Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 20 mai 2014

Les 90 printemps du "Riban de Provenço"

Pour les 90 ans du "riban" nous avons eu droit à un Palais du Roure en partie rénové, mais quelle surprise

roure rénové.jpg

Je n'arrive toujours pas à comprendre la logique des monuments historiques

Grands aplats d'ocre foncé... y en avait il à l'origine ?

Vieillissement de la pierre ( l’entrelacs de branches)

Le Blason barbouillé du même ton

Deux trous béants de part et d'autre, à quoi correspondent ils ?

Cliquez sur le blason pour voir la vidéo du défilé folklorique (interrompu par l'éternel leitmotiv : batterie épuisée !)

jeudi, 03 avril 2014

les jeux provençaux... le jeu de l'outre

"La procession finie, les saints remisés dans leurs chapelles, nous allâmes voir les taureaux, puis les jeux sur l'aire,

les luttes d'hommes,

les trois sauts,

l'étrangle-chat,

le jeu de l'outre, et tout le joli train des fêtes de Provence...

La nuit tombait quand nous rentrâmes à Maillane. Sur la place, devant le petit café où Mistral va faire, le soir, sa partie avec son ami Zidore, on avait allumé un grand feu de joie... La farandole s'organisait."

Daudet le grand poète Mistral

 

L'utilisation des outres pour le jeu nous vient de la plus haute antiquité puisque les romains la pratiquaient. Il consistait à porter dans le camps adverse une outre remplie de paille (pour les enfants) mais remplie de sable pour les hommes. (ancêtre du rugby ou de la soule plutôt)


« Il a pris le ballon et l'a jeté à un de ses compagnons. Il a réussi à éviter l'un de ses adversaires et a bousculé l'autre. Il envoie la balle d'un coup de pied à un de ses équipiers, et de tous côtés des cris s’élèvent : Il était hors du jeu, C'est trop long, C'est trop bas, C'est trop haut, C'est trop court, Mets-là direct dans la mêlée ». Antiphane IV siècle avant JC

En Provence, il consistait à sauter par trois fois sur une outre remplie de vin en frappant des mains sans tomber. Le vainqueur gagnait l'outre ... et son contenu...

Cf : Fernand Benoit, La Provence et le Comtat Venaissin, arts et traditions populaires, Éd. Aubanel, Avignon,

vendredi, 28 mars 2014

les jeux provençaux ... L'étrangle chat

"La procession finie, les saints remisés dans leurs chapelles, nous allâmes voir les taureaux, puis les jeux sur l'aire,

les luttes d'hommes,

les trois sauts,

l'étrangle-chat,

le jeu de l'outre, et tout le joli train des fêtes de Provence...

La nuit tombait quand nous rentrâmes à Maillane. Sur la place, devant le petit café où Mistral va faire, le soir, sa partie avec son ami Zidore, on avait allumé un grand feu de joie... La farandole s'organisait."

Daudet le grand poète Mistral

L'estranglo cat

Ayant noué ensemble les extrémités libres du "seden", deux gardians, se tournant le dos, en passent les boucles derrière la tête puis sous les bras.

Se courbant en avant et faisant effort des bras et des jambes, chacun d'eux s'efforce alors d'entrainer l'adversaire dans un fossé de part et d'autre duquel il s'étaient placés au début de l'exercice.

vendredi, 21 mars 2014

Les jeux provençaux... les trois sauts

"La procession finie, les saints remisés dans leurs chapelles, nous allâmes voir les taureaux, puis les jeux sur l'aire,

les luttes d'hommes,

les trois sauts,

l'étrangle-chat,

le jeu de l'outre, et tout le joli train des fêtes de Provence...

La nuit tombait quand nous rentrâmes à Maillane. Sur la place, devant le petit café où Mistral va faire, le soir, sa partie avec son ami Zidore, on avait allumé un grand feu de joie... La farandole s'organisait."

Daudet le grand poète Mistral

Li Tes saut

Ce saut en longueur a toujours été en faveur en Provence.

Ce sont trois sauts consécutifs exécutés sans repos entre eux, depuis une raie marquée d'uno busco (un bâton) et après une brève course pour prendre de l'élan.

On se reçoit sur un pied après le premier et le deuxième saut, et sur les deux pieds après le troisième seulement.

Est vainqueur celui des compétiteurs qui franchit ainsi la pls grande distance. Chacun ayant droit à trois essais et étant crédité du meilleur résultat obtenu.

triple 1.jpg


Vous me direz, il s'agit de la discipline olympique du triple saut, certes, sauf que ce jeu se pratiquait dans les "vogues" en Provence avant le XVIII ème siècle étonnant tout de même !

vendredi, 21 février 2014

Pernes... au détour du chemin

Hommage au majoral Raoul Arnaud, l'auteur du chèvrefeuille.... il faut lever la tête pour voir l'inscription!

giono.jpg

Tout le monde comprendra... Je l'espère

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

samedi, 11 janvier 2014

Saint pantaléon... une étrange coutume oubliée

St Pantaleon.jpg

 

Cette charmante petite église romane est dédicacée à Saint Pantaléon. Né vers 303 à Nicomédie en Asie mineure, il est resté dans lesmémoire pour avoir ressuscité un enfant mort d'une piqure de vipère par la seule invocation du Christ.

 

 

st pantaleon 3.jpg

La petite église bâtie sur le roc

Au moyen âge, la mort d'enfant à la naissance n'était pas rare et la sage femme ne connaissait de l’obstétrique que les pratiques transmises sur le tas (si je puis m'exprimer ainsi). La seule formation qu'elle recevait des lettrés de l'époque, celle du clergé, était d'assurer le salut de l’âme de l'enfant. Aussi pratiquait elle l’ondoiement pour l'enfant en danger souvent avec une éponge pour atteindre le crane, une épaule, une main... un pied... puis plus tard avec un clystère qui puisse pénétrer et atteindre la peau de l'enfant à sauver.

Pour les parents, quoique la perte d'un enfant appelé à la vie soit douloureuse, l'absence de baptême impliquait que l'enfant soit inhumé, comme une bête, en terre vile sans sacrement et qu'il erre éternellement dans les limbes sans voir Dieu.

inscription.jpg

Cliquez sur l'inscription pour l'agrandir

Un rite apparut très vite dans les églises (avéré dès le V ème siècle) sur la foi de quelques paroles d'évangile... "il n'est jamais trop tard"... et sur la réputation d'un saint.

La vie du nouveau né, sorti de sa mère, n'était peut être pas tout à fait partie...

Porté rapidement dans un creux de mur ou sur l'autel de cette chapelle dédiée à Saint Pantaléon, l'enfant était réputé vivre, par un miracle du saint, le temps d'accomplir les cérémonies du baptême. Après quoi il était possible de le faire enterrer dans l'enceinte du cimetière assurant ainsi le salut à son âme.

C'est ce qu'on appelle les "suscitations d'enfants". Les chapelles reconnues pour ces miracles sont désignées sous le vocable de "chapelles à répit"

Nécropole de l'abside édit.jpg

La nécropole

Cliquez sur l'abside pour voir les tombes d'enfants creusées dans la roche

 

Nota: Une célèbre chapelle à répit se trouve à Moustiers Sainte Maire, tout en haut du village, sous l'étoile. C'est la chapelle de Notre Dame de Beauvoir. (belle visite à faire pour ceux qui ne manquent pas de souffle!) à gauche de la nef tout de suite en rentrant, se trouve une niche creusée à même le mur dans laquelle on plaçait "en répit"  l'enfant à baptiser

mercredi, 01 janvier 2014

Pour bien commencer l'année....

 

Coupo santo.jpg

 

 

Cliquez sur la Coupo Santo pour entendre André Chiron... segur



Coupo Santo


Prouvençau, veici la Coupo
Que nous vèn di Catalan ;
A-de-rèng beguen en troupo
Lou vin pur de noste plant.

Coupo Santo
E versanto
Vuejo à plen bord
Vuejo abord
Lis estrambord
E l'enavans di fort !


D'un vièi pople fièr e libre
Sian bessai la finicioun ;
E, se toumbon li Felibre
Toumbara nosto nacioun.

D'uno raço que regreio
Sian bessai li proumié gréu ;
Sian bessai de la patrìo
Li cepoun emai li priéu.

Vuejo-nous lis esperanço
E li raive dóu jouvènt,
Dóu passat la remembranço
E la fe dins l'an que vèn.

Vuejo-nous la couneissènço
Dóu Verai emai dóu Bèu,
E lis àuti jouïssènço
Que se trufon dóu toumbèu.

Vuejo-nous la Pouësio
Pèr canta tout ço que viéu,
Car es elo l'ambrousìo
Que tremudo l'ome en diéu.

Pèr la glòri dóu terraire
Vautre enfin que sias counsènt
Catalan, de liuen, o fraire,
Coumunien tóutis ensèn !



Coupe sainte


Provençaux, voici la coupe
Qui nous vient des Catalans
Tour à tour buvons ensemble
Le vin pur de notre cru.

Coupe sainte
Et débordante
Verse à pleins bords
verse à flots
Les enthousiasmes
Et l'énergie des forts !


D'un ancien peuple fier et libre
Nous sommes peut-être la fin ;
Et, si les Félibres tombent
Tombera notre nation.

D'une race qui regerme
Peut-être somme nous les premiers jets ;
De la patrie, peut-être, nous sommes
Les piliers et les chefs.

Verse nous les espérances
et les rêves de la jeunesse,
Le souvenir du passé
Et la foi dans l'an qui vient.

Verse nous la connaissance
Du Vrai comme du Beau,
Et les hautes jouissances
Qui se rient de la tombe.

Verse nous la Poésie
Pour chanter tout ce qui vit,
Car c'est elle l'ambroisie
Qui transforme l'homme en Dieu.

Pour la gloire du pays
Vous enfin nos complices
catalans, de loin, ô frères,
Tous ensemble, communions !

texte de Frédéric Mistral (1867)
musique de Nicolas Saboly (XVIIe)

 

mercredi, 25 décembre 2013

Noël en Provence

On dit que c'est la mère de St François d’Assise, provençale d'origine, qui ramena la crèche en Provence.

En France, pendant la révolution, les représentations religieuses publiques étaient interdites, la crèche apparait à Noël dans les maisons.

La crèche provençale s'inspire de la vie locale, les santons, ce sont les petits saints... Nous sommes tous des petits saints... Quelle belle histoire!

crèche.jpg

Cliquez sur la crèche pour voir le clip vidéo

Dans la crèche de St Agricol on peut voir successivement :

L'ange : En Provence l'ange "Boufareu", celui qui souffle dans sa trompette pour annoncer la nouvelle

La Vierge : Elle contemple "l'enfantoun"

Joseph : Vétu d'une robe de bure, il est le plus souvent à genou

L'enfant Jésus : couché dans la paille dans un simple lange

L'aveugle : Dans la pastorale Maurel, il s'appuie sur l"'épaule de son fils et recouvre la vue

Bartoumieu : Comique de la Pastorale Audibert, d'aucun l’appelle "pistachié", c’est lui qui tombe dans le puits, d'allure bonhomme et négligée.

La Bohémienne : avec son enfant dans les bras

Le Ravi : Naïf, reconnaissable à ses bras levés au ciel

Le berger : Jeune ou plus souvent vieux, on le trouve soit couché, soit accompagnant son troupeau.

Les animaux : Incontournables de la crèche, l'âne et le bœuf qui réchauffent l'enfant de leur souffle, mais aussi tous les animaux de la nature... véritable hymne à la vie

Les rois mages : l'élite du monde qui se prosterne devant l’innocence d'un enfant... une leçon a retenir peut être.

Melchior : le roi maure enturbanné.

Balthazar : le roi blanc a la cape violette brodée d'or.

Gaspard : à genou le plus souvent qui apporte l'or

Et puis les femmes

La Comtadine

La femme à la bassinoire

La marchande de savon

la marchande de rubans

La vendeuse de cacalauses

La fileuse,

La laitière

la marchande de fougasse ...

Les Hommes

Le porteur de cruche

Le tonnelier

Le bourrelier

Le gitan

Le marchand de marron

Le vitrier

le rémouleur

Le chasseur

Le curé

Le maire,

Le tambourinaire

Lou pescadou ...

 

 

 

dimanche, 08 décembre 2013

Le 8 décembre

Le 8 décembre, jour de l'immaculée conception pour les chrétiens, les avignonnais illuminaient les statues des vierges dans les rues... les niches étaient souvent équipées de porte lumignons

Image1.jpg

Rue Gal Grenier la niche (réinvestie) avec son porte lumignon

et pour certaines même de lanternes adéquates

Image2.jpg

La très belle vierge de la rue Saraillerie avec sa lanterne magnifiquement restaurée

Ceux qui n'avaient pas de vierge en façade, se contentaient de poser une veilleuse sur la fenêtre

Les commerçants, en vue des agapes des fêtes de noël organisaient des concours de vitrines primées.

J’avais peut être 5 ou 6 ans et c'est là que j'ai vu mes premiers "Charlie Chaplin" et mes premiers "Laurel et Hardy". En effet, pour animer leur vitrines, certains commerçants fortunés nous projetaient des films muets... quel régal pour nos yeux d'enfants émerveillés.

Les vitrines les plus phénoménales étaient celles des traiteurs dans lesquelles des amas de victuailles, à faire gargouiller nos ventres affamés d'après guerre, des étalages de saucissons et de cochonnailles, montraient en des scènes des plus hétéroclitiques au plus incongrues... des églises, des processions et même des crèches en pâtés en croute et cervelas bien dodus !

Nous avions la TSF mais pas encore la télé, alors nous n'aurions raté ce spectacle pour aucun prix.

... mais quel froid aussi. je pense que c'est Henni Duffaut qui avait eu l'idée de chauffer les rues, notamment la rue des marchands avec des infra rouges... c'était l'époque du gaspillage il est vrai

mercredi, 04 décembre 2013

Ste Barbe

sainte Barbe.jpg

 

Patronne des artilleurs... dont j'étais ... il y a bien longtemps c'est vrai...

Sainte Barbe, martyrisée avec des torches ardentes pour renier sa foi, est la patronne des tous les corps de métiers qui ont à redouter la foudre ou le feu. Elle éloigne les orages, on l'invoque aussi contre la mort subite et imprévue... ça peut toujours servir

 

 

Santo Barbo, santo flour

La crous de noste Segnour

Pregas pèr nautre

Que lou tron toumbe pas sus naustre

 

demeter.jpg

 

En Provence c'est le moment de planter les lentilles ou le blé dans 3 coupes distinctes, tradition païenne qui invite au renouveau de la vie qui semble s'être enfuie avec les frimas de l'hiver...

Vieux culte de Déméter hérité des grecs, déesse qui protégeait de la famine

 

 

blé.jpg

 

C'est le premier geste de la tradition calendale

Si l'herbe pousse bien, c'est signe de prospérité

Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn

mardi, 03 décembre 2013

Epopée mistralienne... sa généalogie

Généalogie F Mistral.jpg

Cliquez sur l'arbre pour avoir la branche paternelle et la branche maternelle

On peut se rendre compte que Mistral est provençal côté paternel sur neuf générations, pour ce qui concerne les branches maternelles il faudrait poursuivre les recherches "d'uno Raço qué regréio"...

Sa mère voulait le prénommer Notre Dame en mémoire du grand mage salonnais... le curé l'a refusé !

Certaines personnes pourraient donc penser que le nom de notre grand poète vient de celui du vent. De "mauvaises langues", dont l'écrivain Jean Giono, sont même allées jusqu'à dire que si notre maillannais ne s'était pas appelé ainsi, il n'aurait pas eu le même succès...

Par sa mère, Mistral a des origines avignonnaises vers 1570

origine.jpg

Cliquez sur l'image pour lire un extrait des mémoires

Mistral est un patronyme typique de la Savoie. C'est une variante de Mestral, nom qui correspond à la fonction de bailli (fonctionnaire nommé par le seigneur pour le représenter dans une localité).

Étymologie : dérivé de mestre (latin magister).

Le patronyme du père de Mireio, vient à la dixième génération d'un petit magistrat savoyard (providus vir, homme avisé, sorte de magistrat local), Mermet Mistral.

Quel prénom curieux... Mermet vient de "Mermé", ancien superlatif de "petit" (latin minimus) en ancien français donc très petit! Qu'on songe à : marmaille, marmot, marmouset...

"Mermet Mistral" ou autrement dit "Minuscule Maître"... Quel drôle d'antonyme !

samedi, 30 novembre 2013

Epopée Mistralienne... carte autographe

Mistral autographe 1a.jpg

A l'oumbre que pendoulo,ensé lou tambourin

Que met la joio en trin, vivo la farandoule

Cliquez sur la carte pour l'agrandir

Mistral autographe 2a.jpg

vendredi, 20 septembre 2013

Le céleri de Robion... (avec un peu de retard)

 

céleri.jpgUne coutume particulière à Robion

 

Au XIX ème siècle, le jour de la foire de Robion, le 8 septembre, les marchands de Carpentras apportaient des charrettes de céleris, s'installaient autour de la grande pompe sur la place du bourg et vendaient leur marchandise.

"Tout le monde mangeait du céleri le 8 septembre" (André Dumoulin)

On sait que le céleri passait pour aphrodisiaque et les femmes, qui ce jour là faisaient le pèlerinage de Notre Dame de Lumières, proche du village de Goult, ne manquaient pas de faire un détour pour s'approvisionner à Robion en céleri qui devait réconforter les ardeurs de leur mari ...


podcast

                         ... Au son du galoubet

Robion place de la fontaine.jpg

Place de la fontaine, ancienne place de la pompe à Robion

 

mercredi, 14 août 2013

Lou Prouvençau, aro ! Le Provençal, maintenant !

 

Une pétition lancée pour la défense de la langue.. pour ceux que ça intéresse

 

gTsQNdwhSoxLjAG-556x313-noPad.jpg

Cliquez sur l'image

jeudi, 26 avril 2018

Comptine de la Sainte Catherine

catherine palais des papes édit.jpgCatarino Catarot

Li castagno bouion trop

Ta maïre es dins l'oulo

Toun païre dins lou ferrat

Catarino, ploures pas !

Catherine Catarot

 Les châtaignes bouillent trop fort

Ta mère est dans la marmite

Ton père est dans le seau

 Catherine ne pleure pas.

Sainte Catherine

sur une fresque du Palais des Papes