Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 15 novembre 2014

Un chantier naval à Avignon 2/5... La maison Ravel... Les hommes

C'est au milieu des feux de la forge, des bruits de marteaux, de rabots et de tours que se développa l’activité des Ravel.

Marius devant l'atelier édit.jpg

Marius Ravel et ses compagnons devant l’atelier de charronnage

(on peut admirer le costume provençal de Mme Ravel, bien loin des stéréotypes actuels)

 

papier à entête Marius Ravel colorisé édit.jpg

 

Trois générations de maîtres de forge avignonnais nous sont connues : François, le grand père, Marius, le père et enfin François le fils

Marius, le père, excellent gymnaste (il organisait des pyramides humaines géantes, spectacles fort prisés des avignonnais à l'heure des premiers balbutiements de la TSF; maitre d'armes, il tirait l’épée comme aucun et savait se faire respecter dans un commerce où il n'y avait pas que des tendres.

 

 

 

Rhône gelé en 1891 édit.jpgIl était connu pour avoir livré, en 1891, un chargement de socs de charrue sur un charreton à bras en traversant à pied le Rhône gelé ...

 

 

 

Marius Ravel à pied d'oeuvre édit.jpg

Marius Ravel à pied d’œuvre

 

 

En plein hiver, de ceux qui trempent les hommes comme on trempe l'acier à la forge, le 28 décembre 1908 naquit un garçon, fils de Marius. Il prit le nom de son grand père, François, comme il était de tradition provençale.

 

L'école, oui, mais le minimum, lire, écrire, compter... les bras, c'était pour la maisonnée. Il apprendra donc le métier sur le tas, son maître fut des meilleurs puisqu'il s'agissait de Marius son père, des décennies de métiers, l'école des réalités .

aire de cerclage des roues arrière cour édit.jpgPour cercler les roues, il était nécessaire de chauffer le fer au rouge pour l'ajuster. Dans l'arrière cour se trouvait l'aire de cerclage (photo ci contre).

Un jour un cerclage brûlant, hors de contrôle, bascula sur la poitrine de François Ravel. Sans perdre son sang froid, il courut au Rhône, le traversa à la nage, revint de même et reprit son travail comme si de rien n'était...

 

Ce caractère mordant ne l'abandonnera jamais, dans ses plus grosses colères, il soulevait la plus pesante des enclumes et la projetait au fond de la cour... L'ire était passée... Sacré bonhomme tout de même!

diplome édit.jpgAvec l' abandon de la locomotion hippomobile et la proximité du fleuve, François s'est reconverti dans la réparation nautique. Autodidacte, sa connaissance du fer et du bois, acquise dans son premier métier de charron, lui fut précieuse.

Ses aïeux œuvraient sur les berges du fleuve, lui, va affronter les eaux tumultueuses.

affiche corrida Bagatelle édit.jpg

 

Outre son métier, François se passionna pour la littérature et la tauromachie. Il revêtit l'habit de lumière et toréa sur l'ile de la Barthelasse, là où se trouve l'actuelle piscine Cassan, nouvellement dénommée "La Palmeraie". Il se produisit également à Arles et à Nimes... Ce ne fut pas sans quelques coups de cornes dont il garda les stigmates toute sa vie !

 

 

Enfant du fleuve, il vous disait la météo de l'amont, à la couleur de ses eaux... alluvions de l'Ardèche, de la Drome, de l'Ouvèze n'avaient pas de secret pour lui... il savait où il faisait orage, où il faisait beau temps...Étonnant car il ne se trompait jamais.

Résistant avec le docteur Pons, celui qui deviendra maire d'Avignon pour une paire d'années, il cacha des juifs et les aida à fuir en leur fabriquant de faux papiers.

laissez passer libération 1 édit.jpg

laissez passer libération 2 édit.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour, deux soldats allemands sont venus frapper à son portail... tout le quartier fut en émoi car on connaissait les activités de François. .. C'était pour ressouder un cadre de vélo, ce qui fut fait à la forge, devant le tas de charbon... qui recelait une cache d'armes ! Grosse frayeur pour une fausse alerte !

avec H Dufaut édit.jpg

 

Conseiller municipal sous Henri Duffaut, pas mal pour un autodidacte... Le voici en photo avec celui qui fut maire d'Avignon de 58 à 89.

Nous n'oublierons pas son épouse, infirmière dévouée, toujours à vélo, portant assistance inlassablement. Bien des anciens doivent s'en souvenir.

 

Avec tous mes remerciements à M H Ravel pour sa précieuse collaboration

Les commentaires sont fermés.