Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 12 juillet 2014

Route du Pont des deux eaux... La folia

J'ai vu, il y a de cela quelques mois, sur les réseaux sociaux, une grande agitation à propos du moulin de la folie, ce dont je me réjouis car je l'ai quelque peu fréquenté dans mes vertes années.

MHR93_00844606ZA_P.jpg

Sous ses apparences 14ème avec ses larges fenêtres à meneaux, il semble que ce moulin date du début du 16 ème siècle. L'absence de témoignage ou de trace de construction n’exclut pas cependant de l'existence d'un moulinage antérieur.

 

 

MHR93_00844608ZA_P.jpg

Ce nom de folie n'a rien à voir avec une quelconque neurasthénie mais fait référence à l’aspect boisé et champêtre du lieu. La folia du latin folium c'est le feuillage ( tout à fait différent de follis avec 2 l qui désigne le fou)

 

 

MHR93_00844609ZA_P.jpg

J'ai bien connu les lieux et la famille Ferrand qui  les occupaient.

 

 

 

MHR93_00844611ZA_P.jpg

 

Les Ferrand tiraient revenus de quelques arpents de terres dont la production était directement vendue à l'étal du moulin. C'était dans les années 50 / 60 avant les premières constructions dans ce secteur encore essentiellement agricole.

Les terrains de la garderie d'enfants, la caisse d’épargne, la mairie annexe jusqu'à la résidence Bruno leur appartenaient.

 

 

 

MHR93_00844612ZA_P.jpg

 

Sur la rive gauche du canal s'étendaient des jardins familiaux dont l'un était occupé par mes beaux parents. Les Ferrand se chargeaient de la distribution de l'eau en manœuvrant les vannes à jour et horaires établis de mémoire ancestrale.

 

 

 

John-Stuart-Mill-and-Harriet-Taylor-Mill.jpg

Dans les années 66/67 furent construit à l’initiative de la chambre de commerce les premiers immeubles, je crois qu'il devait s'agir de l'actuelle résidence Stuart Mill, située à l'emplacement où se trouvait la maison que l'économiste philosophe avait fait construire pour être au plus près de son épouse, Harriet Taylor enterrée au cimetière St Véran tout proche et qui donna lieu à la « légende » du chemin de l'anglaise .

Cette maison fut également démolie subrepticement de nuit au grand dam des amateurs de patrimoine. Seule l'allée de platanes subsiste.

 

MHR93_00844613ZA_P.jpg

Profitant de l'opportunité des ces nouveaux habitants les Ferrand agrandirent leur affaire en créant une sorte de supérette (UNICO) avec « semi » libre service, caisse enregistreuse... un semblant de modernité dans ces lieux figés par l'histoire.

 

 

MHR93_00844621ZA_P.jpg

L'affaire était précaire et la pression des lobbies immobiliers tentante... le tout fut bradé, bâti, enlaidi.

 

 

 

MHR93_00844619ZA_P.jpgEn 1983 la mairie tombe, Jean Pierre Roux est élu maire d'Avignon. Devant la fronde des nouveaux habitants qui réclamaient un terrain de boule, il fait raser, dans la première année de son mandat, le moulin sans autre forme de procès... il se place dans la lignée des Pourquery de Boisserin et Duffaut dans le saccage d'un patrimoine endormi qui appartenait avant tout à l'histoire et aux Avignonnais.(je vais me faire des amis!)

 

Sa démolition fut une vraie folie ... j'ai envie de l’écrire comme en latin avec 2 l !

 

Photos Martine Audibert

 

jeudi, 10 juillet 2014

Rue Collège du Roure... elle se trouva fort dépourvue... magie du miroir

Lou souleu me fai canta édit.jpg

Lou souléu me faï canta... et tu me fa...

vendredi, 04 juillet 2014

Place des études

Bonniface VIII édit.jpgBenoit Caetani d'Anagni, plus connu sous son nom de Pape, Boniface VIII, esprit absolu au tempérament intrépide, établit dès 1303 une université à Avignon.

Au XV ème siècle elle prit place dans la livrée de Léonard Giffon située sur emplacement de l'actuelle Place des études.

 

 

Droit canon, médecine, arts libéraux, philosophie puis droit coutumier furent enseignés ici cinq siècles durant

collage.jpg

 

L’abus de privilèges au XVII ème siècle "chose malséante et pernicieuse qui ne sert qu'à offenser Dieu"et le trafic de diplômes n'eurent pourtant pas raison de cette institution.

C'est la débauche et la coutume dite de la "batacule*" qui décida de son sort sous la révolution.

*"Les femmes impudiques et mal-vivantes qui se trouvaient sur le pas de la Basoche, ne subissaient pas un traitement très doux. Quatre étudiants s'emparaient d'elles, chacun se saisissait d'un bras ou d'une jambe, et, les tenant ainsi suspendues, les abaissaient trois fois vers le pavé contre lequel leur derrière tapait d'autant plus fort que l'abaissement avait été plus subit. A la troisième fois, chacun lâchait le membre qu’il tenait et la malheureuse se relevait au milieu des huées et des lazzis" Paul Achard"

En 1941, les derniers vestiges du collège des études furent rasés pour céder la place à un nouvel immeuble...

C  Vionnet - rue Plaisance 1.jpgEn 1964, une antenne litteraire de l'Université d'Aix en Provence ré-ouvrit, dans une maison bourgeoise avec cours intérieure peuplée de magnifiques acanthes, en toute discrétion dans la rue Plaisance. Les professeurs agrégés des lycées avignonnais ainsi que des consultants extérieurs vinrent donner leurs premiers cours. On peut apercevoir l'entrée de cette annexe sur un célèbre tableau de Charles Vionnet (première porte à droite)

Cette demeure fut démolie pour édifier le parking de l'oratoire et  un immeuble en pierre (tout de même!)plus moderne.

sceau université d'Avignon édit.jpg

 

En 1965, la faculté nouvellement nommée, "des Sciences Humaines" s'installa rue Joseph Vernet dans l’hôtel de police (3 ans avant mai 68... il fallait le faire!) au n°35 ! Ancien hôtel de Brancas de Rochefort construit par l'architecte Jean Baptiste Franque.

Lorsque j'ai passé ma licence de lettres nous avions droit encore au sceau en mandorle de l'ancienne université... voir ci contre

 

 

ste Praxède édit 1.jpgL'amphithéatre nécessaire aux cours magistraux prit place dans la chapelle de l'ancien couvent de Ste Praxède.

 

 

L'université devenue autonome, siège dorénavant dans les magnifiques locaux de l’ancien hôpital Ste Marthe.

 

mercredi, 25 juin 2014

Rue des études... avec quelques commentaires

Couvent St Eutrope rue des études.jpg

Vestige du couvent des religieuses de Saint Eutrope

Se situant à l'angle de la place des études et de la rue des trois faucons : confisquée sous la révolution et vendue comme bien national, transformée en habitations et boutiques commerciales au grand dam d'une architecture de prestige qui en a fait les frais.

La ville d'Avignon s’honorerait d'enlever cette plaque de rue pour y mettre une note historique à l'attention des visiteurs et en hommage à un patrimoine à tout jamais défiguré.

mardi, 13 mai 2014

Rue N D des sept douleurs... Ben mon poteau !

Image3.jpg

Sens interdit (s)

vendredi, 25 avril 2014

Condition des soies... Expo... Le Bon Pasteur

En 1702, Jean Madon de Chateaublanc crée la Maison du Bon Pasteur et des recluses.

L'objectif de cette institution tenue par des religieuses est de "sortir les prostituées du misérable état de péché"...

Couvent du Bon Pasteur.jpg

Les bâtiments et le jardin avant leur destruction

L'établissement, à la fois couvent et maison de redressement, impose aux pénitentes un règlement strict ... prière et travail rythment leur journée.

Le Bon pasteur salle de travail édit.jpg

Discipline et vie de mortification par le travail

Leur spécialité était la broderie comme on peut le voir sur l'image ci dessus et de nombreuses familles avignonnaises passaient commande pour des trousseaux entiers.

La maison du Bon Pasteur était un bâtiment conventuel, sobre, solennel et bien exécuté. Il ne faisait pas l'objet de classement et a été démoli au début des année 80...

Je crois me souvenir qu'il a été bradé pour une bouchée de pain à l'appétit des trusts immobiliers. Le collège de La Salle à proximité qui aurait été intéressé par ces bâtiments n'ayant même pas été informé de la transaction ...

La Bon Pasteur église édit.jpg

L'église : rédemption par la prière...

L'arrière du couvent, coté rue N D des 7 douleurs, nous ramenait au 19 ème siècle, une atmosphère à la Balzac, dans une ruelle étroite bordée de murs... le silence et la paix d'un jardin d'où débordaient les arbres pleins de chants d'oiseaux. Ce sont les riverains qui ont perdu au change....

Pour l'historique, il faut se reporter au Pansier, que nous dit il ?

"La maison des repenties existait depuis le XIII ème siècle et fut complètement réorganisée en 1376 par le pape Grégoire XI qui en changea les règles... elle tomba en complète décadence et dévia même singulièrement de son but primitif puisqu'elle était devenue un couvent où les filles des meilleures familles pouvaient trouver un asile... En 1642 existait une autre maison de filles repenties fondée en 1627 sous le vocable de Sainte Marie l’Égyptienne... mais cette maison n'était qu'un asile où les réfugiées ne passaient que le temps jugé nécessaire pour les ramener dans une voie meilleure. On n'y recevait pas les filles incorrigibles ou condamnées par la justice"

jeudi, 17 avril 2014

Rue des roues... l'atelier de mécanique

Au numéro 15 de la rue, subsiste les ultimes témoignages de la dernière activité industrielle.

Mon beau père y a sévi avant guerre en qualité d'ajusteur spécialisé.

atelier de mécanique édit 1.jpg

Avant que tout ne soit effacé sur l'autel de la modernité

Plus de trace de la roue ni de l'arbre de transmission qui traversait la rue...

support édit 1.jpg

Un seul des deux moyeux qui soutenaient la roue à aube est encore en place

 

 

vendredi, 27 décembre 2013

Place du Palais

La plupart des visiteurs/touristes viennent du pont St Benezet et empruntent la pittoresque rue Pente rapide pour déboucher sur la magnifique vue du palais des papes qui s'offre à eux... sauf que le spectacle est assez inattendu ! Cliquez pour voir.

ici.jpg

 

...Est ce digne d'une ville touristique de ce nom ? et encore j'ai pris la photo un jour où tout était en ordre car parfois ...

vendredi, 01 novembre 2013

Rue Bancasse... porte

Bancasse

Cette magnifique porte mériterait meilleur traitement

Elle a certainement succombé à quelque nécessité mercantile

mardi, 01 octobre 2013

Conditions des soies.... Expo

expo à la condition des soies 9.jpg

Le verger Urbain V

Le temps de la bugado en 1890 pour le régiment d'infanterie de la caserne Duprat

Avignon palais des papes armee.jpg

La garde porte des Champeaux vers la même période

L'armée quitta le Palais en 1902, la ville le récupérera dans un piteux état. Mais comme tous les édifices religieux saisis comme biens nationaux à la révolution, cette utilisation des bâtiments permit leur sauvegarde. Le régiment emménagea dans la nouvelle caserne Chabran hors les murs.

samedi, 28 septembre 2013

Rue St Charles... la maison abandonnée

Rue St Charles 1.JPG

En plein centre ville

Rue St Charles 4.JPG

Ce qui pourrait être une gentille maison

Rue St Charles 5.JPG

n'est que désolation

vendredi, 23 août 2013

Rue Bouquerie... le spectacle et les odeurs...

Bouquerie

Au moyen âge on lâchait les cochons pour faire le ménage...

... au XXI ème siécle les ordures restent la journée durant ! Bravo !

mercredi, 21 août 2013

Condition des soies... Expo

2013 07 21 expo à la condition des soies Hotel Dominion.jpg

L'hotel Dominion à la fin de la guerre...

...réquisitionné, aux anciens établissements Lesage avec notamment pour actionnaire la famille Contesso, par le général Weise qui y installa l'état major allemand

Hotel Dominion.jpg

L'hotel tel qu'il était avant guerre

Aujourd'hui, il appartient à la sécurité sociale

mercredi, 07 août 2013

Rue Carreterie...

Carreterie

Il y a péril en la demeure

Carreterie

gare aux jours de Mistral

mardi, 23 juillet 2013

Rue du Limas... maison St Eloi

Limas, st Eloi

Le haut relief de la maison St Eloi

Limas, St Eloi

Essai de reconstitution à l'identique avant le saccage du quartier de la Balance