Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 04 septembre 2015

Double jeu de faussaires provençaux 1/2

 Une œuvre polémique :

Splendeur de la peinture provençale, le retable dit de Boulbon est un chef d’œuvre dont le musée du Louvre nous a dépossédé pour quelques louis d’or dans les années 1900.

retable de Boulbon édit.jpg

Retable sur bois d'1 m 72 sur 2 m 28, il a été transposé sur toile tant le support était dégradé

 

Contemporain des œuvres d'Enguerrand Quarton a qui il avait été faussement attribué, il pourrait bien être l’œuvre d'un de ses élèves, mais on cite aussi un certain T Hugoniet ou un autre Chugoinet, la controverse n'a jamais été vraiment résolue.

le donateur édit.jpgIl aurait été réalisé en 1450 pour le chapitre de St Agricol.

Nouveau différend sur le donateur, représenté ci contre.

Serait ce le chanoine Jean Armagnac donateur du tableau du couronnement de la Vierge d'Enguerand Quarton, serait ce le cardinal Alain de Coétivy ou le légat Pierre de Foix… rien n'a été définitivement tranché.

 

Vers 1530, il se retrouva mystérieusement dans l'église Saint Marcellin de Boulbon dépendance de ce même chapitre il est vrai.

Transféré dans la sacristie de la nouvelle église St Joseph, il y croupit jusqu'à la détérioration du support, vendu 5000 francs or par la fabrique en 1904 au musée du Louvre (de préférence au musée Calvet qui s'était porté acquéreur mais qui aurait trop « lambiné » dans ses démarches) qui le transférera sur toile pour l'exposer parmi les primitifs.

 

L’œuvre n'est pas une vision de la résurrection. Pas de gardes romains jetés à terre, pas d'effet visuels, ce corps ressuscité mais toujours meurtri n'est pas encore le transfiguré annoncé par les textes.

Œuvre des plus  curieuses s'il en est...

à suivre...

 

Les commentaires sont fermés.