Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 12 février 2016

Propagande électorale

Nous sommes au mois de mai 1914 à Avignon.

Pour sa propagande électorale, Pourquery de Boisserin investit dans des médaillons métalliques...

 

Pourquery de Boisserin élection 01.jpg

Pourquery de Boisserin élection 02.jpg

Qui coté pile étaient ornés de son joli minois...

 et coté face du vôtre...

... puisqu'il s'agissait d'un miroir portatif.

Son investissement eut un énorme succès auprès de la gent féminine...

Mais leur coquetterie n'eut pas l'heur de plaire à leur maris* puisque notre avocat de maire ne fut pas réélu pour une cinquième mandat à l'assemblée !

* Nota bene : Il faudra attendre le 21 avril 1944 pour que les femmes aient accès à l'isoloir

 

dimanche, 07 février 2016

Mignard d'Avignon... Un dimanche... Un tableau

N Mignard Alexandre et son medecin.jpg

Nicolas Mignard

Alexandre et son médecin

Section des arts graphiques

Musée du Louvre

samedi, 06 février 2016

Henri Bosco à Avignon

C'est dans cette maison avignonnaise de la rue Carreterie que vint au jour Henri Bosco

Bosco maison natale.jpg

Avides de grand air et de campagne, ses parents décidèrent d'habiter Montclar, en ce temps là, c'était la campagne et les petits oiseaux. Ils optèrent pour la villa Henri du nom de l'enfant chéri...

villa Henri.jpg

Mais son ténor de père était souvent en tournée, Henri alors âgé de 8 ans est un rêveur qui veut que ses doux songes se réalisent.

En 1952, hanté par son enfance, il revient sur cette période et engendre ce gamin pensif, Antonin. Antonin, c'est le jeune Henri bien sûr avec ses rêves et ses jeux.

Par chance nous avons donc là une vision de cette banlieue avignonnaise que même des clichés anciens ne peuvent restituer. Lisons donc Bosco :

 

"J'habitais tout au bout du quartier de Monclar. Là, les prairies lourdes d'herbes bien grasses, des haies vives d'aubépines, quelques métairies et, en été, des meules d'or. De beaux peupliers de bois tendre coupaient les prairies, et souvent un mur de très vieux cyprès abritait un champ ou une maison, contre la bise. Malheureusement, c'était plat. Grâce aux haies et aux arbres, cette platitude, il est vrai, prenait, çà et là, quelque peu d'accent. Une haie, cela repose ; un long arbre frémissant touche toujours l'âme...

 

Bosco à 8 ans.jpg

Bosco Antonin 1.jpg

Henri à huit ans

Sous les traits d'Antonin dans le roman éponyme

 

...Mais quoique j'y fusse sensible, ni haie ni arbre ne me suffisant et la banalité uniforme du sol me rendait triste. Comme on voyait, dans le lointain, à une lieu de Barbentane et, par temps clair, plus loin encore, les Alpilles délicatement dentelées, je me consolais d'être en terrain plat par un spectacle de cet horizon. Mes parents et moi, nous habitions une ferme assez confortable. On avait sous loué les terres. Mes parents n'étaient pas des campagnards ; ils aimaient simplement le bon air, l'espace et la paix des champs. J'ai les mêmes goûts. "

                                                                                                           Henri Bosco

 

 

dimanche, 31 janvier 2016

Mignard d'Avignon... Un dimanche... Un tableau

N Mignard 3 études de pied.jpg

Nicolas Mignard

3 études de pied

Section des arts graphiques

Musée du Louvre

samedi, 30 janvier 2016

Qui se souvient...

... de Philippe Prévot

Prévot 01.jpg

Il officiait au 18 rue saunerie. En culotte courte nous fréquentions la boutique au 18 rue Carnot, renommée ainsi sous le coup de l'émotion après l'assassinat de sadi Carnot à Lyon le 24 juin 1894.

Le quartier des sauniers y a laissé un peu de son charme

dimanche, 24 janvier 2016

Mignard d'Avignon... Un dimanche... Un tableau

N Mignard étude pour l'éducation de la Vierge vente Chrisite's édit.jpg

Nicolas Mignard

Étude pour le tableau "l'éducation de la Vierge"

Vente privée chez Christie's

dimanche, 17 janvier 2016

Mignard d'Avignon... Un dimanche... Un tableau

N Mignard étude d'un ange édit.jpg

Nicolas Mignard

Étude pour un ange

jeudi, 14 janvier 2016

André Benedetto

A quoi sert le théatre 1.jpg

Cliquez sur le théâtre

dimanche, 10 janvier 2016

Mignard d'Avignon... Un dimanche... Un tableau

N mignard_draperie craie rouge louvre édit.jpg

Nicolas Mignard

Étude pour une draperie

Craie rouge

Musée du Louvre

dimanche, 03 janvier 2016

Mignard d'Avignon... Un dimanche... Un tableau

N Mignard portrait en  pied le Louis XIV édit.jpg

Portrait en pied de Louis XIV

Portrait officiel du roi alors âgé de 22 ans

Le roi soleil, âgé de 22 ans, est représenté en pied.

C'est un portrait officiel où le roi présente tous les objets qui symbolisent son pouvoir : le sceptre à fleur de lys, qu'il tient à la main, la main de justice et la couronne posés sur un coussin bleu. Il pose l'autre main sur cette couronne en signe de propriété.
Le roi porte le grand manteau royal de cérémonie, fleurdelysé or sur fond bleu et doublé de fourrure d'hermine. Il arbore également le collier de Grand Maître de l'Ordre du Saint Esprit.

Le reste de son costume est inspiré d'une mode plus ancienne qu'à la date de réalisation du tableau : une longue chevelure noire et bouclée (peut-être sa vraie chevelure, puisqu'il semble n'avoir consenti à porter une perruque qu'après 1673), un large col de dentelle, des hauts de chausse brodés de fils d'or, de pierres et de perles, des bas de soie de couleur claire retenus au genou par une jarretière et de fins escarpins à talons ornés de noeuds.

On note la présence d'une jarretière attachée sous le genou et le traitement en bouillonné de la manche serré au poignet par un cordon.

Le visage est sans expression particulière, comme il convient à la représentation d'un monarque.

Les draperies disposées sur la table et la tenture en haut à gauche contribuent à le mettre en scène de manière théâtrale. Par ailleurs, le décor se limite à des éléments d'architecture très sobres.


Ce type de portrait du roi est largement répandu dans le Royaume et notamment au moment de son mariage avec Marie-Thérèse d'Autriche en 1660.

Musée de beaux arts d'Angers

 

vendredi, 01 janvier 2016

Mais comment a t il fait ?

Gustave Vidal, peintre et illustrateur, nait à Avignon en 1895. Membre sociétaire du salon des artistes français à Paris, il revient souvent dans son midi natal peindre les paysages de Provence.

Il est notamment l'auteur et l'illustrateur des ouvrages "La Camargue" et "Le vieil Avignon"

Commanderie de St jean 01 édit.jpg

Mais comment, lui qui peignait sur le motif a t il pu peindre la commanderie de Saint Jean le vieux démolie entre 1898 et 1899 par Pourquery de Boisserin ?

Il n'aurait eu que 3 ans !

Commanderie de St jean 02 édit.jpg

Les avignonnais quittent les lieux avant le grand massacre lapidaire...

 

 

dimanche, 27 décembre 2015

Mignard d'Avignon... Un dimanche... Un tableau

N Mignard Apollon et les muses entourant Pégase.jpg

Nicolas Mignard

Apollon et les muses entourant Pégase

Section des arts graphiques

Musée du Louvre

dimanche, 20 décembre 2015

Mignard d'Avignon... Un dimanche... Un tableau

N mignard_femme agenouillée craie rouge louvre édit.jpg

Nicolas Mignard

femme agenouillée

Craie rouge

Musée du Louvre

dimanche, 13 décembre 2015

Mignard d'Avignon... Un dimanche... Un tableau

N Mignard 5 études de bras édit.jpg

Nicolas Mignard

Cinq études de bras

Section des arts graphiques

Musée du Louvre

dimanche, 06 décembre 2015

Mignard d'Avignon... Un dimanche... Un tableau

N Mignard ange en prière.jpg

Nicolas Mignard

Ange en prière

Section des arts graphiques

Musée du Louvre