Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 11 mars 2015

400 ans après... Micoulau Saboly 13/14

Nouvè fa l'an 1660, après lou mariage de Louis XIV

Pastre dei moutagno édit.jpg

Pastre dei moutagno

 ste famille.jpg
podcast


Ensemble Jehan de Channey

dimanche, 08 mars 2015

Mignard d'Avignon... Un dimanche... Un tableau

Nicolas_Mignard,_l'Annonciation_avec_saint_Charles_Borromée musée Pierre de Luxembourg édit.jpg

Nicolas Mignard

L'Annonciation avec Charles Borromé

Musée Pierre de Luxembourg

mercredi, 04 mars 2015

400 ans après... Micoulau Saboly 12/14

Nouvè fa l'an 1660, après lou mariage de Louis XIV

Tu que cerques tei delice édit.jpg

Tu que cerques dei delice

 

 ste famille.jpg
podcast


La camera delle lacrime, Bruno Bonhour

dimanche, 01 mars 2015

Mignard d'Avignon ... Un dimanche ... un tableau

N Mignard St Véran terrassant la Colobre.jpg

St Véran (VI ème siècle) maitrisant la Colobre

Cathédrale St Véran de cavaillon

 

" Il y avait pour lors en ces quartiers là, un dragon d’une prodigieuse grandeur, lequel désolait tout son voisinage, et rendait la campagne presque inhabitable. Ce monstre avait sa tanière dans une caverne des rochers de Vaucluse, d’où venant à sortir avec impétuosité, lorsqu’on y pensait le moins, il se ruait sur le bétail et sur les hommes qu’il trouvait dans les champs, égorgeant, dévorant tout ce qu’il rencontrait sans qu’il fut possible d’esquiver sa furie, à cause qu’il avait des ailes, et qu’aussi on n’avait pas le loisir de se mettre à l’écart.

Au reste, il était si horrible que sa gueule vue ne donnait guère de terreur que sa cruauté.

Car outre son énorme grosseur, il était tout couvert d’écailles impénétrables à toutes sortes de traits. Son dos bigarré d’une grande multitude de couleurs jetait une lueur effroyable. Ses yeux rouges et étincelants ressemblants à deux soupiraux d’une fournaise ardente, et quand il ouvrait sa gueule pour hurler, on en voyait sortir une haleine fumeuse qui faisait juger de loin qu’il vomissait des flammes.

 Les gens de la région, effrayés demandèrent à Véran de les délivrer de ce monstre. Muni du signe de croix, Véran s’avança dans la caverne, commanda au dragon de sortir et de venir se présenter devant lui. L’animal sortit et vint se coucher aux pieds de Véran. Le Prêtre lui laissa la vie mais l’enchaîna et le traîna jusqu’au pied du Lubéron. Là il lui rendit la liberté à condition qu’il ne revint plus dans la région et qu’il ne fasse plus de mal aux habitants et à leurs bêtes de service. Saignant lors de sa retraite, il laissa tomber des gouttes de sang, d’où la présence en France d’autres villages nommés Saint-Véran, dans les Hautes-Alpes, les Côtes d’Armor, la Nièvre, ou Saint-Véran dans l’Isère, le Rhône, et la Saône-et-Loire."

D'après une chronique de 1665 

 

 

mercredi, 25 février 2015

400 ans après... Micoulau Saboly 11/14

Nouvè fa l'an 1660, après lou mariage de Louis XIV

Lei plus sage édit.jpg

Lei plus sage

 ste famille.jpg

podcast


Ensemble Jehan de Channey

dimanche, 22 février 2015

Mignard d'Avignon... Un dimanche... Un tableau

St Benoit édit.jpg

St Benoit

Rotonde de la chapelle des Pénitents gris

mercredi, 18 février 2015

400 ans après... Micoulau Saboly 10/14

Nouvè fa l'an 1660, après lou mariage de Louis XIV

Ourgueious plen de magagno édit.jpg

Ourgueious plen de magagno

 

 ste famille.jpg

podcast


La camera delle lacrime, Bruno Bonhoure

dimanche, 15 février 2015

Mignard d'Avignon ... Un dimanche... un tableau

St Ignace.de Loyola.jpg

St Ignace montrant ses exercices spirituels

Rotonde des Pénitents gris

mercredi, 11 février 2015

400 ans après... Micoulau Saboly 9/14

Nouvè fa l'an 1660, après lou mariage de Louis XIV

Lei pastourèu édit.jpg

Lei pastourèu

 ste famille.jpg

podcast


Ensemble Jehan de Channey

vendredi, 06 février 2015

François Barthélemy Blachière XVII ème siècle

plafond 00.jpg

 

En 1631, Antoine Coste et François Barthélémy Blachière orne le vestibule d’entrée de la confrérie des pénitents blancs d'un magnifique plafond à caisson, encore visible de nos jours.

 

 

 

 

collage.jpg

Magnifique plafond des pénitents gris

penitents 3 édit.jpgLe 14 juillet 1649, sur des esquisses du peintre Dominique *, ce même François Blachière traite avec la confrérie des Pénitents noirs de la miséricorde d'Avignon pour l’exécution en bois de noyer du retable du maitre autel.

Un certain Nicolas Mignard fut chargé de la peinture.

 

Pénitent 2 édit.jpg

Incroyable travail de menuiserie et de sculpture

A l'aide des mêmes esquisses, le menuisier Blachière et le sculpteur Michel Péru (le père du célèbre architecte Jean Péru) exécutent le tabernacle du maître autel en 1652, aujourd'hui disparu, remplacé par un tabernacle en marbre.

ste Madeleine en 1630.jpg

Tour de la madeleine édit.jpg

 

Le 13 janvier 1660, il réalise toujours en compagnie du sculpteur Michel Péru, le tabernacle de la confrérie du St Sacrement de la paroisse Sainte Marie Madeleine.

Ci contre la Tour de la Madeleine rue St Étienne, située à l'emplacement de l'église éponyme.

 

mercredi, 04 février 2015

400 ans après... Micoulau Saboly 8/14

Nouvè fa l'an 1660, après lou mariage de Louis XIV

Ben urouso la neissenço édit.jpg

Ben urouso la neissençe

 

 ste famille.jpg
podcast

La camera delle lacrime, Bruno Bonhoure

dimanche, 01 février 2015

Mignard d'Avignon... un dimanche, un tableau

Mignard pénitentt gris Ste Praxède.jpg

Sainte Praxède

(tableau récemment restauré)

Rotonde de la chapelle des pénitents gris

samedi, 31 janvier 2015

Le menuisier Ailhaud au XVIII ème siècle

Le 17 Mars 1784, le menuisier Ailhaud obtient du conseil de la ville d'Avignon, un terrain contigu à sa boutique rue Sainte garde (actuelle rue Général Leclerc), à la condition de faire démolir à ses frais un auvent au coin de sa maison.

Le 11 décembre de l'année 1785, le conseil décida de lui racheter une partie de sa maison pour élargir la rue pour un prix de 200 livres.

Sans titre 2.jpgle 28 germinal an III soit le 17 avril 1795 sa veuve, Marguerite Cavalier, vendit à l'aubergiste Giraudeau, le restant de la maison pour 9000 livres.

 

 

Cette auberge deviendra plus tard l’hôtel Constantin, que les plus anciens d'entre nous ont bien connu...

Hotel Constantin édit.jpg

Cet immeuble abrite actuellement les services administratifs du conservatoire d'Avignon

mercredi, 28 janvier 2015

400 ans après... Micoulau Saboly 7/14

Nouvè fa l'an 1660, après lou mariage de Louis XIV

En sourtènt de l'estable édit.jpg

En sourtènt de l'estable

 

 ste famille.jpg
podcast

Ensemble Jehan de Channey

samedi, 24 janvier 2015

Le savetier Bellieti au XV ème siècle

savetier.jpgA la fin du XV ème siècle, le savetier Jean Bellieti, surnommé Petit Jehan, avait organisé à Avignon une troupe comique pour la représentation des pièces dont il était auteur, compositeur et interprète (comme on aime le dire de nos jours) ou il empruntait aux anciens répertoires, tels que ceux de Philippon et de Peyrard. Il s'illustra notamment pour les festivités du passage de césar Borgia à Avignon en 1498.

 

Pendant plus de dix ans, cet humble disciple de Thespis, fut le farceur officiel de la ville... mais on ne le payait que très maigrement et il était chargé de famille...

 

Lui qui savait si bien divertir ses concitoyens et procurer de joyeuses digestions aux consuls et aux conseillers de la cité, les jours de gala (et Dieu sait que les jours chômés étaient nombreux dans ce monde chrétien!), il voyait souvent la tristesse et la faim s'asseoir à son foyer.

 

Un premier secours de 10 florins lui fut alloué par le Conseil de la ville pour payer une annuité du loyer de sa maison. Cette ressource étant épuisée, il sollicita un nouveau subside par une supplique touchante. Il y expose au Conseil

« qu'il a été longtemps, est et sera, tant qu'il vivra, le serviteur de la ville et ne s'épargnera point à faire plaisir et service de tout son pouvoir à Mrs les Consuls et Conseillers ».

Il conclut en demandant

« un logement gratuit pour le reste de sa vie. »

Le Conseil se laissa attendrir, et après lui avoir fait un nouveau don de 6 florins, il nomma Petit Jehan Courrier de la Ville.

f1.highres.jpeg

Les compatriotes du pauvre farceur, qu'il avait tant amusés par sa verve railleuse, trouvèrent peut-être ce dénouement trop prosaïque. Mais on peut croire qu'il échangea sans regret la marotte de Momus contre la livrée* consulaire qui le mettait, lui et les siens, à l'abri du besoin.

 

*Image d'illustration tirée du net