Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 02 octobre 2014

Un liame de rasin

Avignon orage.jpg

 

Mis Amour pèr Avignoun

Mes Amours pour Avignon

S'ère na d'Itàli e dins lou tèms que cante,

Se nous avien bandi, tóuti dous emé Dante,

E se Petrarco èro moun noum,

Adessias, cridariéu, la Touscano e Flourènço!

Garde touti mi vers pèr touto la Prouvènço,

E mis amour pèr Avignoun.

 

 

S'ère lou Papo à Roumo, et s'aviéu la cresènço

Que Roumo se fai vièio e toumbo en descacènço,

E que dèvo chanja soun noum,

Coume sus lou Roucas ounte la vesèn sèire,

Bastirièu dins tres jour la gléiso de Sant Pèire

Subre la Roco d'Avignoun.

 

S'ère lou Rose grand que reboumbis sus terro,

Que vai jusqu'à la mar, que la mar n'èi tant fièro,

Après Genevo, après Lioun,

En m'enanant nega, passariéu à touto ouro,

Passariéu tou lou jour, coume un ome que plouro,

Davans la porto d'Avignoun.

 

Si j'étais né en Italie, et dans le temps que je chante,

Si on nous avait bannis, tous les deux avec

Dante,

et si Pétrarque était mon nom, adieu! crierais-je, la Toscane et Florence!

Je garde tous mes vers pour toute la Provence,

et mes amours pour Avignon.

 

Si j'étais le Pape à Rome, et si je croyais

que Rome se fait vieille et tombe en décadence,

et que je doive changer son nom,

comme sur le Rocher où nous la voyons assise, je bâtirais dans trois jours

l'église de Saint-Pierre

sur la Roche d'Avignon.

 

Si j'étais le Rhône majestueux qui rebondit sur terre,

qui va jusqu'à la mer, dont la mer est si fière,

après Genève, après Lyon,

en m'en allant noyer, je passerais à toute heure, je passerais tout le

jour, comme un homme qui pleure,

devant la porte d'Avignon.

 

 

 

 

Alphonse Dumas extrait d'un liame de rasin (une grappe de raisin)

 

 

Les commentaires sont fermés.