Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 05 décembre 2015

2 Hygiène et eau potable à Avignon... l'empoisonnement du moyen age à nos jours

.../...

Des épidémies terribles éclatèrent. La longue expérience finit par convaincre les habitants que le germe des maladies se prenait à l'eau des puits.

Ils ne manquèrent pas cependant, d'accuser les juifs de les avoir empoisonnés en y jetant une poudre contenant toutes espèces de maléfices.

Il est vrai que des règlements concernant la propreté des rues et des latrines n'étaient pas mis en pratique .

Puits gothique de l'hotel de Fonseca 01 édit.jpgEn dehors des puits et citernes publics qui ont donné des noms à plusieurs rues et places d'Avignon, un grand nombre d'habitants en possédaient dans leurs maisons, souvent en communauté avec leurs voisins, quatre ou cinq propriétaires se partageaient souvent l'usage du point d'eau.

Ces puits, dont la profondeur variait entre quatre ou cinq mètres, ne livraient que de l'eau plus ou moins pure, le plus souvent elle était corrompue par l'affreuse saleté des rues, encombrées de débris de toutes sortes pourrissant dans les caniveaux, où se déversaient les déjections des habitants et l'urine des bestiaux.

 

Coutume était de faire nettoyer à peu de frais les rues la nuit par les porcs...

Les habitants de la bonne ville d'Avignon trouvaient très naturel de voir le groin d'un porc ou le bec d'un canard fouiller dans cette pourriture d'où s'exhalaient des odeurs pestilentielles. Cette coutume débouage porcin fut d'usage courant durant tout le moyen age et même au delà dans toutes les villes d'Europe.

ebouage porcs édit.jpg

Tout ceci se passait sous l'œil indifférent des maîtres de rues, à qui des ordres sévères n'étaient pas donnés. Il est évident que le paysan se serait récrié, si des mesures énergiques avaient été prescrites aux habitants pour le nettoyage complet des caniveaux, car ces mesures leur auraient enlevé l'extrême facilité d'avoir du fumier à bon compte.

miniature moyen age 004 édit.jpg

Malgré les enluminures qui nous livrent par le détail des villes propres, soignées, bien pavées, la rue est la plupart du temps un cloaque sans nom...

miniature moyen age 001 édit.jpg

Peu se souciaient de l'hygiène et des "bonnes manières", cependant nous avions oublié les coutumes romaines où l'aisance était publique, commune et conviviale...  ce qui permettait la construction de système d'égout et donc une plus grande propreté urbaine.

Les miasmes et les maladies furent l'objet de recherches empiriques. Les riverains des cours d'eau comprirent vite qu'il valait mieux boire l'eau du Rhône, de la Durance ou des Sorgues pour se porter mieux.

L'heure microbienne n'était pas encore arrivée, les citadins comprirent malgré tout, que l'utilisation de récipients pour les besoins naturels permettait une meilleure hygiène... Nos anciens n'étaient certes pas des sots

 

à suivre donc...



Les commentaires sont fermés.