Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 22 mars 2017

50 rue des Fourbisseurs suite...

le bon lait.jpg

De mon jeune temps, je parle fin des années 40, début 50, la boutique du rez de chaussée était ce qu'on appelait "un Bon Lait" elle faisait partie d'un des premiers réseaux de boutiques d'une "grande enseigne" comme on dirait aujourd'hui.

C'était donc une crémerie, elle était tenue par une certaine Madame Richard...  la famille logeait à l'étage.

coiffeur Richard.jpg

Son mari, tenait salon de coiffure vers le 7 de la rue des roues

Aussi, lorsque la pharmacienne du quartier, qui me prenait pour une fille avec mes longs cheveux blonds bouclés d'enfant, celle ci donc me demandant quel était mon prénom,

Je balbutiais -"garçon", 

elle me répondit -"Gaston, quel joli nom !".

Mon père illico presto m'amena chez le père Richard qui me rehaussa de quelques bottins sur ses fauteuils immenses et procéda aux basses œuvres de ma première tonte...

Violon.JPG

 

Les parents se fréquentaient... et quelques fois, le père Richard, qui jouait dans l'orchestre de l'opéra, nous amenait son violon et en tirait quelques morceaux qui m'enchantaient.

Sous ses grands plafonds, l’hôtel de Montaigu reprenait de sa splendeur.

 

 

 Leur fils, si ma mémoire est bonne, est devenu journaliste au Dauphiné Libéré

 

Les commentaires sont fermés.