amour paternelle que j'ai toujours pour vostre Majesté, si je ne vous en donnois pas continuellement de plus grands témoignages et des marques plus autentiques. C'est pourquoi immédiatement après avoir envoyé au Nonce Apostolique que j'ai prés de vous, divers ordres que je lui ai donnés fur céte affaire ,avec injonction de s'en aquiter comme il faut envers vôtre Majesté, j'ordonnai en même tems à nôtre bien-aimé le Cardinal Chigi, mon Neveu selon la Chair & fils de mon frère, de s'en aller trouver de ma part Monsieur l'Ambassadeur & Madame fa femme, au déplaisir de laquelle j'ai pris le plus de part acause de l’horreur que j'ai concue contre cet accident atroce, pour lui témoigner amplement les excès de douleur que j'en «vois reffentis. Et quoi qu'il n'ait pris pas peu de peine pour se faire introduire en leur hostel et avoir l'honneur de leur parler, ce qu'il se devoit à soi-même, la paffion qu'il avoit pour leur satisfaction, ont esté les seules causes qui l'ont fait paffer outre, et surmonter tous les obstacles qu'il y a rencontrés, afin de faire fiavoir la sincerité de mes sentiment à M. l'Ambassadeur, avec autant d'éclat que faire se pourroit. De sorte que mon Neveu estant allé voir Madame l'Ambassadrice , & n'ayant pas pû lui parler acaufe de quelque indisposition qui ne lui permettait pas de lui donner audiance ;je l'envoyay chés nôtre très-chere fille la Reine de Suède pour la prier de leur porter la même parole à tous deux; mais ils n'ont pas voulu non plut la recevoir de fa bouche, parce qu'ils eut cru que céte Princeffe, qui a toujours fait profeffion d'une étroite amitié avec votre Majesté..."

 

 

colbert 1.jpg

 

L'intriguant Colbert toujours soucieux de renflouer les caisses de l'état voulut s'en prendre aux finances papales en s'appropriant les droits de passage versés sur le Rhône. Le trafic se faisait sur le bras vif, coté Avignon.

 

Vauban 2.jpg

 

Sébastien le Prestre marquis de Vauban proposa de détourner le Rhône...

lui qui arrêtait des armées, élèverait des fortifications contre l'élément aquatique.

 

« À l’égard de l’Église, conserver quant au spirituel tout le respect dû au Saint-Siège mais quant au temporel, supprimer peu à peu tous les revenus ecclésiastiques qu’on peut et doit considérer comme un pur brigandage »Vauban

 

plan de Pierre Aveline.jpg

 

S'appuyant sur le rocher de Saluces près des aboutissants du pont St Bénézet et sur les nombreux îlots encombrant le fleuve au nord de la Barthelasse, Vauban fait construire en urgence des digues fortes à la manières de ses édifications militaires.

« Ce qui résiste aux canons et à la furie humaine, saura faire face aux caprices de la nature... »

Pour sécuriser l'ouvrage des ardeurs avignonnaises, il installe un fortin dans une des dernières piles subsistante du pont et établit un péage. Avec l'eau, la circulation fluviale est détournée ainsi que les profits pécuniaires.

C'était sans compter sur dame nature qui dans ces accès de violence hivernale balaya l'ouvrage et rétablit les droits pontificaux... le pape y vit la main de Dieu... Ni Colbert, ni Vauban ne mirent plus jamais les pieds dans cette partie du royaume, l'ordalie avait été cuisante.

 

anonyme 1680.jpg

Anonyme vers 1680 (collection privée)

Sur cet étonnant tableau se devine la dépression entre l'Arlagayre et la Bathelasse proprement dite.

A sec l'été ... embourbée l'hiver

 

Le gouvernement révolutionnaire de 1793 attribue les îles au Gard lors de la formation des départements... était ce pour récompenser les protestants nîmois qui furent les plus ardents défenseurs de la révolution lors des événements avignonnais ?

 

Guillaume Puy.jpgToujours est il que Guillaume Puy en 1794 demanda la restitution les îles aux avignonnais, ce qui ne fut fait qu'en 1856

 

 

 

L'ancienne Arlagayre autrement dénommée île Piot rejoint le Vaucluse par le comblement d'un bief marécageux devenu un bourbier pour la navigation... l'ile de la Barthelasse telle que nous la connaissons était enfin formée...La volonté des hommes complétant la nature dans cette édification somme toute récente...

 

Les commentaires sont fermés.