Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 25 mai 2016

Jean Pierre Cassely nous parle d'Avignon

jean-pierre-cassely140-0.jpg
podcast
     Rue des infirmières et rue Muguet

dimanche, 22 mai 2016

L'oeuvre d'Eugène Devéria à Avignon 4/4

 Frappé par la maladie, Devéria ne terminera jamais son grand œuvre, beaucoup s'en réjouirent...

Il faut dire que le monument mérite certains égard et que cette intervention est actuellement jugée bien proportionnée au regard de son histoire. Tout recouvrir eut été certainement abusif.

Quelques décors furent initiés ça et là, le promeneur les découvrira au hasard de son cheminement dans l'édifice.

Pour honorer le contrat qu'il avait signé avec le chapitre, il peignit en atelier, quatre tableaux remarquables par leur atmosphère intimiste et les demi teintes employées:

la sainte famille édit.jpg

Le repos de la sainte famille

 

Présentation de la vierge au temple édit.jpg

  La présentation de la vierge au temple (1851)

 

 l'adoration des mages édit.jpg

  L'adoration des mages

 

le christe pendant le reniement de st Pierre édit.jpg

  Le Christ pendant le reniement de St Pierre



 

samedi, 21 mai 2016

L'oeuvre d'Eugène Devéria à Avignon 3/4

.../...

La statue de Pradier rejoint l'abri de la coupole de la chapelle sud, là où elle se trouve actuellement, la chapelle nord devenant finalement la chapelle du saint sacrement

 La peinture dominant l'autel représentera donc désormais les disciples d'Emmaüs reconnaissant le Christ à la fraction du pain.

disciples d'Emmaüs édit.jpg

Le pèlerin de gauche est vraisemblablement un autoportrait du peintre, celui de droite, son ornementaliste, Charles Alexis Apoil

Sur l'arc triomphal Dévéria a réalisé une illustration de la louange divine en montrant le roi David chantant les psaumes et s'accompagnant à la harpe.

roi David édit.jpg

La jeune fille du premier plan, à droite de la composition, serait un portrait de Marie Devéria, la fille du peintre.

Sur la voûte du chœur surplombant l'autel, une peinture de couleurs vives représente les allégories de la Foi, l'espérance et la Charité.

voute chapelle nord édit.jpg

Les peintures sans doute les plus parfaites de cet ensemble, sont les deux magnifiques scènes de la Visitation et de la Présentation de Jésus au temple, respectivement situées à droite et à gauche de l'autel.

 

La Présentation édit.jpg

 

La Visitation édit.jpg

 

Elles ont été peintes en août 1839 et pourraient être un rappel historique de l'institution de ces deux fêtes par les papes d'Avignon. Sur le plan artistique, ces œuvres sont marquées par le goût orientaliste et historicisant tant prisé à l'époque de leur création.

  Devéria se plaignait de la qualité des supports de ses peintures, s'adressant au maçon Gaget qui préparait les enduits :

"les artistes sont victimes de leur préparateur... Aussi ai je envie de me représenter en St Laurent sur le gril et vous dans le bourreau qui torture le martyr."

 Devéria est manifestement préoccupé d'effets chromatiques et sa technique dite "à la cire permettait ce rehaussement des couleurs par un éclat et une plasticité peu commune. L'ordonnancement comme le traitement des sujets renvoie au XVII ème siècle italien, beaucoup cependant trouvaient sa peinture "trop mondaine"

 La couverture de cette chapelle fut reprise en 1909.

En 1913, Yperman restaurera les peintures de Devéria et les vitraux seront vérifiés.

Mais il fallut arriver à une reprise complète qui supprimât radicalement et définitivement les infiltration quasi permanentes. C'est ce qui fut fait par les Monuments Historiques en 1977 - 1978. Après la reprise de la couverture, une restauration générale du décor peint par Devéria, fut confiée au cabinet J Bourgoin de Monaco

 ... à suivre

jeudi, 19 mai 2016

L'oeuvre d'Eugène Devéria à Avignon 1/4

 Le 11 juin 1838, Mgr Dupont informe en ces termes la fabrique de la Métropole d'un contrat passée avec Eugène Devéria

 eugène deveria édit.jpg

 

 "MM, il vous appartient d'examiner et de statuer pour assurer le plein succès de cet important objet... Je vous lègue le titre de délégué unique et exclusif de ma convention avec M le chevalier Devéria"

 .

Mgr Dupont édit.jpg

Pas moins de 25 compositions picturales doivent reprendre la décoration totale de Notre dame des Doms

 Les premières difficultés apparaissent lorsque l'on s’aperçoit que les toitures de l'église sont loin d'être étanches... Comment allait on faire ?

Cependant le 23 juillet 1839, Eugène Devéria présente son projet à la fabrique en ces termes :

"Pour le porche, en conservant les peintures antiques on peut concevoir

à droite, sainte Marthe apportant aux avignonnais les bienfaits de la foi et au renoncement à l’idolâtrie de Diane chasseresse,  la vierge juive, la croix à la main, environnée de Gaulois, le serpent de la tradition placé mort à ses pieds, une foule attentive et émue, un temple de Diane et la statue de la déesse ruinés

à gauche, Constantin, vainqueur et triomphant de ses ennemis, le Labarum arboré, environné de ses gardes à cheval, indiquant le temple d'hercule qu'il faut abattre

Pour le vestibule

à droite, saint Ambroise arrêtant l'empereur Théodose au seuil de l'église de Milan après le massacre de Thessalonique. Saint Basile élégant les divins mystères, l'entrée de Valentinien, empereur arien, qui reste interdit à la vue de ce spectacle auguste... Deux statues : Madeleine et Saint Pierre

Pour le chœur

 ... Cinq figures d’héroïnes de l'ancien testament... Rebecca, mère de Jacob, Rachel, Déborah, Judith, Esther avec ornements, cartouches, écritures etc...

Dans le cintre qui précède les stalles, l'Adoration des bergers, la Fuite en Égypte, le Seigneur servi par les anges après le jeune au désert, une mater Dolorosa.

Pour le Sanctuaire

En face de l'orgue, l'Annonciation, Ornements des arcs doubleaux, les quatre grands prophètes*

Pour la Nef

Huit arceaux où se trouveront saint Pierre et les sept papes qui ont résidés à Avignon.

Huit tableaux de voute tirés du nouveau testaments

En face l'autel, à l'emplacement de l'ancienne tribune, le tableau des Clefs. Quelques ornements au fond de l'ancienne tribune des orgues.

Enfin, la chapelle de la sainte Vierge, et les tableaux consacrés à al Présentation, aux Épousailles et à la Visitation."

 Vaste programme s'il en est.

 * ils seront remplacés par les quatre évangélistes

 

... à suivre

 

mercredi, 18 mai 2016

Jean Pierre Cassely... règlement de compte à Marseille 5

jean-pierre-cassely140-0.jpg
podcast
Document France bleue

samedi, 14 mai 2016

Mais qui est donc ce Jean Cadard ?

Jean sans peur.jpgSeigneur de Beauvoir, conseiller et premier médecin du Roi de France pendant la régence d'Isabeau de Bavière.

Jean Cadar fut accusé par les Bourguignons d'avoir participé au meurtre de Jean-sans-Peur au pont de Montereau.

Vers 1420 il se retrouve à Avignon "C'était, dit un chroniqueur, un homme avisé, car il s'en alla riche de 25 à 30.000 écus"

Jean Cadard, l'exilé

C'est ainsi qu'il se remaria à Avignon, avec Jeanne de Moulins, veuve de Jean de Clarcy, brodeur de la cour. Issue à une grande famille du Nivernais, elle était la nièce de Philippe de Moulins, évêque d'Évreux... qui entretenait  à Avignon des relations étroites avec le monastère des Célestins auxquels il légua une somme de 300 francs, pour l'achat d'une maison qui touchait leur couvent. En retour, les Célestins s'obligèrent à célébrer annuellement deux messes à l'intention de ce généreux ami et à réciter tous les jours, selon son désir, une antienne en l'honneur de la Vierge Marie, à chaque repas, après les grâces. Le souvenir de sa mission à la cour papale d'Avignon ne fut pas étranger au choix que jeanne de Moulins fit de cette ville pour en faire sa demeure. Le monastère des Célestins étant une fondation royale, il était tout naturel que les réfugiés français lui témoignassent une sympathie toute spéciale; Jean de Cadard y fit inhumer sa première femme, et, de concert avec la seconde, il fit élection de sépulture dans l'église du dit couvent, et fonda deux messes annuelles des morts, pour lesquelles les deux époux donnent chacun une somme de 200 florins.

Jean de Cadard fut très bien accueilli par le Légat qui représentait le St-Siège à Avignon, et ce fut sans doute à la sollicitation de ce prince de l'Église que le pape Martin V nomma l'exilé capitaine, châtelain et bailli du château d'Oppède, dans le diocèse de Cavaillon, en remplacement de Guillaume de Baux .

Jean Cadard, Seigneur du Thor

Un document trouvé dans un registre de Jacques Girardi fait supposer que le fief du Thor lui advint par expropriation prononcée à son profit par la cour de Montpellier :

Barthélemy de Brancas, changeur, citoyen d'Avignon, détenait l'héritage grevé de dettes ; au nombre des créanciers était Guillaume de la Rivière, dit de Borbon, fils de Jean de la Rivière. Ce gentilhomme, chassé comme tant d'autres du territoire de France par les Anglais, n'était pas riche, faute d'argent, il ne put faire face à ces créances, aussi s'adressa t il  à Jean de Cadard, son ami d'exil qui avait secouru maintes fois ses compatriotes et lui proposa de le subroger à ses droits et actions pour continuer les procès à ses frais. Le seigneur de Beauvoir accueillit sa demande et lui prêta 250 florins en parpailloles, monnaie courante à Avignon.

parpailloles.jpg

Il est probable que Jean de Cadard, en homme avisé, rendit le même service aux autres créanciers de la succession d'Alix de Baux, aux mêmes conditions, en ce qui concerne le château du Thor et une grande ferme nommée « la bastide St-Étienne», et qu'il acquit ainsi une main-mise universelle sur ces deux domaines. Le crédit dont il jouissait auprès de la cour pontificale apostolique lui permit de convertir ses créances hypothécaires en un titre seigneurial.

chateau du Thor édit.jpg

Le duc d'Andrie protesta et intenta même une action judiciaire contre Jean de Cadard devant diverses juridictions ; mais celui-ci obtint partout gain de cause.

Patentes de Charles VII furent délivrées en 1445 par Raymond de Villars, chevalier, conseiller et chambellan du Roi à Nîmes et à Beaucaire, pour garantir à Jean de Cadard la possession du lieu et du château du Thor, ainsi que de la bastide St-Étienne ; et la même année le parlement de Toulouse rendit un arrêt aux mêmes fins.


Son testament

Jean de Cadard fit un testament à Avignon, le 14 février 1447, chez le notaire Simon Girardi. En voici les principales clauses :

Il fait élection de sépulture dans l'église collégiale des Célestins de St Pierre de Luxembourg, dans le chœur et au lieu qui lui a déjà été assigné près de celui où est ensevelie feue dame son épouse.

"Prope locum in quo est seu jacet sepulta quondam domina uxor mea cujus anima requiescat in pace"

celestins édit.jpg

Il veut et ordonne que le jour de ses funérailles ses exécuteurs testamentaires achètent cinquante torches, qui seront portées par autant de pauvres de J.-C, choisis par son épouse ci-dessus nommée et par Pierre de Cadard, son fils unique, né de la dite épouse. Ces pauvres devront être vêtus de robes noires fournies par la veuve et le fils du testateur. Il veut et ordonne que dans le lieu assigné à son corps, dans la dite église, soit posée une pierre d'albâtre et édifié un tombeau pour lui et les siens.

Il accumule les legs aux couvents, aux paroisses, aux hôpitaux...

Il institue ses héritiers universels, par égales parts et portions, noble et magnifique dame Jeanne de Moulins, sa femme bien-aimée, et noble Pierre de Cadard, "fils unique de la dite dame et de lui"

En prévision du cas où la mère et le fils ne pourraient habiter ensemble et vivre en paix, il veut et ordonne que sa dite épouse, tant qu'elle demeurera veuve, puisse occuper

"Partem hospicii mei quam inhabito, edificatam de novo a parte Magne Fusterie que dividitur per unum pontem edificatum super portale"

Hotel Jean Cadart 1 édit.jpg

«la partie de l'hôtel que lui, testateur, occupe, qui a été récemment construite du côté de la Grande-Fusterie et qui est divisée en deux par un pont construit sur le portail antique de la présente cité, et confrontant une partie de l'hôtel de Jean de Corbie ».

Hotel Jean Cadart 2 édit.jpg

Ses exécuteurs testamentaires sont: Jeanne de Moulins, sa femme, Pierre de Cadard, son fils, Antoine Amelhoti, docteur ès-lois, Etienne de Siz, jurisconsulte, et Pierre Marieto, doyen de l'église collégiale de Villeneuve, près d'Avignon.

Jean de Cadard vécut encore deux ans après la confection de ce testament ; il mourut le 28 août 1449, cinq mois après Jeanne de Moulins. Le martyrologe des Célestins, qui nous donne la date du décès du seigneur du Thor, fixe au 27 février précédent la date de la mort de sa femme. Celle-ci testa le 12 du même mois, devant Jacques Girardi.

Le testament de sa veuve, Jeanne de Moulins

"Legavit nobili Guillemete filie sue naturali et legitime, « uxori nobilis Johannis de Mousiaco, civis et habitatoris antiquum presentis civitatis, intermedium carreriarum predictarum con« frontatum a parte hospicii Johannis de Corbia"

L'arceau dont il est ici parlé s'élevait à l'extrémité de la rue Grande Fusterie, du côté du nord, près de l'ancienne hôtellerie à l'enseigne de Notre-Dame. Il fut démoli en 1500 par ordre des consuls, des juges de St-Pierre et du procureur du Pape, pro decoratione civitatis. C'était probablement une des arcades de l'hippodrome antique, devenue une des portes des anciens remparts.

"Turonensis, unum hospicium cum vineis, etc., in territo« rio de Chilini distante a Parisiis duabus leucis vel circa...Legavit nobili Joanne de Moussy, filie unice dicte nobi« lis Guillemete, unam vestem domine testatricis de scarlato « violeto foderatam de grisiis..."

Elle lègue une maison et des vignes à sa fille Guillemette, femme de Jean de Moussy, habitant de Tours, et un vêtement d'écarlate violette, fourré de petit-gris, à Jeanne de Moussy, fille unique de la dite Guillemette.

Une transaction conclue, le 12 avril 1450, entre Pierre de Cadard, fils de Jean, et Jean de Moussy, tant en son propre nom qu'au nom de sa femme Guillemette, nous fournit un nouveau détail très probant dans la question qui nous occupe. Il y est dit que Guilhemette, femme de Jean de Moussy, était fille de Jeanne de Moulins et de son premier mari Jean de Clarcy.

Le médecin de Charles VII ne laisse en mourant qu'un fils unique, Pierre de Cadard, né de lui et de sa seconde femme, Jeanne de Moulins, laquelle avait de son premier mariage avec Jean de Clarcy, une fille nommée Guillemette qui épousa Jean de Moussy, habitant de Tours.

Sa descendance

Pierre de Cadard succéda à son père dans la seigneurie du Thor et dans la capitainerie du château d'Oppède. Il se maria deux fois, 1° avec Marie Blanchetty, fille de Girard Blanchetty, chevalier, seigneur de la Rivière, et d'Isabelle de Champeux ; 2° avec Catherine d'Albertas.

Marie Blanchetty testa le 25 septembre 1454 et choisit pour lieu de sépulture la chapelle que Pierre de Cadard venait de faire construire à l'entrée de l'église de N.-D. des Doms.

chapelle de jean de cadard1 edit.jpg

Cette chapelle a été démolie, mais on voit encore, sous le porche de la Métropole, sur le mur latéral de gauche, en entrant, l'écusson sculpté des armoiries de la famille de Cadard, qui portait, d'argent au chevron de gueules chargé de trois étoiles d'or et accompagné de trois merlettes de sable.

blason de jean de cadard 1 édit.jpg

Le blason de Jean de Cadard sous le porche des Doms

Ils auraient pu profiter de la dernière restauration pour lui redonner un peu des couleurs !

 

D'après une étude de G Bayle

 

vendredi, 13 mai 2016

La revendication avignonnaise de Charles VII

 Revendication formée par le roi Charles VII au sujet d'une chapelle de velours bleu que Jean de Clarcy, brodeur de la Cour, avait confectionnée par ordre d'Isabeau de Bavière.

Charles vs Isabeau.jpg

On donnait le nom de chapelle à l'ensemble des ornements sacerdotaux nécessaires au service d'une chapellenie.

Le 15 juillet 1452, 6e année du pontificat de Nicolas V, noble homme Maître Jean Panye, notaire, secrétaire et procureur de S. M. Charles VII, roi des Français, comparut devant Maître Pierre de Blengeriis, notaire public d'Avignon, assisté de plusieurs témoins, parmi lesquels : nobles hommes Philippe de Costeria, docteur ès-lois, Giraud de Lodezio, chanoine de Saint Agricol et prieur de Maubec, Baudet et Pierre de Sade, frères, Baudoin Barthélémy, jurisconsulte, tous appelés et réunis dans la salle supérieure de l'hôtel de Pierre de Cadard, seigneur du Thor...

Hotel Jean Cadart 1 édit.jpg

Hôtel de Jean Cadar, médecin et conseiller de Charles VII, construit en 1437

...et en présence de ce gentilhomme et après avoir justifié de la légalité de son mandat, il donna lecture de l'acte suivant :

"Charles, par la grâce de Dieu, Roy de France, à tous ceulx qui ces présentes lettres verront, salut. Il est venu à notre cognoissance que l'an mil CCCC et neuf et le onzième jour de février, marché fut fait en notre ville de Paris, par le commandement et ordonnance de feue notre très chière dame et mère que Dieu absoille, par feuz le sire de Roussay, lors son grant maistre d'ostel, et Hémon Ray« nier, son trésorier, à feu Jehan de Clarcy, en son vivant « brodeur et varlet de chambre de feu notre très chier sei et père que Dieu absoille, de faire par le dit de Clarcy pour notre dicte dame et mère une chapelle entière de velours bleu brodée, semée de perles et histoires en la manière et selon le contenu ès parties de la dicte, chapelle dont la « déclaration s'ensuit.

Premièrement, la table de l'autel d'en hault toute de brodure d'or de Chippre à tainte de soie, si richement, tant nectement et proprement que faire se peut, contenant trois aulnes de long et trois quartiers de large, en laquelle a XXXVI quarrez d'istoirez des miracles de Notre-Seigneur selon les Évangiles.

Item, l'aultre table basse, de deux aulnes et demie de long et de la pareille largeur que dessus, est dit ouvrée et historiée comme celle devant dicte.

Item, le parement de nappe de deux aulnes et demye de long, de brodure d'or de Chippre et historiée des XII prophètes et XII apostres, et est le dict parement frangé d'or de Chippre tant bien que faire s'est peu

Item, le parement de l'estieu (étui) où l'on met les corporaux, le dessus brodé de Notre-Seigneur qui tient son jugement, les costez de la résurrecsion des mors, et les fons de Vironicle (Véronique) et des quatre évangélistes, brodé le plus richement et nectement que l'on a peu.

Item, une chasuble pour le prélat, les offrois tous de brodeure d'or de Chippre et des histoires de la passion, et sur le champ d'icelle nues et raies de soleil et estoilles si dru que faire s'est peu, tout de brodeure d'or de Chippre, et dessus ladicte besoigne ayant foison de perles semées.

Item, les tunique et damatique pour le diacre et soubz diacre, les offrois brodez de plusieurs sains et sainctes, et pareillement de nues, d'estoilles, de rays de soleil et semées de perles comme la chasuble.

Item, trois chappes, les offrois et chapperons tous de brodure telles que dessus, étant les offrois de chascun costé un quartier de large et les chaperon grans comme il appartient à l'ouvraige, et sont les dites chappes brodées et « semées de perles comme dessus.

Item, deux aultres chappes dont les offrois et les chapperons sont tous de brodeure comme dessus et semées de perles.

Item, la couverture du missel brodée de nues, de rays « de soleil et d'estoilles pareillement comme dessus.

Item, deux estolles brodées semblablement.

Item, trois phanons.

Item, tous les paremens des aulbes et amicz, ainsi qu'il « appartient, le plus richement de jamais.

Item, une grant couverture brodée semblablement comme dessus pour seoir le prélat en une chayre.

Item, la couverture du lectrin brodée ainsi et ouvrée « comme dessus.

Et ce, pour le pris et somme de quatre mille cinq cens livres tournois, monnoye lors courant, en telle condicion que s'il estoit trouvé par dit d'ouvriés et gens à ce cognoissants, quand ladicte besoigne seroit faicte, qu'il y eust perte par ledict de Clarcy, lui seroit reffondu, amendé et payé ce que les dessus dicts extimeront.

Et icelle chapelle faicte et achevée par le commandement et ordination de notre dite dame et mère furent asemblez les jurés et certains ouvriés à ce commis pour veoir, examiner ladicte besoigne et en dire leurs bons advis, lesquelz d'un commun accord, présens souz maistre Estienne de Bray, maistre Jehan de Salault et ledict Hémon Reynier, conseillés et officiers à ce depputés par notre dicte dame et mère, dirent, affermèrent et jurèrent en leurs consciences, comme appert par lettres signées de leurs mains, que l'ouvraige et brodure de ladicte chappelle valloit bien et loialement la somme de six mil trois cent vingt et sept livres tournois, monnoye devant dicte, et oultre et par dessus le dict « marchié, dix huit cens vingt et sept livres tournois qui lors ne fut pas payée, et oultre ladicte somme estoit encores deu audit de Clarcy, tant pour sandaulx, tiercelins dont les veloux de la dicte chapelle furent houssez, qui montoient à la somme de sexante cinq livres tournois d'icelle monnoye, comme pour le rachat de certaines pièces que retenoient en gaige aucuns des ouvriés pour leurs salaires et autres frais qui se montent douze cens livres tournois ou environ. Et pour ce la dicte chapelle demoura ès mains de Jehan de Clarcy, brodeur cy devant nommé, jusques à son décès, auquel temps ou environ se surviendrent les divisions en notre dicte ville de Paris, par quoy notre bien amée Jeanne des Molins, vesve d'iceluy feu de Clarcy et de puis femme de feu notre amé et féal conseillé et premié médecin Maistre Jehan Cadart, quand elle party de notre dicte ville de Paris la fist porter en Avinion, auquel elle l'a de puis gardée jusques à son décès, après lequel est venue ladicte chapelle ès mains et garde de notre bien amé Pierre Cadart seul filz et héritier des ditz feuz Maistre Jehan Cadart et Jehanne des Molins sa femme. Et soit ainsi que depuis aucun temps en ça, après ce que avons été advertis des choses dessus dictes, avons icelle chapelle faicte veoir et visiter par aucun de nos officiers et spéciaulz serviteurs par lesquelz ont esté trouvées toutes les pièces en la manière qu'elles sont dessus escriptes et déclarées, et pour ce que nous avons fait appoincter et paier audit Pierre Cadart tout ce qui luy paroit estre deu à cause de la dite chapelle par notre amé et « féal trésorier et receveur général de nos paiis de Languedoc et duchié de Guienne, Maistre Estienne Petit et aussi Glaude Chapelle, nous compecte et appartient à cause de « notre dame et mère, avons délibéré et délibérons vouloir re« couvrer et avoir ycelle chapelle. Pour ce est-il que nous confians à plain des personnes de notre amé et féal notaire Maistre Jean Panye, grenetier (Maître du grenier à sel) de Pésenas, icelly Panye aujourd'huy avons fait et constitué, faisons et constituons « par le teneur de ces présentes nostre procureur général et messaigé espécial avecques toute plaine puissance et congié de nous demander, prendre et recepvoir pour et au nom « de nous la dicte chapelle avecques toutes ses appartenances cy dessus déclairées, et en quictier le dict Pierre, ses héritiers et ayant cause, et tous autres à qui pourroit touchier et appartenir en la meilleure forme et manière que faire se porra, et néant moins à promettre au dit Pierre et « à ses dits héritiers et ayans cause de les garantir et faire tenir quictes de nous, noz successeurs et tous autres quelqu'ilz soient qui vouldroient de présent ou autre temps avenir faire aucune demande ou poursuite contre le dict Pierre, ses successeurs, héritiers ou ayant cause, pour occasion de « ladicte chapelle et appartenances d'icelle, desquelles choses « dessus dites et chacune d'icelle faire et passer, nous avons donné et donnons par ces dites présentes à notre dict procureur auctorité et mandement spécial avecques toutes aultres choses qui seront nécessaires, promettons aussy en bonne foy et en parole de Roy, avoir ferme, estable et agréable tout ce que en ladite matière par le dit Panye, notre procureur aura esté fait, dit, confessé, quicté, promis et « octroyé. En tesmoing de ce avons fait mettre notre séel à ces présentes. Donné à Montbason le 10e jour d'avril, l'an « de grâce mil CCCC cinquante et deux après Pasques, et de « notre règne le XXXe "

« Par le Roy, les évesques de Maguelonne et de Carcassonne présens, Daniel. Et moi Pierre de Blengeriis, du diocèse de Pavie, notaire public d'Avignon par l'autorité du siège apostolique et de l'Empereur

 

mercredi, 11 mai 2016

Jean Pierre Cassely... règlement de compte à Marseille 4

jean-pierre-cassely140-0.jpg
podcast
Document France bleue

samedi, 07 mai 2016

L'après guerre... la reconstruction... Le domaine St Paul 9

 Radio, entomologie et comportement

 

L'utilisation de l'énergie nucléaire trouve des débouchés même en entomologie.

Les radio isotopes permettent de suivre, grâce à un marquage radioactif très discret (et absolument sans danger) le mouvement, les déplacements de quelques insectes au milieu d'une population d'insectes tous semblables ; cela peut être utilisé pour des études de laboratoire et parfois dans la nature.

Les insectes résistent de façon étonnante à des irradiations qui seraient mortelles pour l'homme. On peut ainsi provoquer chez l'insecte une stérilité que les chercheurs ont su utiliser positivement. Les insectes stériles, mais vigoureux, lâchés en surnombre dans la nature, provoquent des accouplements aboutissant à des pontes stériles. Lorsque certaines conditions de réussite sont réunies, on peut assister à une diminution parfois rapide de la population de l'insecte en question, jusqu'à complète extinction !

irradiateur gama.jpg

L'irradiateur gamma du domaine St Paul

 

Cette voie de recherches ouverte par des chercheurs américains est explorée depuis quelques années par la Station de Zoologie de Montfavet en liaison avec le centre d’Études Nucléaire de Cadarache. La station de Zoologie disposera de son propre irradiateur gamma qui  permettra de résoudre avec élégance certains problèmes particulièrement graves en France. Les premiers travaux consacrés à la Mouche méditerranéenne des fruits, Cerititis capitata, s'étendent maintenant à d'autres espèces.

La mouche méditerraneenne édit.jpg

 

Recherches de moyens de lutte à court terme

Lutte chimique

 

Une équipe se penche plus particulièrement sur les problèmes régionaux, lorsque des dégâts d'insectes apparaissent comme particulièrement graves et demandent qu'une solution rapide soit trouvée pour sauver une culture ou une production menacée.

C'est ainsi que plusieurs années de travaux ont été consacrées à l'étude de la Pyrale du maïs à l'époque assez récente, où cette culture était fort développée dans la région. Ces travaux avaient permis de bien connaître les risques que prenait le cultivateur en choisissant des variétés plus ou moins précoces, irriguées ou non, de telle sorte que la plante se développe en plus ou moins bonne coïncidence avec le cycle de l'insecte.

La Cécidomyie des lavandes, qui attaquaient gravement les lavandes, surtout le lavandin, a fait l'objet d'une étude dans les régions de montagne et permis de préciser les conditions et la technique particulière de traitements chimiques efficaces.

Les attaques de Zeuzère menaçaient gravement les cultures fruitières de pommiers et poiriers à la suite de l'extension considérable de ces cultures . Des vergers entiers disparaissaient ou étaient menacés de disparition. Trois années de travaux ont permis de mettre au point une méthode de lutte chimique efficace maintenant pratiquée couramment, sans qu'il en résulte une dépense supplémentaire importante pour l'exploitant.

La zeuzère édit.jpg

Il en a été de même très récemment pour les attaques de la Chenille à fourreau de l'asperge qui menaçait d'entraver complètement le développement de cette culture en pleine expansion, surtout sur le littoral méditerranéen.

Ainsi tout en poursuivant des travaux de longue haleine, la Station de Zoologie a pu rendre des services immédiats aux cultivateurs de la Basse Vallée du Rhône et reste en alerte pour l'étude des problèmes qui peuvent se poser encore dans une agriculture en perpétuel mouvement.

Photos INRA 1953

 

 

vendredi, 06 mai 2016

L'après guerre... la reconstruction... Le domaine St Paul 8

 Études des lépidoptère Noctuidae

 Connus sous le nom commun de Noctuelles, en raison de leurs mœurs nocturnes, ces insectes sont parmi ceux qui causent le plus de souci aux cultivateurs maraîchers ; c'est parmi eux en effet que l'on trouve les « vers gris » qui s'attaquent aux salades, choux, choux fleurs, tomates et contre lesquels il n'existe pas de méthode de lutte pratique et efficace.

Noctuelle édit.jpg

Ce groupe d'insectes comprend dans notre région une vingtaine d'espèces nuisibles dont l'étude est particulièrement difficile. En effet, outre leurs mœurs nocturnes, ils posent des problèmes très mal résolus encore pour expliquer, et si possible prévoir, le caractère irrégulier de leurs attaques qui peuvent être brutales et détruire en peu de temps une récolte entière parfois dans un secteur très localisé.

Ces difficultés sont dues à la complexité des populations de ces insectes et notamment au fait que pour plusieurs espèces, les papillons sont migrateurs. Une espèce comme Scotia ypsilon par exemple ne passe pas l'hiver dans notre région et revient chaque année d'Afrique. Pour d'autres espèces, nous nous trouvons dans un courant migrateurs qui voit descendre du Nord, pour l'hiver, certaines espèces comme Phogophora meticulosa qui repartent ensuite vers l'Europe centrale. D’autres espèces montent d'Afrique du nord ou d'Espagne en même temps que celles ayant hiverné chez nous partent vers le nord ; c'est le cas de Autographa gamma, Spodoptera exigua,Amanthes c-nigrum, Peridroma saucia. D'autres comme Noctua pronuba, ont des déplacements d'amplitude mal connue. Enfin certaines sont endémiques, leur cycle annuel se développant dans la région, comme Scotia segetum, Scotia exclamationis, Mamestrablassicae...

Piège lumineux édit.jpg

L'étude de ce grand complexe est poursuivie d'une part par des relevés de passages de migration (pièges lumineux répartis dans le sud de la France jusqu'à la côte atlantique) et des relevés de présence dans les cultures et sur les plantes spontanées. D'autre part, par des études des conditions de développement poursuivies au laboratoire.

à suivre...

Photos INRA 1953

 

jeudi, 05 mai 2016

L'après guerre... la reconstruction... Le domaine St Paul 7

La Station de zoologie

On trouve de plus en plus rarement sur le marché des cerises ou des pommes véreuses ; les cultures fruitières ou maraîchères sont de moins en moins souvent dévastées par les attaques de leurs capricieux ennemis.

Cela  grâce aux progrès constants de la biologie des insectes nuisibles

Cependant, cette lutte coûte fort cher à l'agriculteur.

Une enquête assez récente menée par la station de zoologie a montré que pour lutter contre les insectes, l'exploitant d'un vergers de pommiers ou poiriers devait dépenser environ 1000 frs par an et pa hectare

 Pour les 16000 hectares de ces deux cultures dans le Vaucluse, les Bouches du Rhône et le Gard, cela représente 16 millions de F dépensés chaque année pour la lutte contre les insectes. Autant de perdu pour le revenu agricole.

Ceci signifie que la lutte contre les insectes, souvent au point sur le plan technique, ne l'est pas sur le plan économique. 

L'économiste se tourne alors vers le biologiste en lui demandant de nouveaux progrès pour diminuer dans toute la mesure du possible cette charge financière.

Enfin l'expérience a déjà souvent montré que l'emploi généralisé des traitements insecticides pouvait créer, outre le danger de résidus abusifs de produits toxiques dans les aliments, des problèmes nouveaux en déséquilibrant le rapport des facteurs en jeu dans les cultures dans un sens défavorable.

La Station de Zoologie de Montfavet a donc été créée pour faire face à ce dilemme

 Élevage d'insectes sur milieux artificiels

 Pour pouvoir préciser la biologie des insectes il faut évidemment las avoir vivants à disposition des chercheurs. Or les insectes attaquant les plantes sont soumis au cycle annuel et ne présentent dans la nature que des périodes correspondantes d'activité.

Batterie de cages d'élevage d'insectes édit.jpg

Il y a là un facteur qui a longtemps limité et ralenti les travaux de recherches. Fourni à l'insecte des aliments végétaux à contre saison est, dans bien des cas, pratiquement impossible. Il faut ajouter d'ailleurs que les végétaux ne présentent pas une qualité constante de nutrition et que telle plante au printemps peut favoriser le développement d'un insecte, alors que la même plante en été ou à l'automne sera défavorable.

Pour échapper à cette servitude, les recherches tendent à offrir à l'insecte un aliment qui soit le même toute l'année.

La première surprise a été de constater que certains insectes peuvent se développer dans des milieux très différents, apparemment, de leur alimentation naturelle. Ainsi les larves de la Mouche méditerranéenne des fruits, Cératitis capitata, qui se développent normalement dans des fruits (abricot, pêche, figue, pomme...) sont très facilement élevées sur une pâte faite avec de la poudre de carotte ! Les chenilles de la Pyrale du maïs, qui mangent les feuilles ou les graines, sont très facilement élevées sur des milieux à base de haricot vert ou de germe de blé !

Une deuxième surprise a été de voir que des larves d'insectes vivant habituellement sur feuillage acceptaient parfaitement comme nourriture une gélose supportant les aliments nécessaires. Les milieux utilisés comportent généralement un poudre de végétal à laquelle on ajoute de la levure de bière riche en protides et en vitamines et si cela est nécessaire des produits complémentaires, souvent vitaminés ; quelques antibiotiques empêchent les fermentations nuisibles.

La mouche de l'olive édit.jpg

Sur ces bases, de nombreux insectes très divers ont fait l'objet de mise au point d'élevages artificiels à Montfavet : deux diptères, la Mouche des fruits et la Mouche des semis et de nombreux Lépidoptères comme la pyrale du maïs, la Tordeuse du feuillage, Eudémie de la vigne, la Sésie du sainfoin et 16 espèces noctuelles.

cellule climatisée édit.jpg

Les insectes ainsi maintenus en élevage servent maintenant de base à des travaux de biologie et certaines méthodes mises au point à Montfavet sont utilisées dans d'autres laboratoires, notamment pour des recherches sur l'action des insecticides.

à suivre...

Photos INRA 1953

 

mardi, 03 mai 2016

Jean Pierre Cassely... règlement de compte à Marseille 3

jean-pierre-cassely140-0.jpg
podcast
Document France bleue

samedi, 30 avril 2016

L'après guerre... la reconstruction... Le domaine St Paul 6

La station de technologies des produits végétaux

 Crée officiellement en 1959, elle étudie les aspects théoriques et pratiques des conditions de transformation et de conservation des fruits et légumes. Cette activité se développe en parallèle avec les recherches œnologiques.

St Paul 003 édit.jpg

L'étude du matériel végétal port essentiellement sur :

La connaissance de la matière première

atelier de mécanographie.jpgles sucres et les acides

Les pigments

Les substances aromatiques

tomates, fraises, abricots, pêches, piments et melons dans un premier temps seront sources d'expérimentation.Les pêches et les abricots feront l'objet une étude spécifique de la vitamine C et de la pectine

 

 

 Études à caractère plus technologiques

La fermeté des fruits pour l'industrie des fruits au sirop, l'activité aptésienne est au premier rang de la demande et porte sur :

Les variétés

L'état optimal de maturation

La « résistance » aux traitements industriels

 études abricot.jpg

L'orientation à long terme : L'élaboration de « produits » nouveaux

Ici deux schémas sont envisagés :

salle de mesure.jpg Un travail classique de conserverie mais à partir d'une matière première uniquement adaptée à cet usage

Le travail sur les pêches « Pavies est représentatif du premier style puisque ce fruit n'est utilisable qu'en conserverie. Son coté gustatif est quasiment nul à la consommation au couteau

Un travail original permettant d'obtenir un produit nouveau à partir d'une matière première connue

La récupération des caroténoïdes des piments pour la coloration des aliments est représentatif du second style. C'est l’étude pigmentaire recherchée notamment pour la coloration des conserves de tomates si chère à la société « le Cabanon »

Les travaux œnologiques proprement dits

 La région Cotes du Rhône est la région pilote pour la méthode de Macération Carbonique...

irradiateur gama.jpg...elle promet d'obtenir les vins les plus aromatiques en évitant l'élévation de température au cours de la fermentation

Du coté pratique, la cave pilote du Domaine de Pech rouge à Narbonne met au point les nouvelles règles de vinification

Du coté scientifique, la connaissance biochimique et biophysique des processus intracellulaires des baies de raisin et des phénomènes annexes en atmosphère de CO2

Établissement de bilans des métabolismes sans omettre les influences des facteurs externes telle que la températures

Élaboration d'hypothèses de travail

Mise en évidence des systèmes enzymatiques impliqués dans la fermentation

 

Enfin publication des résultats qui pour l'instant se limitent à l'influence de la température et de la durée de fermentation sur la production d'alcool et sur l'évolution de l'acidité.

Photos et étude INRA 1953

vendredi, 29 avril 2016

L'après guerre... la reconstruction... Le domaine St Paul 5

 La station de pathologie végétale

 Consacrée à l'origine à l'étude des maladies des plantes potagères, elle a été étendue à la pathologie maraîchères ainsi qu'a celle des arbres fruitiers

St Paul 006 édit.jpg

Les recherches se sont adaptées à la demande concrète des agriculteurs eux même et à la résolution de leur problèmes spécifiques.

St Paul 007 édit.jpg

Les maraîchers apportent des échantillons de plantes malades qui font la base de nos recherches :

St Paul 008 édit.jpg

Elles s'établissent désormais autour d'une liste pré établie

Champignons du sol nuisibles aux plantes maraîchères

Maladie vasculaires

programmes de traitement rationnels contre les maladies du feuillage et des fruits

étude des virus et de leur épidémiologie

La sélection sanitaire des semences et des bulbes

 

à suivre...

* Photos INRA 1953

 

mercredi, 27 avril 2016

Jean Pierre Cassely... règlement de compte à Marseille 2

jean-pierre-cassely140-0.jpg
podcast
Document France bleue