Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 09 juillet 2016

Aux sources du Festival 2/3

theatre_1935 edit.jpgL'homme n’était pas un inconnu, il œuvrait à Paris au théâtre du vieux Colombier et venait d'être honoré pour sa mise en scène de "meurtre dans la cathédrale" de l'américain, Thomas Stearns Eliot.

 

 

Pourtant le succès est limité, beaucoup d'invités, 2993 spectateurs payants mais la plupart venus par estime, l'affaire n'était pas gagnée et la semaine d'art dramatique de 1947 semblait bien être la première et la dernière.

puaux vilar edit.jpgSi les élites se sont jointes au projet, les avignonnais regardent de travers ce "parigot" investir leur ville avant la rentrée scolaire... les esprits s'échauffent quelque peu... Il faut dire que le citoyen lambda est exclu sinon dédaigné...

Le vauclusien besogneux ne comprend pas, l'ostracisme est de rigueur entre les intellos parisiens et les autochtones à l'accent bien prononcé... Ce divorce se ressentira de longues années et Paul Puaux, devenu directeur du festival s'emportera même contre les tenants du cru en termes de mépris.

Il fallait agir d'abord sur le nerf de la guerre : le prix.

Une place de théâtre était de l’ordre de 800 francs à l'époque où le salaire d'un ouvrier dépassait rarement 1000 francs mensuel!

Le prix des places fut donc fixé à 100, 200 et 300 frs pour élargir le public et permettre aux moins fortunés de s'approcher "de la sainte table"

En 1951, Vilar recrute une figure emblématique : Gérard Philippe, qui venait de s'illustrer dans un film de Claude Autan Lara , "le diable au corps". Le cœur de toutes les petites avignonnaises battent déjà à l'unisson... 

le-diable-au-corps-l-eternite-des-amants-marthe-et-francois-avec-micheline-presle-et-gerard-philipe-figee-par-la-pellicule-1394017958.jpg

La célébrité atteint la petite ville de province, c'est le choc salutaire pour le festival.

Enfin il fallait une véritable troupe qui soit le fer de lance d'un festival digne de ce nom. Jean Vilar prend la direction du TNP alias Théâtre National Populaire et l'associe étroitement à l'entreprise.

Car il s'agit bien d'une entreprise qui est échafaudée, les bases sont enfin solides, l'édifice peut perdurer.

à suivre...

Les commentaires sont fermés.