Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 24 avril 2015

Du temps où l'intra muros était une cité industrieuse : l'exemple du quartier Buffon 2/6

Héritage du moyen age où on ouvrait les volets clos de l'échoppe au rez de chaussée alors que l"industrie" se pratiquait à l'étage.

Pas de délocalisation, tout se fabriquait et se vendait sur place, en circuit court comme on dirait de nos jours.

Activité nourricière, dans laquelle le terme de "maison mère" n'était pas du figuré...

Ce genre "commercial" perdura dans notre intra muros jusqu'après guerre. Quelques exemples concrets mais qui pourraient s'étendre à l'ensemble de la cité.

Aujourd'hui : Armand, Perrin et cie

 

2 rue Buffon.jpgAu 2 de la Rue Buffon, là où a pris place la maison aux volets rouges, se trouvait la maison Perrin, marchand de vin.

 

Le débit de boisson lui même se trouvait en lieu et place du Théâtre du balcon Theatre du balcon.jpgrue Guillaume Puy.

 

 

 

 

 

 

11 rue Buffon.jpg

 

Rue Buffon, vers les numéros 11 et 13 de la rue se trouvait le dépôt de bois de M Armand, un célibataire endurci qui vivait chez ses parents...

 

 

 

 

Place des 3 Pilats 1.jpg... il exerçait son art de menuisier place des 3 Pilats.

 

 

 

18 rue Buffon.jpg

 

Au numéro 18 se trouvait un marchand de sucre, presque en face un marchand de charbon dont je ne me souviens plus du nom. Peut être que certains internautes peuvent me rafraichir la mémoire...

 

 

jeudi, 23 avril 2015

Du temps où l'intra muros était une cité industrieuse, l'exemple du quartier Buffon 1/6

Héritage du moyen age où on ouvrait les volets clos de l'échoppe au rez de chaussée alors que l"industrie" se pratiquait à l'étage.

Pas de délocalisation, tout se fabriquait et se vendait sur place, en circuit court comme on dirait de nos jours.

Activité nourricière, dans laquelle le terme de "maison mère" n'était pas du figuré...

Ce genre "commercial" perdura dans notre intra muros jusqu'après guerre. Quelques exemples concrets mais qui pourraient s'étendre à l'ensemble de la cité.

Aujourd'hui : La cité Richard

4 cité Richard.jpgSituée au 4 de la rue Buffon, là se tenait la Biscuiterie Usclat : fabrication au rez de chaussée, bureaux et appartements à l'étage et senteurs embaumées dans tout le quartier!

 

La cour servait de parcage pour les chevaux car tout se transportait par charreton à bras ou à voiture à cheval.

 

 

 

3 soleils.jpg

Pour le ferrage des bêtes, il suffisait de se rendre tout près là où se trouve l'actuel théâtre des 3 soleils se tenait le père Richard maitre de forge et maréchal ferrant, ferrailleur à ses heures.

 

 

 

 

toit en avancée pour lever les charges.jpg

Cette biscuiterie périclita pendant la guerre et finit "sur la paille" faute d'approvisionnement et de fonds suffisants..

 

 

Ci contre un toit en avancé muni de poulie pour lever les charges pour approvisionner les greniers en marchandises.

 

 

Une ouverture pratiquée dans la rue des écoles permit l'installation des "entrepôts vauclusiens"

les entrepôts vauclusiens.jpg

et de "la Provençale de peinture"

provençale de peinture.jpg

mercredi, 22 avril 2015

Rue Sureau

Rue Sureau ancienne fontaine publique.jpg

L'ancienne fontaine publique

Trop fréquemment transformée en pissotière !

samedi, 18 avril 2015

Au mas du juge

mas du juge 01.jpg

"la vieille bastide où je naquit, en face des Alpilles, touchant le clos créma, avait le nom de mas du Juge, un tènement de quatre paires de bêtes de labour, avec son premier charretier, ses valets de charrue, son pâtre, sa servante que nous appelions la tante, et plus ou moins d'hommes au mois, de journaliers ou journalières, qui venaient aider au travail soit pour les vers à soie, pour les sarclages, pour les foins, pour les moissons ou les vendanges, soit pour la saison des semailles ou celle de l'olivaison."*

mas du juge 02.jpg

Pan panet et Pan perdu s'en sont allés

mais un chien garde toujours la maisonnée

 

 

"Mes parents, des ménagers,  étaient de ces familles qui vivent sur leur bien, au labeur de leur terre... ils forment une caste à part... aristocratie qui fait la transition entre paysans et bourgeois..." *

 

mas du juge 03.jpg

 

mas du juge 04.jpg

 L'habitation de Mistral est toujours en place

mas du juge 06.jpg

mas du juge 07.jpg

mas du juge 08.jpg

mas du juge 09.jpg

mas du juge 11.jpg

mas du juge 12.jpg

les dépendances ont été aménagées en vastes salles de réception

collage 4.jpg

* Mémoire et récits de Mistral

 

 

 

 

 

 

 

samedi, 11 avril 2015

Une visite aux ocres de Roussillon 3/3

1.jpg

 

Des réalisations exemplaires

 

 

 

 

 

2.jpg

3.jpg

 

 

 

Motifs en carrelage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4.jpg

5.jpg

 

Arabesques de fer forgé

 

 

 

6.jpg

 

 

Fresques à l'antique

 

 

 

7.jpg

8.jpg

 

 

Motifs pompéiens

 

 

 

9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

10.jpg

11.jpg

Tout en délicatesse, pourtant ce n'est que de la terre !

 

 

 

 

 

 

12.jpg

vendredi, 10 avril 2015

Une visite aux ocres de Roussillon 2/3

Témoignages de poètes et énigmes *

Poésie 1.jpg

Octavio Paz

 

 

enig 1.jpg

 

point-d-interrogation.JPG

 

Poésie 2.jpg

Marguerite Duras

 

 

enig 2.jpg

 

point-d-interrogation.JPG

 

Poésie 3.jpg

Jean Marie de Hérédia

 

enig 3.jpg

point-d-interrogation.JPG

 

Poésie 4.jpg

Oscar Wilde

 

 

énigme 4.jpg

 

point-d-interrogation.JPG

 

Poésie 5.jpg

J P Duprey

 

 

énigme 5.jpg

 

point-d-interrogation.JPG

 

Poésie 6.jpg

Adam Michel Deguy

 

énigme 6.jpg

point-d-interrogation.JPG

 * Médiocre qualité des photos prises à l'aide de mon téléphone

 

 

jeudi, 09 avril 2015

Une visite aux ocres de Roussillon 1/3

La mer recouvre la Provence

Des sables provenant d'un continent proche se déposent au fond de la mer.

Un minéral argileux, chargé en fer, la glauconie, se forme selon des phénomènes chimiques complexes et colore les sables en vert.

Les grès verts émergent sous un climat tropical

La pluie pénètre dans les grès verts en profondeur et circule entre les grains de sable, les éléments chimiques constituant la roche sont libérés et transportés par la nappe phréatique.

L'altération est progressive

En moins de 2 millions d'années,  le fond d'ocrification descend. L’altération se propageant du haut vers le bas, les sables verts changent de couleurs et deviennent des sables ocreux.

De nombreux éléments chimiques libérés par lessivage forment de nouvelles couches de matériaux plus stables :

ocre roussillon.jpg

Une cuirasse ferrugineuse

Une argile blanche de kaolinite

Un oxyde de fer rouge, l'hématite

Un hydroxyde de fer jaune, la goethite

 

 

info 1.jpgL'arrivée du minerai

"L'eau arrive sur le tas. Avec votre rediable, vous faites le passage pour qu'elle aille sur le ruisseau qui va au malaxeur"

 

 

 

info 1-1.jpg

info 2.jpgLe lavage

" Le laveur, c'est celui qui gagne l'argent au patron ou qil lui en bouffe"

 

 

 

info 2-1.jpg

info 3.jpg

Le séchage au vent et au soleil

" Ici, il n'y avait pas d'arbre... Comment voulez vous séchez l'ocre ?"

 

 

 

 

 

info 3-1.jpg

info 4.jpgLa calcination au feu de bois

" Pour bien faire cuire un four, il faut 30 heures "

 

 

 

info 4-1.jpg

info 5.jpg

Le broyage de l'ocre rouge

" Et alors, je vous garantis que le soir on était joli, hein ..."

 

 

 

info 5-1.jpg

 

info 9.jpgLe broyage de l'ocre jaune

" Avant de rentrer là, essuie toi les pieds! "

 

 

 

info 9-1.jpg

info 8.jpg

Le tamisage de l'ocre jaune

" Le type là, vous passiez à cote, sur le quai, vous ne le voyiez pas, il était devant, vous ne le voyez pas, il était à 2 mètres, vous ne le voyiez pas "

 

 

info 8-1.jpg

info 6.jpgLes préparatifs d'expédition

" Le contremaitre, il faut qu'il soit partout... dans tous les coins. "

 

 

 

info 6-1.jpg

info 7.jpgLa salle de...

"Les docteurs, ils nous disaient à l'époque...: "Oh, mais l'ocre, c'est inoffensif !"

 

 

 

 

info 7-1.jpg

* Photos prises avec mon téléphone d'où la faible qualité

mercredi, 08 avril 2015

Retour de Pâques

roure 1.jpg... Et maintenant, prêtons l'oreille aux vielles cloches du Roure où, dans la cour d'honneur, pour rappeler le pervers mais catholique Baudelaire :

Les parfums, les couleurs et les sons se répondent...

 C'est une atmosphère d'élection

                                                               Louis Bertrand

 

 

 

roure 2.jpg

 

Sous la flèche du temps qui tue, émousse, effrite,

Vos ailes de métal ne se sont pas brisées.

la patine du temps les a vert-de-grisées

Pour leur donner le ton moussu des smaragdites.

 

roure 3.jpgOiseaux de paradis dont le nid est d'airain,

Vous m'apportez la voix d'une âme de poète,

Lamartine, Mistral et Dante, nos prophètes,

l'ange des Fleurs du mal, le Goncourt des quatrains

Sont vivants dans vos sons dorés comme l'essaim

Vos accents pleins de ciel monte vers Théocrite

Et font s'agenouiller les péchés d'Aphrodite.

roure 4.jpg

 

Oiseaux de paradis dont la délicatesse

Prolonge une pensée au cœur du souvenir,

Quelle est la main de fée ou quelle est la prêtresse

Dont l'appel inspiré vous fit vers vous venir

 

roure 5.jpg

 

Pour porter à nos yeux l'éternelle lumière

Qui dissipera l'ombre où nous sommes murés ?

Sur les instants fanés d'oubli décolorés,

Vibrez ! Cloches vibrez, ô mes lyres trémières,

Soyez la poésie unie à la prière.

 

roure 6.jpg

Les cloches du palais du Roure

Alice Cluchier

 

 

samedi, 28 mars 2015

22 rue Bouquerie

Après l'étude d’Adrien Marcel sur la vie de Molière à Avignon, le 9 mars 1922, il fut décidé d'apposer, sur le mur de l'immeuble de la rue de la Bouquerie au numéro 22,une plaque de marbre portant le libellé suivant :

2013 07 03 Bouquerie maison Nicolas Mignard jeu de paume 1.jpg

     « Celle maison qui a appartenu au peintre Nicolas Mignard, possédait 
dans ses dépendances un jeu de paume où Molière donna la Comédie
en 1655 et 1617 »

2013 07 03 Bouquerie maison Nicolas Mignard jeu de paume 2.jpg

L'inauguration officielle de cette plaque fut fixée au 
vendredi 14 juillet 1922 à 10 heures du matin. Façade pavoisée, Maire en tête, adjoints, chefs de service
de la Ville, Conseillers de Préfecture, le Colonel Lançon
représentant M. le Général commandant la Division,
délégués de l'enseignement et les corps constitués
assistèrent à la cérémonie

Le voile qui couvrait la plaque ayant été retiré, le Secrétaire général de
l'Académie de Vaucluse déclama avec lyrisme:

Tu pris cette ruelle, et, dans cette maison, Tu dressas les tréteaux de ta Muse folâtre. Avec toi l'on s'instruit, alors qu'on croit s'ébattre, Et ta gaîté partout est une floraison. Malgré le dogme étroit et l'ardente oraison, La foule avignonnaise, avide de théâtre, Escholiers, clercs, bourgeois, un soir, ont quitté l'âtre, Pour s'abreuver de rire et de saine raison. Comme nos bons aïeux, nous aimons l'ariette. Mireille a le bon sens et l'esprit d'Henriette. Molière, garde-nous du fourbe commensal. Plus que jamais ta race à la nôtre s'allie, Et nous avons voulu, pour que nul ne l'oublie, Graver ton nom français sur ce seuil provençal.

Sonnet à Molière de Paul Manivet


Lors de la récente restauration de cette splendide demeure, la plaque fut
jetée au rebuts par des ouvriers peu au fait de l'histoire avignonnaise et brisée.
Un heureux concours de circonstances et une démarche individuelle permit,
in extrémis, de récupérer les morceaux et de les remettre en place.
Ils ont subi quelques outrages mais la mémoire est conservée.

 

mardi, 10 mars 2015

Des effets du vent sur l'incompétence des hommes

Les merlons et leur soubassement n'ont pas résisté longtemps aux assauts de notre Mistral vénéré

St Lazare 1 édit.jpg

Porte St Lazare *

On pourra remarquer la faiblesse d'une restauration qui ne tient pas compte des corbeaux qui soutiennent l'appareil. Comme souvent je le répète ici, je ne comprends pas ce parti pris de restaurer sans suivre les règles élémentaires d'architecture à savoir que les bases doivent pouvoir supporter les charges qu'elles reçoivent.

Restaurer pour l'histoire et l'esthétique sans tenir compte des règles de bon sens est dangereux à la fois pour les être humains mitoyens de ces édifices, mais aussi pour ces édifices eux mêmes qui partent encore plus vite à la ruine... je vais encore me faire des amis !

* Photos V A

vendredi, 30 janvier 2015

Congrégation des hommes... les vitraux

Ave Maria édit.jpgAlias Notre Dame de la Conversion

Un ensemble de vitraux orne cette église, ils ne sont pas contemporains du monument, mais ont été installés lors de la nouvelle dédicace en l'honneur des Italiens d'Avignon.

Seule une grisaille du XIX ème subsiste dans une chapelle latérale

 

 

Ste catherine de Sienne édit.jpg

Ste Catherine de Sienne,"sa victime", Grégoire XI, quitta définitivement Avignon et installa la papauté à Rome... Quelle perte pour notre ville !

Vitrail intéressant par sa représentation du palais des Papes et la signature du vitrailliste

 

 

 

studio d'arte édit.jpg

St François d'assise édit.jpg

St François d'assise, représenté sur fond de la carte d’Italie...Bien sûr !

 

 

 

La fuite en Egypte édit.jpg

La fuite en Égypte

 

 

 

 

St Joseph édit.jpg

St Joseph travailleur

 

 

 

Riccardo Alberta édit.jpg

Riccardo Alberta

apparition de Lourdes édit.jpg

 

La sempiternelle apparition de Lourdes. pardon pour mes lecteurs, je n'ai jamais aimé cette représentation de la Vierge... Il y aura à dire à ce sujet...

 

 

 

Ces vitraux forment un ensemble homogène, mais ils pèchent un peu dans les détails (vous le verrez en grossissant les images (au niveau des visages notamment et des attitudes figées).

jeudi, 22 janvier 2015

Nicolas Saboly... autographe

collage autographe saboly.jpg

Émouvant témoignage conservé à la bibliothèque inguimbertine de Carpentras

 

Si Narcisse eut aymé le vin

De matin, per aques cartié,

Quauqueys boures davant matine,

Aven ousi l'ayguarden (1)

Que disié plus : Aygarden fine.

 

May que cridave, comme un sour,

Qu'a miege nuech ere grand jour.

 

Ere vray comme lou disié :

S'es jamay vis tale aventure

Dins aqueou temps chascun vesié

Un désordré dins la nature.

 

Aguessias dict que lou souleou

Voulié gin vevre de caleou. (2)

Un borné, que sau resouna

A qu'a toujour passa per sage,

Diguét : Fau que Diou siegue na.

 

Aqueou meritye un 1Eymage;

Car jaimay home parlet miou

Dey veritas de nostre Diou.

 

Dins aqueou benhura moument

la Vierfe ere dins un estable,

Qu'enfantave sence tourment

Nostre Redemptour adorable.

 

N'a qu'un estable per palay,

Per courtisans lou biou et l'ay.

 

Ley bestiey mesme en aqueou lio

Sont touty plenes d'alegresse.

 

Tandis que l'ase fay : hiho,

Lou biou lou lippe e lou caresse.

 

Canten donc toutey a souhé :

Noué, Noë, Noë, Noë

 

 

(1) Marchand d'aygarden, c'est-à-dire d'eau-de-vie. 

(2) Petite lampe de forme antique, encore usitée en Provence. 

 

 

samedi, 03 janvier 2015

12 Aout 1894... Scandale chez les ouailles

Homélie de l'abbé Dumas, curé de la paroisse de St Pierre, à la grand messe du dimanche 12 août 1894.

 

abbé Dumas.jpg« Aujourd’hui on va inaugurer dans notre ville cinq statues. et, avec plaisir, je m'incline devant elles, parce qu'elles sont élevées à la mémoire de cinq de nos concitoyens qui ont honoré leur pays par des œuvres diverses, qui tous furent des hommes à principes, des hommes de caractère, des hommes profondément religieux et catholiques pratiquants. Deux d'entre eux appartiennent à la paroisse St Pierre et, à ce tire, j'irais volontiers déposer une couronne au pied de leurs statues.

Mais comme prêtre et pasteur, gardien d'office de la morale, je proteste, de toute l'énergie de mon âme indignée, contre l'érection d'une statue d'un autre genre, d'une statue impudique que des mains sacrilèges ont élevées la nuit dernière au chevet de notre église, tout près du sanctuaire, du tabernacle de Dieu de toute pureté, à coté de la Vierge Immaculée.

Et pourquoi ne l''a t-on pas érigée en plein jour ? Parce que l'on avait pas osé mentionner cette érection dans le programme de la fête, parce que celui qui fait le mal craint la lumière et la hait : Qui facit malum odit lucem.

Non une pareille statue ne peut avoir sa place au cœur d'une ville religieuse comme Avignon, qui a pour patronne Notre Dame des Doms. On voudrait peut être en faire une Sodome, une Babylone. Mais non, malgré la franc-maçonnerie, malgré l'enfer déchaîné, elle restera toujours la ville de Marie Immaculée.

Vous le proclamez avec moi, la place de cette ignoble statue n'est point là. Si pourtant on tient à la conserver, qu'on la relègue au centre de ces lieux qu'une malheureuse tolérance réserve à l'impudicité. Là, elle aura sa raison d'être. Et qu'on sache bien que toutes les âmes honnêtes sont indignées d'une exhibition soi-disant artistique, qui n'est autre chose qu'une provocation à la lubricité.

En attendant que la justice de Dieu passe sur ce nouveau monument d'infamie, vous toutes, nos chères enfants de Marie, vous toutes, mères chrétiennes, vous tous, hommes d'honneur, qui conservez le sentiment de la pudeur, vous vous voilerez la face en vous rendant à l'église.

Pour protester contre ce scandale et pour réparer, dans la mesure de notre pouvoir, l’outrage fait à la majesté divine, nous chanterons, ce soir, après les vêpres, devant le saint sacrement exposé, trois fois le Pacem Domine »
podcast

Quelques extraits d’interprétation du Pacem Domine

Vénus aux hirondelle.jpgLa municipalité se rendit finalement aux invectives ecclésiastiques et déplaça la Vénus aux hirondelles (puisqu'il s'agit d'elle) de Félix Charpentier au milieu du plan d'eau du jardin du rocher des Doms, sous la bonne garde des enfants qui n'y virent aucun mal.

Il faut cependant remercier d'une certaine façon cet abbé Dumas, car les exigences guerrières de 39 - 45 eurent raison du bronze de la plupart des chefs d’œuvre statuaires avignonnais. Seule La Vénus resta assez longtemps oubliée pour échapper à la fonte. Quand on s'en rendit compte, elle fut bien déboulonnée, envoyée à la casse à Marseille... mais comme tout à une fin, même les guerres, elle finit chez un brocanteur lyonnais !

 

La ville la racheta et la remit à sa juste place pour le plus grand bonheur de tous. Pauvre abbé Dumas, finalement on lui doit une fière chandelle.

La place Carnot n'y a pourtant pas gagné, elle a hérité d'une affreuse horloge qui ressemble à un piquet de support de caténaire de tramway... ( je vais encore me faire des amis...)

Les lutteurs édit.jpg

 

 Derrière le temple (protestant) Saint Martial, une statue du même Félix Charpentier fut également érigée.. la double nudité masculine n'offusqua personne ! "Les Lutteurs" furent fondus et transformés en canons meurtriers.... les voies du Seigneurs sont décidément impénétrables...

 

vendredi, 19 décembre 2014

Le collège du Roure... 1889 une découverte 2/2

Collège du Roure modifié.jpg

 

Le 13 juillet 1889, il fut découvert dans une tranchée ouverte sur la place de la Préfecture, ancien jardin du collège du Roure donc, un sceau recouvert d'une belle patine verte, dont voici la description :

 

S'F'STEPhI. D'MARLhACO : ORD'— MINOR'MAGRI' SACR'TEOLOG'

c'est à dire : Sigillum Fratris Stephani de Marlhaco, Ordinis Minorum, Magistri Sacroe Theologioe.

 

Dans une baie à trois arcs, surmontée d'un dais architectural très orné et soutenue par des contreforts à clochetons, St François d'Assise debout, nimbé, en costume de son ordre, tenant de la main gauche un livre et de la main droite la verge, symbole de la discipline conventuelle. Au-dessous, sous un porche surbaissé, le frère Étienne de Marlhac en prière.

 

Notre sceau appartient  à la fin du XIVe siècle, ou au plus tard au début du siècle suivant, donc contemporain du collège du Roue qui abritait  environ trois douzaine d'étudiants, la plupart en théologie

 

Étienne de Marlhac, personnage inconnu, a-t-il habité Avignon? Y a-t-il enseigné la théologie?

L'administration du Musée Calvet a négligé d'en faire l'acquisition lors de la vente Charvet à la fin du siècle dernier et ce sceau a disparu dans une collection privée...

 

 

 

 

vendredi, 12 décembre 2014

Le collège du Roure... existe il un style avignonnais 1/2

palais du roure édit.jpgVoici un lieu oublié ....

Son nom nous évoque évidemment le palais du Roure ainsi dénommé par Mistral, les bâtiments datant de la même époque.

 

 

Fondé en 1476, par Julien de la Rovère, altéré en Roure, Le collège avait été installé dans l'ancienne livrée de Poitiers.

 

Collège du Roure bis édit.jpg

Au nord, le cimetière St Agricol, sur la gauche, la chapelle des templiers

Sa conception n'est pas sans rappeler

petit palais 1.jpg

 

 

Le petit Palais,

 

 

hotel de Sade facade édit.jpg

 

 

L’hôtel de Sade,

 

 

 

commanderie des Hospitaliers édit.jpg

 

La commanderie des hospitaliers 

 

 

hotel Ampus Aubanel.jpg

 

ou l'ancien hôtel d'Ampus, imprimerie Aubanel détruit pour faire place aux nouvelles galeries !

 

Tourelles d’angles et créneaux animaient la façade, dans un style défensif médiéval tardif. L'accès se faisait par un arceau cavalier qui a été rajouté au XVI ème siècle, réaménagé par Royers de la Valfenière ( le père de Louis François, l’architecte de l’hôtel de Montaigu qui m'est si cher). Au 18 ème siècle il fut détruit pour construire l'actuel Hôtel Forbin des Isard qui abrite la préfecture (tout au moins le préfet);

à suivre.../...