Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 13 mars 2015

Marie de médicis 5/6... Les arcs de triomphe

Comme les sept arcs étaient placés, pour ainsi dire, sous le vocable de ces dieux et déesses, il est bon d'indiquer le sujet de chacun d'eux.

Le premier, élevé après le pont-levis de Saint-Lazare, était dédié à Mars ; Hercule, coupant les sept têtes de l'hydre, y figurait les batailles et victoires du roi.

arc 2 Henri IV portant le monde 1.jpg

 

Le second, devant la porte des Carmes, Consacré à Apollon, représentait Hercule soulageant Atlas et portant le monde sur ses épaules, allégorie du roi soutien de son royaume.

 

 

 

Le troisième, auquel présidait Jupiter, était élevé au commencement de la place Saunerie

arc 3Hercule endormant le dragon à la porte du jardin des hespérides.jpg

et montrait Hercule endormant le dragon à la porte du jardin des Hespérides , tel Henri IV s'emparant de la ville de Lyon, une des clefs du royaume.

arc 4 place des enchères 1.jpg

 

Le nom de Minerve était inscrit au fronton du quatrième arc, sur la place des Enchères : Hercule, brûlant dans les flammes sur le mont OEta, y signifiait Henri IV se domptant lui-même et pardonnant à ses ennemis.

 

 

 

Sur la place du Change, le cinquième arc, dédié à Mercure, montrait le héros de la fable vainqueur de Géryon, roi des Espagnes selon la légende : allégorie trop claire pour être expliquée.

Sur le sixième, consacré à Diane et situé sur la place de l'Hôtel-de-Ville, une image naïve représentait Hercule délivrant Prométhée : tel le roi délivrant son royaume de l'hérésie.

Le septième enfin, sur la place du Puits-des-Boeufs, était voué à Vénus

arc 7 la biche de ménélée détail.jpg

Hercule se rendant maître de la biche Ménalée y symbolisait Henri IV triomphant du cœur de Marie de Médicis.

tour place puits des boeufs.jpg

 

Ce dernier arc, au lieu d'être accompagné d'un théâtre comme les précédents, était voisin d'une tour, au sommet de laquelle apparaissaient les personnages de la France, Mariane ou Marie de Médicis, l'Immortalité et le petit Henri, qui devait être le fruit de l'union royale, lesquels personnages récitaient un épithalame.

 

 

 

 

Voici un échantillon de cette poésie, qui promettait pour l'avenir monts et merveilles :

Ce lit et ce mariage

Triomphant Portent asseuré présage

D'un enfant :

 

Enfant qui, semblable au père

En valeur, Apportera à sa mère

Tout bonheur.

 

Avec les troupes françoises

Tu battras Toutes les îles Grégeoises

De ton bras.

 

Traînant tes bandes isnelles

Après toy, Des Pyrénées maternelles

Seras roy.

 

Tu regaigneras d'Afrique

Les cantons Et la sphère Sarmatiquc

Des Polons.

 

Tu banniras d'Europe

Le Turban Et camperas sur la crope

Du Liban.

 

On fit admirer à la reine toute sortes d'interventions singulières comme :

 

le branle des Nymphes, dansé par les Grâces sous la conduite de Vénus,

 

branle des nymphes.jpg

Charles Martel conduisant les glorieux ancêtres d'Henri IV

Le Parnasse élevé sur un calvaire de la rue Carreterie

Le temple de Janus et les représentations scéniques à chaque carrefour

Le cortège mit près de cinq heures pour aller de la porte Saint-Lazare à la métropole !

 

.../... à suivre : dévotion et réjouissances

 

Les commentaires sont fermés.