Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 09 septembre 2013

Alphonse Daudet...

Daudet.jpgLes lettres de mon Moulin... éternelle Provence


podcast

    Avant propos ( 3minutes environ)


podcast

                                     L'installation (9 minutes environ)

lundi, 02 septembre 2013

Marquis de Sade... Interdit aux moins de 18 ans

Marquis de SadeAvignon possède rue Doré un hotel particulier, dit hotel de Sade.

Cette famille provençale est lié au Comtat venaissin depuis au moins le 12 ème siècle.

L'histoire a surtout retenu le "divin Marquis"... Allez savoir pourquoi ?
podcast

             L'époux corrigé (13 minutes environ)

lundi, 26 août 2013

Paul Arène


PaulArene.pngpodcast

          Un homme heureux (11 minutes environ)

lundi, 19 août 2013

Jean Aicard

Jean AicardNé à Toulon en 1848, il fréquentera les milieux littéraires à Paris ou il fera la connaissance de Daudet, d'Hugo, Verlaine. Il entretint également une ample correpondance avec Lamartine. Il rejoindra le mouvement du parnasse comtemporain.


podcast

                     La leçon de lecture (3 minutes 30 environ)

lundi, 12 août 2013

Paul Arène

PaulArene.png

 

Extrait des dix contes modernes

 


podcast

              L'oncle Sambuq (13 minutes environ)

lundi, 05 août 2013

Alphonse Daudet

Alphonse Daudet est né à Nîmes le 13 mai 1840.

En 1856, son père, commerçant en soieries, se ruine. Alphonse doit renoncer à passer son baccalauréat et devient maître d'étude au collège d'Alès. Cette pénible expérience constituera la matière autobiographique de son premier vrai roman, Le Petit Chose (1868). Pour des raisons mal élucidées, Daudet rejoint son frère à Paris où il mène une vie de bohème. Il publie en 1858, un recueil de vers, les Amoureuses. En 1859, il fait la connaissance du poète Frédéric Mistral. Il pénètre dans quelques salons littéraires, collabore à plusieurs journaux, Paris-Journal, L'Universel et au Figaro. Il devient, l'année suivante, secrétaire chez le duc de Morny, (personnage influent du second Empire), qui lui laisse beaucoup de loisirs. Il écrit des contes, des chroniques et recueille des « fantaisies » sous le titre Le Roman du chaperon rouge en 1862.

2013 08 09 Alphonse Daudet.jpgDaudet passe l'été 1864 à Fontvieille, près d'Arles, et rassemble des chroniques provençales, notes et impressions, qui, remaniées et regroupées, deviendront Les Lettres de mon moulin (1869). La mort subite du Duc de Morny en 1865 laisse Daudet dans une situation matérielle précaire. Daudet se consacre alors qu'à l'écriture, non seulement comme chroniqueur – notamment au Figaro – mais aussi comme romancier. En janvier 1867, il épouse Julie Allard qui lui donnera son premier fils, Léon. Il fait paraître en 1869, Les Lettres de mon moulin qui lui donne brusquement la notoriété.

Daudet s'oriente alors dans une nouvelle voie et devient romancier de moeurs contemporaines. Son premier roman réaliste, Fromont jeune et Risler aîné, triomphe en 1874. Il peint les malchanceux ( Jack , 1876), les puissants du jour ( Le Nabab 1877), les souvenirs déchus ( les Rois en exil , 1879), les politiciens, ( Numa Roumestan , 1881) ; il dénonce les méfaits du fanatisme religieux ( l' Évangeliste , 1883), décrit les coulisses de l'Académie (L'Immortel, 1890). Depuis quelques années, Daudet s'est lié d'amitié avec tout ce que le monde littéraire et artistique compte d'important : Flaubert, Tourgueniev, Goncourt, Zola, Coppée, Arène,Hugo, Renoir, Manet, Monet, la princesse Mathilde….. Son succès ne cesse de grandir et atteint alors ses ouvrages précédents : Les lettres de mon moulin qui vont devenir l'œuvre la plus connue. Daudet subit alors les premières atteintes d'une maladie incurable de la moelle épinière, mais continue de publier jusqu'en 1895. Il s'éteint le 16 décembre 1897 à Champrosay.


podcast

Contes du lundi... Maison à vendre (12 minutes environ)

lundi, 29 juillet 2013

Paul Arène

Paul Arène, né en 1843 à Sisteron

PaulArene.pngIl fréquente les cafés littéraires, au Bobino, près du Luxembourg, il devient vite l'ami de François Coppée et d'Alphonse Daudet. Personne n'a plus d'esprit que lui constate Coppée dés leur première rencontre.

Sa vraie vocation, ce sont les contes et les chroniques qu'il publie dans les journaux littéraires de la capitale. Il écrit régulièrement pour «le Journal», «le Figaro» et «le Gymnase»

Il se démarque de ses amis du Parnasse en répliquant par le "Parnassiculet contemporain".

Très lié à Mistral et à Roumanille dont il admire comme Daudet, les contes en provençal qu'ils vont traduire en partie : Tous deux s'exercent avec succès à ce genre où Arène va exceller. C'est la fameuse collaboration aux "lettres de mon moulin" qui paraîtra sous le pseudonyme de Marie Gaston... Les vrais connaisseurs de la langue s'entendent pour attribuer la meilleure partie des "lettres de mon moulin" à Paul Arène, mais ce dernier n'a jamais voulu entretenir de polémique.

Il s'éteint prématurément en 1896 à Antibes

 
podcast

Le jardin de M le Curé (livre audio 8 minutes environ)

jeudi, 26 avril 2018

Paul Manivet... la rue

rue Paul Manivet 2 édit.jpg