Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 17 avril 2015

la livrée du Cardinal d'Albano

 Hôtel de ville d'Avignon au XV ème siècle :

 Audouin Aubert.jpg

 

En 1446, le Parlement de la cité avait acquis des Bénédictines de Saint-Laurent, pour en faire le siège du pouvoir municipal, la maison et la magnifique tour (que l'on doit à l'architecte Audouin Aubert neveu du pape Innocent VI vers 1355) qui formaient, au XIVe siècle, la livrée du cardinal d'Albano.

 

 

 Avignon_ancien_Hôtel_de_ville_de_1447_à_1845 édit.jpgDepuis 1447, il occupait ce local en vertu d'un bail, et il l'avait fait approprier pour y installer les divers services de l'édilité avignonnaise.

Successivement agrandi par l'adjonction de trois maisons destinées au logement des courriers de ville, et de l'antique chapelle de Saint Théodorite, convertie en arsenal, cet hôtel n'avait rien de monumental ; il était cerné par des constructions d'un aspect disgracieux, et on y arrivait par une rue étroite dite de l'Herbolerie ; C'était un impasse où les marchands verduriers avaient leurs étals (cette rue fut démolie en 1738), qui s'ouvrait à l'ouest du marché central, magnum macellum, actuellement la place de l'Horloge.

Sur la porte d'entrée, on voyait, dans une niche dorée, l'image de Notre-Dame, que Nicolas d'Ypre, de Lyon, venait de peindre d'or et d'azur, pour le prix de 48 florins.

 A la droite du palais, et sur le même plan, s'élevait l'arsenal. C'est de là que sortaient chaque jour les pièces d'artillerie que maîtres Jean Meyre et Huguet, bombardiers, faisaient « pêter » pour les nombreuses festivités.

 Brancas.jpgUne petite cour entourait la tour de Jacquemart dite d'Albano, titre du dernier occupant en 1440, Nicolas de Brancas

Le rez-de-chaussée de cette tour était la prison municipale.

Au premier étage, on avait construit une chapelle où la messe était célébrée chaque jour par un religieux de l'un des quatre ordres mendiants : dominicain, franciscain, carme déchaussé ou Augustin.

Au deuxième étage était le dépôt des archives de la cité.

 

 

L'ancien hôtel d'Albano avait un seul étage.

 Le rez-de-chaussée était divisé en deux salles, dites les salles basses. Elles étaient meublées de bancs de noyer à dossier, recouverts de tapis de drap rouge, ces tapis, ornés de dessins allégoriques, de figures d'hommes ou d'animaux ou d'écussons armoriés, sont nommés banquiers dans les anciens titres brodés aux armes de la ville. C'est là que siégeait le parlement avignonnais.

 La salle haute, ou grande salle, était réservée pour les fêtes et banquets dont la municipalité était alors si prodigue Les murs étaient tendus de tapisseries léguées à la ville par le cardinal de Foix et représentant des chasses et des scènes chevaleresques. Des torchères de bois doré, en forme de bras, s'alignaient tout autour de cette salle, qui était pavée avec des briques vernissées d'Espagne.

 Une autre salle, nommée salle des marchands, suivait celle-ci, du côté de l'abbaye de Saint-Laurent. C'était sans doute la Bourse et le Tribunal de commerce de ce temps-là.

 Dans le XVIe et dans le XVIIe siècles, de grands travaux de reconstruction et d'embellissement furent exécutés dans toutes les parties de l'hôtel de ville.

jacquemart.jpg

 

 

De nos jours, seul le beffroi a échappé à l’œuvre destructrice de nos élus !

 

Les commentaires sont fermés.