Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 22 mai 2015

Portail Matheron

coiffeur matheron 01.jpg

Qui se souvient du coiffeur du début de la rue campane ?

jeudi, 14 mai 2015

Rue Puits des allemands

La Mauricette 02.jpg

Cliquez sur l'image

Mais qui c'est cette Mauricette ?

jeudi, 30 avril 2015

Du temps où l'intra muros était une cité industrieuse : l'exemple du quartier Buffon 4/6

Héritage du moyen age où on ouvrait les volets clos de l'échoppe au rez de chaussée alors que l"industrie" se pratiquait à l'étage.

Pas de délocalisation, tout se fabriquait et se vendait sur place, en circuit court comme on dirait de nos jours.

Activité nourricière, dans laquelle le terme de "maison mère" n'était pas du figuré...

Ce genre "commercial" perdura dans notre intra muros jusqu'après guerre. Quelques exemples concrets mais qui pourraient s'étendre à l'ensemble de la cité.

Aujourd'hui : Gagnières

Oeil de boeuf 1.jpg

Il ne s'agit plus là de l'échoppe moyenâgeuse, quoique, avant d'être une industrie, il a bien fallu débuter modestement dans une maison mère.

gagnière.jpg

 

Traversant le quartier depuis la résidence Buffon, rue Buffon, la rue Thiers et jusqu’à la résidence Gagnières, rue Notre Dame des sept douleurs, cette fabrique de vêtements militaires faisaient vivre quelques centaines d'avignonaises car le personnel était principalement féminin.

 

Manufacture gagnières.jpg

Aperçu du toit de la façade en bas à droite

Emplacement de l'actuelle Inspection Académique

 

Gagnières façade.jpg

Vue depuis la porte Thiers

Manufacture de vetements Gagnières Rue Thiers édit.jpgLaboratoire avignonnais de la lutte des classes, l'entrée principale était souvent le lieu de rendez vous de manifestations ouvrières du parti communiste français dirigées par un certain Bouscarle.

Ci contre les ateliers.

 

 

 

 

samedi, 25 avril 2015

Du temps où l'intra muros était une cité industrieuse : exemple du quartier Buffon 3/6

Héritage du moyen age où on ouvrait les volets clos de l'échoppe au rez de chaussée alors que l"industrie" se pratiquait à l'étage.

Pas de délocalisation, tout se fabriquait et se vendait sur place, en circuit court comme on dirait de nos jours.

Activité nourricière, dans laquelle le terme de "maison mère" n'était pas du figuré...

Ce genre "commercial" perdura dans notre intra muros jusqu'après guerre. Quelques exemples concrets mais qui pourraient s'étendre à l'ensemble de la cité.

Aujourd'hui : une maison d'une fréquentation un peu particulière...

 

Char 2.jpgPendant la guerre, Albert Char, le frère du célèbre poète louait à maître Mouret, capoulier du félibrige, la maison qui se trouve au 5 de la rue Buffon.

Au rez de chaussée, il établit un commerce de tissu spécialisé dans la confection.

 

 

 

 

 

frere.jpg

René Char vint dans cette maison et il n'est pas exclu qu'elle servit pour ses activités pendant la résistance.

le poème ci contre, fait il allusion à Albert ? je n'en suis pas sûr.

 

Oserais je dire : « Quelle couverture qu'un anodin commerce de toiles... »

 

vendredi, 24 avril 2015

Du temps où l'intra muros était une cité industrieuse : l'exemple du quartier Buffon 2/6

Héritage du moyen age où on ouvrait les volets clos de l'échoppe au rez de chaussée alors que l"industrie" se pratiquait à l'étage.

Pas de délocalisation, tout se fabriquait et se vendait sur place, en circuit court comme on dirait de nos jours.

Activité nourricière, dans laquelle le terme de "maison mère" n'était pas du figuré...

Ce genre "commercial" perdura dans notre intra muros jusqu'après guerre. Quelques exemples concrets mais qui pourraient s'étendre à l'ensemble de la cité.

Aujourd'hui : Armand, Perrin et cie

 

2 rue Buffon.jpgAu 2 de la Rue Buffon, là où a pris place la maison aux volets rouges, se trouvait la maison Perrin, marchand de vin.

 

Le débit de boisson lui même se trouvait en lieu et place du Théâtre du balcon Theatre du balcon.jpgrue Guillaume Puy.

 

 

 

 

 

 

11 rue Buffon.jpg

 

Rue Buffon, vers les numéros 11 et 13 de la rue se trouvait le dépôt de bois de M Armand, un célibataire endurci qui vivait chez ses parents...

 

 

 

 

Place des 3 Pilats 1.jpg... il exerçait son art de menuisier place des 3 Pilats.

 

 

 

18 rue Buffon.jpg

 

Au numéro 18 se trouvait un marchand de sucre, presque en face un marchand de charbon dont je ne me souviens plus du nom. Peut être que certains internautes peuvent me rafraichir la mémoire...

 

 

jeudi, 23 avril 2015

Du temps où l'intra muros était une cité industrieuse, l'exemple du quartier Buffon 1/6

Héritage du moyen age où on ouvrait les volets clos de l'échoppe au rez de chaussée alors que l"industrie" se pratiquait à l'étage.

Pas de délocalisation, tout se fabriquait et se vendait sur place, en circuit court comme on dirait de nos jours.

Activité nourricière, dans laquelle le terme de "maison mère" n'était pas du figuré...

Ce genre "commercial" perdura dans notre intra muros jusqu'après guerre. Quelques exemples concrets mais qui pourraient s'étendre à l'ensemble de la cité.

Aujourd'hui : La cité Richard

4 cité Richard.jpgSituée au 4 de la rue Buffon, là se tenait la Biscuiterie Usclat : fabrication au rez de chaussée, bureaux et appartements à l'étage et senteurs embaumées dans tout le quartier!

 

La cour servait de parcage pour les chevaux car tout se transportait par charreton à bras ou à voiture à cheval.

 

 

 

3 soleils.jpg

Pour le ferrage des bêtes, il suffisait de se rendre tout près là où se trouve l'actuel théâtre des 3 soleils se tenait le père Richard maitre de forge et maréchal ferrant, ferrailleur à ses heures.

 

 

 

 

toit en avancée pour lever les charges.jpg

Cette biscuiterie périclita pendant la guerre et finit "sur la paille" faute d'approvisionnement et de fonds suffisants..

 

 

Ci contre un toit en avancé muni de poulie pour lever les charges pour approvisionner les greniers en marchandises.

 

 

Une ouverture pratiquée dans la rue des écoles permit l'installation des "entrepôts vauclusiens"

les entrepôts vauclusiens.jpg

et de "la Provençale de peinture"

provençale de peinture.jpg

mercredi, 22 avril 2015

Rue Sureau

Rue Sureau ancienne fontaine publique.jpg

L'ancienne fontaine publique

Trop fréquemment transformée en pissotière !

mardi, 14 avril 2015

Rue Figuières... Boulangerie à l'enseigne

Lecture que je soumets à la sagacité de mes lecteurs...

rue Figuières Boulangerie édit.jpg

Voici ce que je lis

BOULANGERIE

VIGNAU

SPECIALITE

PAIN DE FANTAISIE

Noces et Soirées

 

jeudi, 02 octobre 2014

Un liame de rasin

Avignon orage.jpg

 

Mis Amour pèr Avignoun

Mes Amours pour Avignon

S'ère na d'Itàli e dins lou tèms que cante,

Se nous avien bandi, tóuti dous emé Dante,

E se Petrarco èro moun noum,

Adessias, cridariéu, la Touscano e Flourènço!

Garde touti mi vers pèr touto la Prouvènço,

E mis amour pèr Avignoun.

 

 

S'ère lou Papo à Roumo, et s'aviéu la cresènço

Que Roumo se fai vièio e toumbo en descacènço,

E que dèvo chanja soun noum,

Coume sus lou Roucas ounte la vesèn sèire,

Bastirièu dins tres jour la gléiso de Sant Pèire

Subre la Roco d'Avignoun.

 

S'ère lou Rose grand que reboumbis sus terro,

Que vai jusqu'à la mar, que la mar n'èi tant fièro,

Après Genevo, après Lioun,

En m'enanant nega, passariéu à touto ouro,

Passariéu tou lou jour, coume un ome que plouro,

Davans la porto d'Avignoun.

 

Si j'étais né en Italie, et dans le temps que je chante,

Si on nous avait bannis, tous les deux avec

Dante,

et si Pétrarque était mon nom, adieu! crierais-je, la Toscane et Florence!

Je garde tous mes vers pour toute la Provence,

et mes amours pour Avignon.

 

Si j'étais le Pape à Rome, et si je croyais

que Rome se fait vieille et tombe en décadence,

et que je doive changer son nom,

comme sur le Rocher où nous la voyons assise, je bâtirais dans trois jours

l'église de Saint-Pierre

sur la Roche d'Avignon.

 

Si j'étais le Rhône majestueux qui rebondit sur terre,

qui va jusqu'à la mer, dont la mer est si fière,

après Genève, après Lyon,

en m'en allant noyer, je passerais à toute heure, je passerais tout le

jour, comme un homme qui pleure,

devant la porte d'Avignon.

 

 

 

 

Alphonse Dumas extrait d'un liame de rasin (une grappe de raisin)

 

 

samedi, 20 septembre 2014

Rue Notre Dame des 7 douleurs... au n° 4

Rue des 7 douleurs épicerie 1.jpg

Qui se souvient de la petite vieille qui vendait directement à sa fenêtre ?

Cliquez sur l'image avant que tout ne s'efface

mercredi, 02 juillet 2014

Rue Carreterie... pour vivre heureux vivons cachés

Thébaïde 1.jpg

La nouvelle Thébaïde ?

vendredi, 31 janvier 2014

Le drône de mon ami Olivier 2

vierge.jpg

Cliquez sur la Vierge pour accéder à la vidéo

vendredi, 17 janvier 2014

La Vierge des doms

En attendant Godot...

Vierge 000.jpg

Cliquez sur la vierge pour voir le diaporama

La Vierge, protectrice d'Avignon depuis 1859, bénit la ville de sa main droite et la protège de sa main gauche, foulant au pied le Malin, symbolisé par le serpent.

Elle n'est pas si vilaine  pour une statue de fonte de près de 4 tonnes 5 et six mètres de hauteur !

 

Pour la petite histoire, une fois en place on s'aperçut, évidemment trop tard, que cette masse métallique au sommet de la cathédrale serait sujette à la foudre!

Un appel d'offre fut lancé en 1931... seul M Galitche, le président, disait on, de la ligue des droits de l'homme, communiste et libre penseur (mais c'est peut être une légende), électricien rue du Four de la terre, se risqua à cette escalade périlleuse pour installer le paratonnerre sur la tête de la vierge ...

jeudi, 09 janvier 2014

Rue Louis Pasteur.... un bien étrange saint

St Labre 3.jpg

 

Mais que vient faire Saint Benoit Labre, ce nordiste à Avignon ? Patron des exclus (des célibataires), des mendiants et des SDF?

Il était réputé pour guérir les entorses et les luxations. C'est peut être pour cette raison qu'il est invoqué par les vagabonds et les gens du voyage :"barulaire et trimaire", qui sur la route ont souvent des accidents de ce genre.

Entorses et luxation font faire la grimace, "labro" en provençal... Nous y voilà.

Il passa sa vie rejeté de tous, en errance permanente et dans la mendicité. Par signe de mortification il prit l'habitude de se couvrir des excréments qu'on lui jetait pour le faire fuir!

 

 

 

beauté.jpg

 

 

 A gagna'n mirau à la labro... Autrefois dans certains villages avaient lieu des concours de grimaces.

La fille qui réussissait la plus belle, gagnait un miroir. Mais on utilisait volontiers cette expression pour désigner une femme boudeuse (faire la "bèbo" pourrait on dire !) ou laide naturellement.

 

 

St Labre 1.jpgLa superbe niche qui accueille sa statue est bien en contradiction avec sa vie.

Un socle savamment ouvragé d'un cartouche à deux palmes (celles des martyres), le saint est entouré de deux candélabres incandescents, sa tête est nimbée d'une large coquille rappelant le pèlerinage de St Jacques...

 

St Labre 2.jpg

... le tout surmonté de deux superbes angelots.

dimanche, 07 juillet 2013

Rue Carreterie

carreterie

 

Le lobby des petits...

carreterie

...Le rêve des papas