un compteur gratuit pour votre site web
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 07 mai 2016

L'après guerre... la reconstruction... Le domaine St Paul 9

 Radio, entomologie et comportement

 

L'utilisation de l'énergie nucléaire trouve des débouchés même en entomologie.

Les radio isotopes permettent de suivre, grâce à un marquage radioactif très discret (et absolument sans danger) le mouvement, les déplacements de quelques insectes au milieu d'une population d'insectes tous semblables ; cela peut être utilisé pour des études de laboratoire et parfois dans la nature.

Les insectes résistent de façon étonnante à des irradiations qui seraient mortelles pour l'homme. On peut ainsi provoquer chez l'insecte une stérilité que les chercheurs ont su utiliser positivement. Les insectes stériles, mais vigoureux, lâchés en surnombre dans la nature, provoquent des accouplements aboutissant à des pontes stériles. Lorsque certaines conditions de réussite sont réunies, on peut assister à une diminution parfois rapide de la population de l'insecte en question, jusqu'à complète extinction !

irradiateur gama.jpg

L'irradiateur gamma du domaine St Paul

 

Cette voie de recherches ouverte par des chercheurs américains est explorée depuis quelques années par la Station de Zoologie de Montfavet en liaison avec le centre d’Études Nucléaire de Cadarache. La station de Zoologie disposera de son propre irradiateur gamma qui  permettra de résoudre avec élégance certains problèmes particulièrement graves en France. Les premiers travaux consacrés à la Mouche méditerranéenne des fruits, Cerititis capitata, s'étendent maintenant à d'autres espèces.

La mouche méditerraneenne édit.jpg

 

Recherches de moyens de lutte à court terme

Lutte chimique

 

Une équipe se penche plus particulièrement sur les problèmes régionaux, lorsque des dégâts d'insectes apparaissent comme particulièrement graves et demandent qu'une solution rapide soit trouvée pour sauver une culture ou une production menacée.

C'est ainsi que plusieurs années de travaux ont été consacrées à l'étude de la Pyrale du maïs à l'époque assez récente, où cette culture était fort développée dans la région. Ces travaux avaient permis de bien connaître les risques que prenait le cultivateur en choisissant des variétés plus ou moins précoces, irriguées ou non, de telle sorte que la plante se développe en plus ou moins bonne coïncidence avec le cycle de l'insecte.

La Cécidomyie des lavandes, qui attaquaient gravement les lavandes, surtout le lavandin, a fait l'objet d'une étude dans les régions de montagne et permis de préciser les conditions et la technique particulière de traitements chimiques efficaces.

Les attaques de Zeuzère menaçaient gravement les cultures fruitières de pommiers et poiriers à la suite de l'extension considérable de ces cultures . Des vergers entiers disparaissaient ou étaient menacés de disparition. Trois années de travaux ont permis de mettre au point une méthode de lutte chimique efficace maintenant pratiquée couramment, sans qu'il en résulte une dépense supplémentaire importante pour l'exploitant.

La zeuzère édit.jpg

Il en a été de même très récemment pour les attaques de la Chenille à fourreau de l'asperge qui menaçait d'entraver complètement le développement de cette culture en pleine expansion, surtout sur le littoral méditerranéen.

Ainsi tout en poursuivant des travaux de longue haleine, la Station de Zoologie a pu rendre des services immédiats aux cultivateurs de la Basse Vallée du Rhône et reste en alerte pour l'étude des problèmes qui peuvent se poser encore dans une agriculture en perpétuel mouvement.

Photos INRA 1953

 

 

Les commentaires sont fermés.