Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 10 septembre 2015

Jean Pierre Cassely

lavande1.jpg
podcast

                 La lavande

samedi, 05 septembre 2015

Double jeu de faussaires provençaux 2/2

Jeux de double parmi les faussaires

Son histoire mouvementée se complique au XVI ème siècle, certainement après le transfert du retable au prieuré de Boulbon, lorsqu'un chroniqueur pense avoir retrouvé le portrait du pape Jean XXII.

St-Marcellin_de_Boulbon édit.jpg

L'église Saint Marcellin où se déroule toujours la procession des fioles les 1 er et 2 juin*

En effet en haut à droite, se trouvent ces lettres en forme de sigles : Jo.c.XX;II,ce qui signifie que le sujet de son œuvre est tiré de l'évangile selon saint Jean, chapitre XX, verset 2. :

« Elle (Marie Madeleine) courut donc et vint trouver Simon-Pierre et l'autre disciple que Jésus aimait, et leur dit: 'Ils ont enlevé du sépulcre le Seigneur, et nous ne savons où ils l'ont mis."

Un lecture erroné d'un paléographe amateur transforma cette information évangélique en Jean XXII , c'était d'une logique implacable puisque le prieuré de Boulbon dépendait alors du chapitre de St Agricol fondé par le pape Jean XXII.

blason Jean XXII.jpg

Un escogriffe de peintre ajouta (certainement sur ordre) les armes du Pape sous l'inscription "Jo.c.XX;I"...

 

 

 

 

St Agricol.jpg

...plaça les armes du chapitre de Saint Agricol, inscrit le nom de Saint Agricol près de l’évêque...

 

 

 

 

portraits Jean XXII.jpg

Grâce à ces deux faussaires, l'affaire fut vite expédiée et désormais Boulbon eut un portrait authentique du pape Jean XXII peint par un de ses contemporains.

* Pour la petite histoire, l'entrée de la chapelle est interdite aux femmes lors de cette cérémonie. Marie Mauron, notre chantre provençal au caractère certain...  se déguisa en homme...  et parvint à se faufiler dans le lieu saint !

 

 

vendredi, 04 septembre 2015

Double jeu de faussaires provençaux 1/2

 Une œuvre polémique :

Splendeur de la peinture provençale, le retable dit de Boulbon est un chef d’œuvre dont le musée du Louvre nous a dépossédé pour quelques louis d’or dans les années 1900.

retable de Boulbon édit.jpg

Retable sur bois d'1 m 72 sur 2 m 28, il a été transposé sur toile tant le support était dégradé

 

Contemporain des œuvres d'Enguerrand Quarton a qui il avait été faussement attribué, il pourrait bien être l’œuvre d'un de ses élèves, mais on cite aussi un certain T Hugoniet ou un autre Chugoinet, la controverse n'a jamais été vraiment résolue.

le donateur édit.jpgIl aurait été réalisé en 1450 pour le chapitre de St Agricol.

Nouveau différend sur le donateur, représenté ci contre.

Serait ce le chanoine Jean Armagnac donateur du tableau du couronnement de la Vierge d'Enguerand Quarton, serait ce le cardinal Alain de Coétivy ou le légat Pierre de Foix… rien n'a été définitivement tranché.

 

Vers 1530, il se retrouva mystérieusement dans l'église Saint Marcellin de Boulbon dépendance de ce même chapitre il est vrai.

Transféré dans la sacristie de la nouvelle église St Joseph, il y croupit jusqu'à la détérioration du support, vendu 5000 francs or par la fabrique en 1904 au musée du Louvre (de préférence au musée Calvet qui s'était porté acquéreur mais qui aurait trop « lambiné » dans ses démarches) qui le transférera sur toile pour l'exposer parmi les primitifs.

 

L’œuvre n'est pas une vision de la résurrection. Pas de gardes romains jetés à terre, pas d'effet visuels, ce corps ressuscité mais toujours meurtri n'est pas encore le transfiguré annoncé par les textes.

Œuvre des plus  curieuses s'il en est...

à suivre...

 

samedi, 29 août 2015

Devinette du jour 2/2... ça se passe quai de la ligne

Au risque de vous décevoir, point de souterrain secret du temps des Papes... mais des abris creusés en mai et juin 1944 par les troupes d'occupation allemandes qui avaient réquisitionné tous les immeubles des bords du Rhône quai de la ligne.

Bord du Rhone édit.jpg

 Les constructions le long du rocher cachaient les activités de l'occupant

 Bien à l'abri des regards, ils entreprirent le creusement de ces caches dans le plus grand secret ...

Voici la description qu'en a fait Robert Bailly :

 "Cet abri comprenait deux parties desservies chacune par une entrée. La première, celle de gauche en regardant la muraille accédait à une galerie de près de 62 m de long pour une hauteur de 2,20 m et une largeur de 2 m, qui permettait d’arriver, après s’être enfoncée de plus d'une vingtaine de mètres dans la roche, dans quatre salles communiquant toutes entre elles par des allées de 2 m et 3,50 m de longueur avec voûte à 3 m du sol.

souterrains allemands 001 édit.jpg

 Au sud ouest de ce dernier ensemble, un ultime boyau dont on ne sait rien avait été aménagé, peut être condamné par l'occupant.

 Ces galeries développent leur parcours sur près de 245 m, les allées pour leur part, occupent environ 145 m²,chiffres à souligner d'autant plus qu'il y a plus de quarante ans on ne possédait pas et de loin le matériel utilisé de nos jours pour de tels travaux."

 

Plan souterrains sous le rocher édit.jpg

 

Elles auraient servi certes d'abri contre les bombardement alliés, mais aussi d’entrepôt de marchandise et de stock de munition dont l'acheminement se faisait via la voie maritime rhodanienne.

Lors de la débâcle, il avait été question de faire sauter le rocher... il aurait suffit d'une étincelle !

Cet ensemble a fragilisé le rocher ce qui empêche d'autres aménagements civils tel qu'une percée du pied de de la tour de Trouillas vers la place du palais qui avait été envisagée....

 

vendredi, 28 août 2015

Devinette du jour 1/2... ça se passe quai de la ligne

Porte blindée 1 édit.jpg

Mais tonnerre de tonnerre qu'est qu'il se passe derrière ces portes blindées ?

 

Réponse demain, même endroit, même heure

mercredi, 26 août 2015

La maison du Paon... suite et fin...

paon.jpg

 

 

Je reviens sur les notes publiées en juin 2013.

Vous pouvez consulter en cliquant sur les vignettes ci contre

paon 1.jpg

 Voici ce qu'on nous avez promis:

maison du paon 1 édit.jpg

Voici ce que nous avons eu:

maison du paon 02 édit.jpg

Quant à la fenêtre trilobée de gauche, c'est le service minimum...

Ils auraient pu faire un effort pour la restituer

Avis aux acheteurs, il parait que l’intérieur est pire !

jeudi, 13 août 2015

Rue Bonneterie

Botalico 01.jpg

Dans l'atelier d'un artiste

Botalico 02.jpg

Un saint jean

Botalico 03.jpg

d'après Le Bernin

samedi, 11 juillet 2015

Le saccage du patrimoine conventuel... Les Capucins

Branche des franciscains, Les Capucins s'établirent à Avignon dès 1576, dans le quartier des actuelles rues d'Annanelle et Velouterie où leur couvent fut édifié, puis reconstruit au début du XVIIe siècle.

les capucins.jpg

Sur cette vue de 1618, on peut noter le rétrécissement de la rue à l'endroit où le mur d'un jardin fait un angle. Cet étranglement a disparu en partie en juillet 1973.

A l’extrême droite on peut encore apercevoir la rue des Florentins aujourd'hui disparu

Une province d'Avignon sous le vocable de saint Louis d'Anjou fut alors créée par détachement de la province de Lyon, et le couvent d'Avignon se dota d'un noviciat ; cette maison dite des Petits Capucins se trouvait à l'opposé de la ville, à la rue du Cheval blanc, en bordure de la Sorgue. L'ordre essaima à partir d'Avignon vers plusieurs villes du Comtat Venaisin et de la Provence, mais il connut un déclin dès le XVIIIe siècle.

Ils promeuvent et appuient la contre réforme, ce qui en fera la cible privilégiée des révolutionnaires protestants nîmois lors des évènements d'Avignon.

L'ordre est aboli par la république nouvelle en 1790, le couvent avignonnais des Capucins est fermé en 1791 et saisi comme bien national.

Après les événements révolutionnaires, en 1823, les sœurs de la Visitation viennent s'y établir.

mur de cloture du couvent de la Visitation rue velouterie édit.jpg

Mur du couvent rue velouterie avant sa destruction

Elles demeurent jusqu'en 1944, année où les bombardements conduisent la communauté à quitter les lieux pour le domaine de Guerre (ça ne s'invente pas!), sur le territoire de Sorgues.

 

Bombardement viadu 8 aout 44 édit.jpg

Les bombardements d'aout 44 tout près de la Visitation

L'ancien couvent est alors transformé en appartements.

En Juin 1957, en vue de l'édification du nouveau lycée, les entreprises de démolition se mettent à l’œuvre, mais pour arriver à détruire cette vénérable et solide construction, il faut employer la dynamite, des tirs de bazookas et faire appel à un char Sherman de trente tonnes de la 2 ème db, surnommé « l'homme à tout faire ».

Sherman.jpg

Le Sherman... "l'homme à tout faire"

Même la vieille chapelle n'est pas épargnée !

 

Sur le terrain mis à nu les bâtisseurs se mettent au travail et seize mois plus tard le nouveau lycée est inauguré.

capucins le seul vestige.jpgLe seul vestige du couvent se trouve dans la ruelle d'accès à l'actuelle piscine...

 La mairie ou le ministère de l'éducation nationale s'honorerait en érigeant une stèle commémorative rappelant la mémoire de ce lieu à l'intention des générations futures, la mémoire pourrait prendre cette forme :

 

C'est sur l'emplacement de l'ancien couvent des grands Capucins

 puis de la Visitation 1576 – 1944 que s 'élève aujourd'hui votre lycée.

 

Ce serait peut être faire œuvre utile pour les lycéens, ces hommes de demain, qui ignorent tout de ce passé ….

 

 

 

 

 

samedi, 27 juin 2015

Le saccage du patrimoine conventuel... Les Augustins réformés

 Il se situait entre les rues Pasteur et N D des 7 douleurs actuelles.

Augustins réformés.jpg

 Les Augustins Réformés furent établis en Avignon en 1609. Leur église, qui aurait été consacrée par Monseigneur Philonardi, était placée sous les titres de St Sauveur et Sainte Marie de Consolation. Elle comportait plusieurs chapelles dont l'une dédiée à Notre Dame des sept douleurs (différente de celle qui a laissé son nom à la rue).

 

marquise de Chateaublanc.jpgC'est dans la nef de cette église que le 18 novembre 1667 fut transporté et enseveli, dans le tombeau de la famille de Joannis, le corps de Diane de Ganges, marquise de Chateaublanc, dite la belle provençale.

Assassinée par ses propres beaux frères qui tentèrent de lui faire avaler de l'arsenic qu'elle vomit en introduisant une de ses nattes dans sa bouche. Quelques jours après elle est poignardée à plusieurs reprises et meurt le 5 juin 1667.

 Ce qu'il y a de certain, c'est que, lors de travaux de démolition, on découvrit de nombreux ossements sous le sol de la nef.

 

peste.jpg

Lors de la peste de 1722, un hôpital de suspects fut installé dans le couvent, mais le 16 juin, les parfumeurs (désinfecteurs) ayant procédé aux fumigations (on brûlait des herbes aromatiques, car on avait la vague idée que l'air vicié propageait les miasmes. Mais, on ne savait pas qu'il fallait se défendre contre les puces.) dans une salle où se trouvait de la paille, un incendie se déclara qui durant 24 heures. Une partie de la bibliothèque et certaines autres pièces furent détruites... Seize ans plus tard seulement, les travaux de réfection purent être achevés grâce au don de cent écus des consuls.

 

En 1792, les biens du clergé sont saisis, les pères furent dispersés, le couvent et l'église vendus. Quelques bâtiments furent abattus.

En 1855, les frères des Écoles Chrétiennes, alors rue des Ortolans, rachètent les lieux et viennent y loger. La vieille chapelle qui existait encore, fut utilisée, puis rasée pour laisser place à une nouvelle inaugurée en 1897.

internat la salle.jpg

Triste comme... un internat !

Actuellement, l'emplacement de l'ancien couvent est occupé par l'internat de la Salle et des maisons particulières.

 

jeudi, 25 juin 2015

Au Pont trouca

 

maison 3 édit.jpgAu Pont Trouca se trouve une demeure en cours de restauration digne de retenir toute notre attention.

 

C'est en effet au numéro 14 de la rue Louis pasteur que demeurait la branche avignonnaise de la famille Bonnet de Villario .

 

Cette famille a pu se distinguer par quelques personnages sinon illustres du moins reconnus pour la maîtrise de leur art ou par des alliances avec des familles de renom.

 

Offizierskreuz.jpgPour l'exemple, je citerai, Georges Bonnet de Villario, chevalier de la légion d'honneur, croix de guerre , ingénieur des arts et manufactures.

 

 

 

 Un fils Julien

Sa fille, Christiane Bonnet de Villario qui rentra dans l'ordre du Carmel et devint par la suite éducatrice au Bon Pasteur. Beaucoup d’avignonnais l'ont connu sous le pseudonyme de "cheftaine Christiane" car elle s'occupait des mouvements de jeunesses comtadins.

 

Son autre fille, Hélène Bonnet de Villario épouse le 21 février 1933 Charles Harouard de Suarez d'Aulan. Il on eu un fils,  Jacques dit « Diégo » de Suarez d'Aulan et une fille, Yolande de Suarez d'Aulan.*

 

Le peintre René Devillario, quelque peu délaissé comme peintre local mais qui connaît un beau succès aux Amériques, est aussi apparenté à cette famille, je consacrerai mon billet de demain à son évocation.

maison entrée édit.jpgPour ce qui concerne cette demeure, il s'agit d'un hôtel particulier avec grand jardin et dépendances cochères.

Cette solide construction qui semble dater d'au moins le 16 ème siècle assure l'angle du pont Trouca. Il ne serait pas invraisemblable qu'elle soit construite sur les restes de ce fameux pont troué dont jamais personne n'a pu avoir une description précise, mais qui enjambait ici la sorgue, première ligne de défense avant les remparts du portail Matheron.

 

maison 2 édit.jpg

 La restauration met en évidence le remaniement des façades comme il était au goût du jour au 18 ème pour effacer le caractère"gothico - renaissance" tombé en désuétude.

meneau 2. édit.jpg

 

meneau 3 édit.jpg

 meneau 4 édit.jpg

Détails de la transformations des fenêtres pour les adapter au "goût" de l'époque !

Certaines ont quelque peu résisté...

 

* Cette famille possède toujours ce magnifique château d'Aulan à l"embouchure du Toulourenc dans les Baronnies provençales; très belle ballade à faire autour du ventoux, loin des plages encombrées. Prévoyez la gourde et le picnic

 

mercredi, 24 juin 2015

Une niche repeuplée

niche 02.édit.jpg

Rue du Pont trouca

Cliquez sur la Vierge

samedi, 20 juin 2015

Dans les années 60... La Balance est à vendre 3/3

La Balance 018.jpg

Le mandat de vente

balance vue générale.jpg

Vue générale

 

 

 

 

lot 1 2 3 17.jpg

 

Les appartement en situation

avec les numéros de lot

 

 

 

 

 

habitant.jpg


Témoignages des derniers habitants

Cliquez sur l'image pour vous mettre ne relation avec le lien internet

 

La Balance 019.jpg

 

La Balance 020.jpg

 

La Balance 021.jpg

 

La Balance 022.jpg

 

La Balance 023.jpg

 

 

 

 

situation.jpg

Un peu pompeusement appelé "Hôtel particulier"

Il faut bien vendre !

 

habitant.jpg


Témoignages des derniers habitants

Cliquez sur l'image pour vous mettre ne relation avec le lien internet

La Balance 035.jpg

La Balance 036.jpg

La Balance 037.jpg

Billet d'humeur : Aux habitants de l'intramuros qui vivaient dans des taudis, on leur proposera Champfleury ou La Croix des Oiseaux puis la Barbière...

 

 

 

vendredi, 19 juin 2015

Dans les années 60... La Balance est à vendre 2/3

La Balance 11.jpg

La promotion

 

Balance 1 édit.jpg

L'avant...

Balance 2 édit.jpg

... et le devenir

 

La Balance 10.jpg

 l'appartement témoin

 

la balance 13.jpg

la balance 14.jpg

la balance 12.jpg

 Quelques suggestions d'aménagements

 

jeudi, 18 juin 2015

Dans les années 60... La Balance est à vendre 1/3

Le cœur de la ville historique à deux pas du forum romainBalance 2.jpg

Ou comment un quartier miséreux...

Balance 3.jpg

... devint un quartier huppé

Balance 6.jpg

Pour des sommes astronomiques pour l'époque !

balance 9.jpg

réservé aux plus fortunés

maquette.jpg

La maquette du projet global

 

mercredi, 17 juin 2015

Rue Baracane

Rue Baracane.jpg

Au numéro 14

De quoi s'agit il ?