Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 01 mars 2015

Mignard d'Avignon ... Un dimanche ... un tableau

N Mignard St Véran terrassant la Colobre.jpg

St Véran (VI ème siècle) maitrisant la Colobre

Cathédrale St Véran de cavaillon

 

" Il y avait pour lors en ces quartiers là, un dragon d’une prodigieuse grandeur, lequel désolait tout son voisinage, et rendait la campagne presque inhabitable. Ce monstre avait sa tanière dans une caverne des rochers de Vaucluse, d’où venant à sortir avec impétuosité, lorsqu’on y pensait le moins, il se ruait sur le bétail et sur les hommes qu’il trouvait dans les champs, égorgeant, dévorant tout ce qu’il rencontrait sans qu’il fut possible d’esquiver sa furie, à cause qu’il avait des ailes, et qu’aussi on n’avait pas le loisir de se mettre à l’écart.

Au reste, il était si horrible que sa gueule vue ne donnait guère de terreur que sa cruauté.

Car outre son énorme grosseur, il était tout couvert d’écailles impénétrables à toutes sortes de traits. Son dos bigarré d’une grande multitude de couleurs jetait une lueur effroyable. Ses yeux rouges et étincelants ressemblants à deux soupiraux d’une fournaise ardente, et quand il ouvrait sa gueule pour hurler, on en voyait sortir une haleine fumeuse qui faisait juger de loin qu’il vomissait des flammes.

 Les gens de la région, effrayés demandèrent à Véran de les délivrer de ce monstre. Muni du signe de croix, Véran s’avança dans la caverne, commanda au dragon de sortir et de venir se présenter devant lui. L’animal sortit et vint se coucher aux pieds de Véran. Le Prêtre lui laissa la vie mais l’enchaîna et le traîna jusqu’au pied du Lubéron. Là il lui rendit la liberté à condition qu’il ne revint plus dans la région et qu’il ne fasse plus de mal aux habitants et à leurs bêtes de service. Saignant lors de sa retraite, il laissa tomber des gouttes de sang, d’où la présence en France d’autres villages nommés Saint-Véran, dans les Hautes-Alpes, les Côtes d’Armor, la Nièvre, ou Saint-Véran dans l’Isère, le Rhône, et la Saône-et-Loire."

D'après une chronique de 1665 

 

 

Les commentaires sont fermés.