Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 01 mai 2015

Du temps où l'intra muros était un cité industrieuse : L'exemple du quartier Buffon 5/6

Héritage du moyen age où on ouvrait les volets clos de l'échoppe au rez de chaussée alors que l"industrie" se pratiquait à l'étage.

Pas de délocalisation, tout se fabriquait et se vendait sur place, en circuit court comme on dirait de nos jours.

Activité nourricière, dans laquelle le terme de "maison mère" n'était pas du figuré...

Ce genre "commercial" perdura dans notre intra muros jusqu'après guerre. Quelques exemples concrets mais qui pourraient s'étendre à l'ensemble de la cité.

Aujourd'hui : Artigues, Grasset, Reboul-Fontaine

Artigues.jpg

 

Rue Notre dame des 7 douleurs se trouvait un corroyeur qui fabriquait notamment des sacs en cuir. Il s'agissait de la maison Artigues. Il fut remplacer par un fabriquant de charrue, M Vigne, qui commença son commerce à cet emplacement et s’agrandit en s'établissant place St Lazare.

 

 

grasset.jpgEn lieu et place de cet immeuble à l'architecture hideuse pour un centre historique, au 23 de la rue des 7 douleurs se trouvait l’entrepôt du liquoriste Grasset qui tenait son magasin de détail place Pie.

Devant se trouvait une gentille maisonnette toute fleurie de rosiers grimpants.

Cet entrepôt a fini comme dépôt de droguerie.

blason.jpg

 

Au 5 et 7 rue Notre Dame des 7 douleurs, se trouvait une maison bourgeoise dont il subsiste le blason, placardé de façon anachronique sur la nouvelle façade. Il s'agissait d'une ciergerie.

 

 

 

ciergerie.jpgCe fabricant de bougies était florissant jusqu'à la venue de la fée électricité.

Les descendants, architectes, décidèrent de tout raser pour construire un immeuble de rapport. Ainsi va la nécessité ...

 

 

Les commentaires sont fermés.