Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 24 juin 2017

25 juin 1944

Attaque menée par 150 avions de la 15 ème US air force :

Trois vagues d'appareils Consolitated B 24 liberators, bombardent Avignon en trois vagues successives volant entre 2000 et 3000 mètres d'altitude.

consolitated b 24 liberator.jpg

Le B 28 liberator

L'alerte a durée 2 heures de 8h45 à 10h45 pour un bombardement par bombes explosives de 250 et 500 Kilos pendant 35 minutes.

bombardement 25 juin 1944.jpg

Photo prise du beffroi de l’hôtel de ville, en premier plan, le clocher de St Agricol (photo Pellas)

1500 point d'impacts ont été relevés au sol.

Les objectifs visés :

Fontcouverte

Viaduc , usine Orga à la petite vitesse et SAP

petite vitesse.jpg

Foncouverte, Central téléphonique du Pontet, usine Alpha

Le bilan :

100 immeubles détruits

le choeur de la chapelle du petit séminaire.jpg

Le chœur de la chapelle du petit séminaire rue d'Annanelle, victime collatérale

bombardement pont suspendu.jpg

Le pont suspendu est touché au lieu et place du viaduc ferroviaire

dégats sur le pont suspendu.jpg

Les dégâts sont importants,

seul le bac à trail restera à disposition des avignonnais pour se rendre sur la Barthelasse

 

15 morts

60 blessés

On reprochera souvent le manque de précisions des bombardements américains du à l'altitude trop élevée.

 

mardi, 06 juin 2017

5 juin 1305

Bertrand de Got, archevêque de Bordeaux est élu pape le 5 juin 1305 à Pérouse

Rome étant livrée au désordre, il se fait couronner à Lyon le 14 Novembre de la même année.

Clément V.jpg

Certes au bénéfice de la politique française à la suite de l'attentat d'Agnani (la fameuse gifle au pape Boniface)

Il préfère les charmes des bords du Rhône aux eaux du Tibre chargées de cadavres.

couronnement Clément V.jpg

Il se concilie les bonne grâces de Philippe le bel

  • En cassant les actes administratifs de Boniface
  • En s'installant à Avignon en 1309
  • En décapitant l'ordre templier au concile de Vienne

Cependant il fait œuvre doctrinale

  • En réprouvant les erreurs des Bégards d'Allemagne et des Béguines sur l'indifférence à l'acte de chair
  • En proscrivant le droit des parfaits à désobéir aux canon de l’Église
  • En légitimant les accréditations des ordres mendiants, notamment de la branche franciscaine

Gisant.jpg

Il meurt à Roquemaure le 20 avril 1314

jeudi, 30 mars 2017

Les Jésuites...

Nous sommes en 1957, en classe de 7 ème, sarraus gris et manchettes sur les avant bras, nous avions comme maitresse, Madame Garichot, surnommée Miss vespa (en exergue ci dessous) à cause de l'engin qu'elle enfourchait pour se déplacer.

St Joseph 1957.jpg

Quel diplôme pouvait elle avoir pour enseigner dans une école libre ? Le brevet, peut être le niveau du bac sans en avoir reçu les lauriers... En tous cas elle n'avait aucun diplôme pédagogique ni de formation à l'enseignement. je n'en dirai pas de même pour les jésuites qui avaient de solides connaissances qu'ils ne cessaient d'approfondir.

 En cette année 1957, nous eûmes l'heur d'être pourvu de bureaux neufs, aussi nous imposa t on d'acheter, pour la protection de ce matériel scolaire, un de ces rouleaux d'un nouveau matériau appelé plastique transparent... Il était épais, il était dur l'hiver puis mou en été. Nous dûmes  recouvrir les bureaux puis pratiquer un trou destiné à l'encrier d'encre violette dans laquelle nous trempions nos plumes sergent major.

 

sergent major.jpg

 C'était l'époque de l'enseignement à coup de pensums : devoirs supplémentaires, lignes à faire à la maison et éventuellement à force de brimades : coup de règles sur les doigts, à genoux les bras en croix, parfois a genoux sur une règle et parfois, expédition illico presto chez ce que nous appelions le préfet des études, une sorte de surveillant général avant l'heure, un cerbère qui était là pour mater les têtes dures.

Cependant sur la photo nous avions pour la plupart le sourire, ce qui revient à dire que toutes ces choses étaient dans l'air du temps

Étrangement nous n'avions pas de cours de catéchisme dans ce collège religieux et on nous foutait royalement la paix sur ce plan là, si ce n'est quelques solennités jésuitiques qui se soldaient par une messe par section ( les petits, les moyens, les grands si je me souviens bien).

echasses.jpg Il faut dire que nos recréations se déroulaient sur des échasses, jeu que tout le monde pratiquait de façon intense. ces prolongements de nos jambes, servaient parfois d'instruments contondants pour régler nos conflits grégaires

 Les cours étaient entrecoupés de séances d'étude où le pion se trouvait sur une estrade haut perché et nous terrorrisait de son regard pénétrant tout auréolé d'une réputation de sanctions plus ou moins imaginaires qui nous glaçaient par leurs seules évocations. Cependant, ce pion avait un coté sympathique, il pratiquait l'aéromodélisme et avait eu la bonne idée de décorer l'étude de ses réalisations... Biplans, bombardiers, double queues, avions de lignes survolaient nos études de grammaires et nos exercices de baignoires qui fuient.

 

père Vidal.jpg Un fois par mois, nous avions un cours de solfège avec le père Vidal qui apportait un étrange harmonium portatif et nasillard qui était censé nous donner le "LA" dans un trémolo d'harmoniques qui nous faisaient frémir... Le soufflet à ressort, actionné irrégulièrement, nous laissait imaginer la longue agonie de l'instrument.

orgue portatif 1.jpg

Ma mère m'inscrivit à la chorale, après les cours vers cinq heures du soir, l'hiver il me fallait rentrer à pied dans le froid et le noir, ce qui ne me plaisait pas trop ! Nous chantions cependant à tue tète « Le vigneron monte a sa vigne... » du franco-helvete, Carlo Boller (cliquez sur l'harmonium pour en entendre une interprétation chorale)

jean françois electricien.jpg

 

Ce qui me plaisait dans cet établissement, c’était la fin d'année avec la fête dans toutes les cours (nous pouvions accéder à la cours des grands que nous admirions par leurs facéties alors que nous redoutions leur témérité) et puis il y avait la distribution des prix et les accessits.. J'en avais bien peu... J'eus tout de même la chance d'être honoré d'un livre qui s'appelait "Jean François électricien" un livre romancé de vulgarisation sur les lois de l'électricité et ses applications, qui ne m'a jamais quitté. Ces jésuites décidément avaient l'esprit pratique.

 

 

 Et puis, il y avait ce fameux théâtre à coté de la piscine... Une vraie scène avec son rideau majestueux, au plafond, un ciel peint, cerné d'une magnifique balustrade de pierre en trompe l’œil, une merveille...

theatre à st joseph 1.jpg

Vous vous rendez compte à cette époque, un théâtre privé !

Les élèves y jouaient des pièces classiques, quelques farces pleines de mystifications qui nous faisaient rire et puis des interprétations des "tubes" du moment c’était bon enfant même si ça se cantonnait la plupart du temps à du Ray Ventura. je me souviendrai toujours d'une "tout va très bien madame la marquise" (cliquez sur le théâtre pour vous remémorer cette pauvre marquise)

L'année suivante, je fus enfermé dans un pensionnat pour 4 ans... une espèce de mort civile que je ne compris jamais !

 

 

mardi, 28 mars 2017

La croix des oiseaux... c'est pas si vieux

Construits dans les années soixante pour subvenir aux besoins de logement, toujours d'actualité, malgré les efforts d'après guerre.

la croix des oiseaux.jpg

Une partie de la population, pourtant favorable au confort "moderne" que l'on trouve dans ce qu'on appellera les tours HLM, s'inquiète néanmoins du style "Manhattan" que prend l'architecture avignonnaise.

L'accent en 1963 tourne à la caricature le devenir de la cité papale (cliquez sur la photo)

Pour faire face à l'insécurité dans le quartier, ces barres seront détruites en 1998

dimanche, 26 mars 2017

25 mars... double anniversaire si on peut dire

25 mars 1347, naissance de Catherine de Sienne qui ramènera comme on le sait le pape avignonnais à Rome en 1377...

Ste Catherine de Sienne édit.jpg

elle meurt à 33 ans en 1380... A trois ans près, Avignon serait restée la capitale de la chrétienté !

 

Benoit XIII.jpg

 

25 mars 1409, Concile de Pise qui doit régler le problème du grand schisme...

 

Il y a trop de Papes !

Grégoire XII à Rome

Benoit XIII à Avignon, notre Pierre de Lune

 

 

 

Convoqués à Pise pour tenter de régler le sérieux problème du Grand Schisme d'Occident, les cardinaux déposent Benoît XIII installé à Avignon et Grégoire XII le romain puis élisent le cardinal de Milan sous le nom d'Alexandre V qui s'installe à Pise...

Mais il y a maintenant trois papes... dans trois villes différentes... ça fait beaucoup ! Qu'en aurait dit notre Catherinette ?

mercredi, 22 mars 2017

50 rue des Fourbisseurs suite...

le bon lait.jpg

De mon jeune temps, je parle fin des années 40, début 50, la boutique du rez de chaussée était ce qu'on appelait "un Bon Lait" elle faisait partie d'un des premiers réseaux de boutiques d'une "grande enseigne" comme on dirait aujourd'hui.

C'était donc une crémerie, elle était tenue par une certaine Madame Richard...  la famille logeait à l'étage.

coiffeur Richard.jpg

Son mari, tenait salon de coiffure vers le 7 de la rue des roues

Aussi, lorsque la pharmacienne du quartier, qui me prenait pour une fille avec mes longs cheveux blonds bouclés d'enfant, celle ci donc me demandant quel était mon prénom,

Je balbutiais -"garçon", 

elle me répondit -"Gaston, quel joli nom !".

Mon père illico presto m'amena chez le père Richard qui me rehaussa de quelques bottins sur ses fauteuils immenses et procéda aux basses œuvres de ma première tonte...

Violon.JPG

 

Les parents se fréquentaient... et quelques fois, le père Richard, qui jouait dans l'orchestre de l'opéra, nous amenait son violon et en tirait quelques morceaux qui m'enchantaient.

Sous ses grands plafonds, l’hôtel de Montaigu reprenait de sa splendeur.

 

 

 Leur fils, si ma mémoire est bonne, est devenu journaliste au Dauphiné Libéré

 

vendredi, 17 mars 2017

Régime maigre... au bagne de Toulon

 "La ration journalière accordée au forçats était de 917 grammes de pain ou de 700 grammes de biscuit, et d'une soupe composée de 120 grammes de fèves, assaisonnée de 33 centigrammes d'huile d'olive et de 10 grammes de sel.

bagne 2.jpg

Les condamnés faisaient 3 repas par jour. On leur délivrait 48 centilitres de vin quand ils étaient sur les travaux. Ils ne recevaient jamais de viande, sauf les invalides qui y avaient droit tous les jours, et les éprouvés, le dimanche seulement, avec addition de légumes verts.

 

essai.jpg

L'habillement du forçat comprenait une chemise de grosse toile écrue, une casaque en moui rouge sans bouton ni collet, un pantalon de drap jaune garni de boutons et ouvert sur les cotés afin de laisser passer les chaînes et de pouvoir les vérifier, d'une paire de gros souliers ferrés et d'un bonnet de laine rouge ou vert, selon que la condamnation était à temps ou à perpétuité.

Sur le bonnet était attaché le numéro du forçats marqué en grands chiffres sur une plaque de fer blanc.

 

Chaque individu était désigné par un numéro car au bagne, il n'y avait plus de nom"  L Mangin

édit.jpg

Règlement pour les condamnés marchands

 

mercredi, 15 mars 2017

La Superbe... Galère pour protestants à Marseille ?

 

Vivonne édit.jpgLettre de Louis XIV au duc de Vivonne, général des galères à Marseille

 

«  Mon cousin ;

ayant égard à la très humble supplication qui m'a été faite de la part du nommé Memet Ilkaya, qui sert actuellement sur ma galère -La Superbe- et ne paraît pas être très valide... mon intention est que vous donniez des ordres pour le faire destacher de la chaîne lorsqu’il aura fourni deux bons turcs à sa place. »

28 décembre 1680

 

galere.jpg

Très intéressant texte royal qui confirme, tout au moins en partie, l'idée reçue que la galère royale la Superbe n'était pas servie que par des protestants condamnés pour leur religion ou enrôlés de force

 

vendredi, 10 mars 2017

9 mars 1309

 gisant marbre  Ph le Bel.jpgEn 1296, Philippe le bel ose soumettre le clergé de France à l’impôt, la décime, pour financer sa guerre contre les flamands.

Le 8 septembre 1303, l’expédition punitive de Guillaume de Nogaret contre le pape dans sa résidence d'Agnani met un terme aux relations pacifiques entre la France et la papauté. Boniface VIII ne se remettra jamais de cette humiliation et meurt un mois plus tard.

Une période transitoire confie les clefs de l'église à Benoit XI...

Philippe le bel obtient finalement l'élection de l’archevêque de Bordeaux, Bertrand de Got, sous le nom de Clément V.

clement V 2.jpg

Il viendra s'installer à Avignon dans le couvent dominicain des frères prêcheurs le 9 mars 1309 afin d'échapper aux troubles politiques romains...

Les dominicains édit.jpg

Nous connaissons la suite, jusqu'à l'intervention de sainte Catherine de Sienne, 68 ans plus tard...

Pour revoir mes notes sur le saccage du couvent des Dominicains, cliquez sur les vignettes ci dessous

269221332.jpg

Les frères prêcheurs 1

 

 

269221332.jpg

Les frères prêcheurs 2

 

269221332.jpg

Les frères prêcheurs 3

 

269221332.jpg

Les frères prêcheurs 4

 

269221332.jpg

 

Les frères prêcheurs 5

 

mardi, 17 janvier 2017

68 ans plus tard

Sur les instances pressantes de Catherine de Sienne, Grégoire XI quitte Avignon le 13 septembre 1376

Il s'installe définitivement à Rome le 17 janvier 1377

Jour de deuil.jpg

Treize cardinaux vont élire à Rome, en septembre 1378, Robert de Genève sous le nom de Clément VII qui réinvestira le Palais d'Avignon

C'est le début du grand schisme

Mais quelle grande période pour Avignon... On en parle encore !

samedi, 27 août 2016

Revue de presse... 27 aout 1944

La Gazette Provençale

La gazette Provençale 27 aout 1944  édit 1.jpg

La gazette Provençale 27 aout 1944 édit 2.jpg

vendredi, 26 août 2016

Revue de presse... 26 aout 1944

La Gazette Provençale

La gazette Provençale 26 aout 1944 édit 1.jpg

La gazette Provençale 26 aout 1944 édit 2.jpg

mercredi, 10 août 2016

Aviation

10 aout 1938...

Ouverture par la compagnie Air France de la ligne Marseille Hong Kong

Hong Kong trajet édit.jpg

"une des plus remarquable ligne du monde...  dans des conditions de parfait confort... 5 jours seulement !"  titrait la presse de l'époque

Dewoitine 338.jpg

Sur le célèbre et mythique trimoteur Dewoitine 338

hong kong.jpg

jeudi, 28 juillet 2016

28 juillet 1900

"La terrible canicule, destructrice de toute énergie, sévit depuis un mois. Avignon est une vaste étuve où l'air devient irrespirable. Dans de pareilles conditions, le moindre effort devient une fatigue; le seul fait de marcher au soleil pendant 100 mètres prend les proportions d'un exploit digne d'Hercule" Journal l'écho du jour 28 juillet 1900

canicule.jpg

jeudi, 14 juillet 2016

Aux sources du Festival 3/3

 G Philippe 1.jpgC'est au cours du V ème festival en 1951 que Gérard Philippe se joint à l'équipe d'Avignon.

L'expérience acquise avait révélé quels pourraient être les rapports entre une compagnie théâtrale et ses spectateurs... 

 

 

 

 

Comment nouer des liens plus étroits avec le public.

rencontre du verger.jpg

Lieu de détente et de vacances, ville accueillante, Avignon facilitait ces échanges dans un climat de liberté familière.

Les jeunes y venait chaque année plus nombreux, se logeant par des moyens de fortune, campant sur les bords du Rhône. Il parut nécessaire d'organiser un accueil pour permettre à ce public neuf de mieux profiter de son séjour et de le lier à la venue du festival.

Ainsi furent créées, en 1955, les rencontres Internationales de Jeunes.

Mille jeunes de tous les pays sont accueillis chaque année dans les lycées de la ville.

Les activités sont organisées autour de deux thèmes : le théâtre, et la découverte de la Provence.

 En 1958, les rencontres Internationales s'étant révélées insuffisantes pour répondre aux centaines de demandes, en particuliers des jeunes français, on ouvrit dans les écoles communales, un centre de jeunes où sont accueillis des jeunes gens et jeunes filles, âgés de 18 à 30 ans.

festival-d-avignon.jpg

Les 600 lits des centres de jeunes ont été insuffisants en 1966 pour répondre aux demandes.

Encadrés, comme les Rencontres Internationales, par les instructeurs des Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Éducation Active, les jeunes peuvent participer chaque jour à des dialogues avec les comédiens, metteurs en scène, musiciens, critiques.

Depuis le dernier festival, un centre de séjour pour le public adulte, installé à la cité scolaire, est venu s'ajouter aux structures d'accueil du festival. Le prix modique de la pension, l'organisation de nombreuses activités qui viennent compléter les spectacles du soir, permettent au vaste public populaire, dont les exigences dans le domaine culturel vont croissantes chaque année, de passer à Avignon des vacances où se mêlent détente, découverte de la Provence, discussions ; joie d'aller ensemble au théâtre.

verger édit.jpg

Le « festivalier » peut aussi se rendre chaque jour à 17 heures dans le calme verger d'urbain V où lui sont présentés des lectures, des concerts, dialogues, matinées poétiques.

C'est donc une vie culturelle intense qui anime Avignon a partir du 15 juillet ; vie culturelle rendue plus intense encore depuis qu'a l'occasion du XV ème anniversaire du festival des assises nouvelles ont été données à cette grand manifestation artistique et culturelle.

M Béjard.jpg

Le XV ème festival voit pour la première fois depuis 1947, trois troupes présentant chacune deux spectacles, participer au festival qui s'est prolongé jusqu'au 13 août, passant de 17 à 30 représentations .

La danse a fait son entrée au palais des papes avec le cie de Maurice Béjart.

Enfin, un deuxième lieu scénique construit devant le palais des vices légats, a accueilli la troupe du théâtre de l'atelier de Villeurbanne.

 

 C'est un nouveau succès puisque 85000 spectateurs soit une moyenne de 2791 par représentation, y assistèrent tandis que 782 manifestations diverses animaient Avignon tout au long de la journée ;

vilar.jpg"Cette volonté de renouvellement, écrit Jean Vilar,indique nettement, me semble t il, notre désir de lier plus étroitement encore l'avenir de nos manifestations au sein d'une culture qui ne peut être renouvelée, après des siècles, que par l'accès à ses trésors du plus grand nombre. La mission reste la même : faire d’Avignon à l'heure du festival un lieu privilégié du loisir populaire et de la réflexion, le rond point accueillant où théâtre et musique, rencontres, débats publics et familiers offrent un attrait supplémentaire aux charmes de la cité et de ses environs, à la noblesse et à l'histoire merveilleuse de ses monuments" Jean Vilar

* illustrations tirées du web