Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 03 janvier 2015

12 Aout 1894... Scandale chez les ouailles

Homélie de l'abbé Dumas, curé de la paroisse de St Pierre, à la grand messe du dimanche 12 août 1894.

 

abbé Dumas.jpg« Aujourd’hui on va inaugurer dans notre ville cinq statues. et, avec plaisir, je m'incline devant elles, parce qu'elles sont élevées à la mémoire de cinq de nos concitoyens qui ont honoré leur pays par des œuvres diverses, qui tous furent des hommes à principes, des hommes de caractère, des hommes profondément religieux et catholiques pratiquants. Deux d'entre eux appartiennent à la paroisse St Pierre et, à ce tire, j'irais volontiers déposer une couronne au pied de leurs statues.

Mais comme prêtre et pasteur, gardien d'office de la morale, je proteste, de toute l'énergie de mon âme indignée, contre l'érection d'une statue d'un autre genre, d'une statue impudique que des mains sacrilèges ont élevées la nuit dernière au chevet de notre église, tout près du sanctuaire, du tabernacle de Dieu de toute pureté, à coté de la Vierge Immaculée.

Et pourquoi ne l''a t-on pas érigée en plein jour ? Parce que l'on avait pas osé mentionner cette érection dans le programme de la fête, parce que celui qui fait le mal craint la lumière et la hait : Qui facit malum odit lucem.

Non une pareille statue ne peut avoir sa place au cœur d'une ville religieuse comme Avignon, qui a pour patronne Notre Dame des Doms. On voudrait peut être en faire une Sodome, une Babylone. Mais non, malgré la franc-maçonnerie, malgré l'enfer déchaîné, elle restera toujours la ville de Marie Immaculée.

Vous le proclamez avec moi, la place de cette ignoble statue n'est point là. Si pourtant on tient à la conserver, qu'on la relègue au centre de ces lieux qu'une malheureuse tolérance réserve à l'impudicité. Là, elle aura sa raison d'être. Et qu'on sache bien que toutes les âmes honnêtes sont indignées d'une exhibition soi-disant artistique, qui n'est autre chose qu'une provocation à la lubricité.

En attendant que la justice de Dieu passe sur ce nouveau monument d'infamie, vous toutes, nos chères enfants de Marie, vous toutes, mères chrétiennes, vous tous, hommes d'honneur, qui conservez le sentiment de la pudeur, vous vous voilerez la face en vous rendant à l'église.

Pour protester contre ce scandale et pour réparer, dans la mesure de notre pouvoir, l’outrage fait à la majesté divine, nous chanterons, ce soir, après les vêpres, devant le saint sacrement exposé, trois fois le Pacem Domine »
podcast

Quelques extraits d’interprétation du Pacem Domine

Vénus aux hirondelle.jpgLa municipalité se rendit finalement aux invectives ecclésiastiques et déplaça la Vénus aux hirondelles (puisqu'il s'agit d'elle) de Félix Charpentier au milieu du plan d'eau du jardin du rocher des Doms, sous la bonne garde des enfants qui n'y virent aucun mal.

Il faut cependant remercier d'une certaine façon cet abbé Dumas, car les exigences guerrières de 39 - 45 eurent raison du bronze de la plupart des chefs d’œuvre statuaires avignonnais. Seule La Vénus resta assez longtemps oubliée pour échapper à la fonte. Quand on s'en rendit compte, elle fut bien déboulonnée, envoyée à la casse à Marseille... mais comme tout à une fin, même les guerres, elle finit chez un brocanteur lyonnais !

 

La ville la racheta et la remit à sa juste place pour le plus grand bonheur de tous. Pauvre abbé Dumas, finalement on lui doit une fière chandelle.

La place Carnot n'y a pourtant pas gagné, elle a hérité d'une affreuse horloge qui ressemble à un piquet de support de caténaire de tramway... ( je vais encore me faire des amis...)

Les lutteurs édit.jpg

 

 Derrière le temple (protestant) Saint Martial, une statue du même Félix Charpentier fut également érigée.. la double nudité masculine n'offusqua personne ! "Les Lutteurs" furent fondus et transformés en canons meurtriers.... les voies du Seigneurs sont décidément impénétrables...

 

Les commentaires sont fermés.