Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 17 juillet 2015

Le temple de Diane 1/2

le temple de Diane*

Avignon la romaine était placée sous la double protection d'Hercule et de Diane, leurs temples se trouvaient placés sur les hauteurs de la ville, ce que nous appelons actuellement le rocher des Doms.

Ardoina édit.jpgPourquoi Diane ? La mythologie celte honorait déjà la déesse Ardoina, protectrice de la foret et de sa faune, c'est tout naturellement que la compagne de Silvain, déesse de la chasse, des forêts et des sources fut assimilée au même culte.

Ce temple de Diane surplombait la vallée du Rhône pour que les bateliers placés sous la protection directe de la déesse puissent l'invoquer afin qu’elle protège leur navigation périlleuse sur ce fleuve souvent en furie.

Un chroniqueur ira même jusqu'à interpréter l'évocation de la déesse « Ave Diana » et sa déformation par les peuples barbares en « avinia » pour expliquer la dénomination de notre cité Avignon. Il n'y a certes rien de plus faux....

Plus aucune trace de ce temple pourtant si important, pouvons nous imaginer à quoi il ressemblait ?

Temple rond édit.jpg

 Temple rond avec ses colonnades et sa galerie*

 

Un chroniqueur nous le décrit comme un temple rond, fourni de colonnades. Le bâtiment érigé sur une butte pour montrer son caractère sacré est recouvert de la « testudo » (toit en forme de carapace de tortue), ici à Avignon, toit de tuiles rondes traditionnelles des pays latins.

 

testudo édit.jpg

 Toit en "testudo" *

 

Devant ce temple circulaire se trouve l'autel des sacrifices, élément indispensable aux cultes polythéistes romains. Acte rituel de partage entre la déesse et les hommes, la consommation des offrandes établit le lien et l’harmonie entre le monde céleste et les humains. Le sacrifice apaise la colère des dieux et nous les concilie...

L'entrée du lieu de culte se trouvait abrité sous un porche à colonnades ornementés.

maquette 1 édit.jpg

  Schéma du temple de Diane au rocher des Doms

 

diane imaginaire édit.jpgL’intérieur du temple, accessible aux seuls initiés, prêtres et prêtresses, se désignait sous le nom de Cella, il s'agit de la partie « secrète » celare = cacher.

Dans cette partie se trouvait la statue de la déesse, la « figura » de Diane. Les portes s'entrouvraient à de rares occasions et le public se précipitait en masse pour l'entrapercevoir.

 

La piété populaire ne se manifestait qu'autour du temple sous la colonnade, ce que l'on dénomme la galerie déambulatoire.

Strabon précise que

"les gaulois honorent la divinité en tournant autour vers la droite" d'après Posidonius d'Apamée

dans des « processions » le plus souvent débridées, où aux libations se joignent les offrandes, le plus souvent sonnantes et trébuchantes.

 

 *Iconographie imaginée grâce à des sources internet

 

Les commentaires sont fermés.