Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 15 août 2014

Chateaurenard...Musée des outils agraires ... rue Jentelin

Exposition jusqu'à fin septembre sur le thème du costume provençal

Costume provençal  XVIII éme.jpgCostume provençal XVIII ème

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Costume provençal  début XIX ème Charles X.jpgCostume provençal du début du XIX ème, époque Charles X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Costume provençal  première moitié XIX ème Louis Philippe.jpgCostume provençal de la première moité du XIX ème, époque Louis Philippe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Costume provençal  1850 de tous les jours.jpgCostume provençal de 1850, tenue de semaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Costume provençal  1860 de tous les jours.jpgCostume provençal de 1860, tenue de semaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Costume provençal  second empire.jpgCostume provençal sous le second empire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Costume provençal  1890.jpgCostume provençal de 1890

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Costume provençal pour la saison froide 1900.jpg

 Costume provençal 1900 en laine pour la saison froide

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Costume provençal  pour la reine d'Arles.jpgLa Reine d'Arles en costume rougeCostume provençal  pour la reine d'Arles détail de l'aumonière.jpg

                                      Détail de l’aumônière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Costume provençal costume dit de Mireillel.jpgCostume dit de Mireille, pour les jeunes filles de moins de 15 ans ...

 

 

... dans l'attente du fameux ruban

 

 

 

 

 

 

 

Costume provençal les enfants.jpg

Sans oublier les enfants, ségur !

costume provençal d'artisan vers 1900.jpg

Un couple d'artisans vers 1900

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Costume provençal  artisane.jpgTenues d'artisanesCostume provençal  artisane 2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Costume provençal  une des représentation actuelle.jpg

Une des présentations traditionnelles du costume provençal tel que voulu par Mistral en 1884

Cependant chaque village, chaque quartier d'une même ville, chaque lieu dit a ses spécificités, tel le costume dit comtadin, la Bastidane des Alpes ou encore celui du Comté de Nice.

Le costume est le plus souvent lié à la richesse du domaine, celui dit arlésien (le plus haut en couleur) peut se retrouver dans des régions éloignées d'Arles en tant que statut social

samedi, 28 juin 2014

Condition des soies... Sixte Isnard... le domaine de la Triade

François Balthazar Sixte Isnard (1793 - 1845) riche négociant en soie, légua sa fortune à la ville d'Avignon, à la condition qu'elle édifie un hospice de bienfaisance "pour les ouvriers taffetassiers, ouvriers garanciers, négociants ruinés et commis négociants malheureux" sur son domaine de la Triade, juste au sud de la voie ferrée.

L'hospice fut inaugurée en 1854. Réquisitionnée par les allemands pendant la seconde guerre mondiale, il servit au logement de 30 familles sinistrées

Sixte Isnard1 édit.jpg

De l'hospice du 19 ème

Le mandat du maire Daladier, élu en 1953, mit l'accent sur la lutte contre les logements insalubres. Il avait la volonté de construire plus de 2000 logements neufs pour répondre à la crise du logement. C'est dans ce contexte que l'on s’intéressa au terrain de l'hospice de Sixte Isnard, abimé en temps de guerre.

Idéalement situé, son parc représentait une réserve foncière très intéressante.

Sixte Isnard édit.jpg

aux immeubles des années 60 *

Le projet de construction d'environ 300 logements fut confié aux architectes Max Bougouin et Albert Conil.

A la place de l'hospice du parc et du château, trois bâtiments de 15 étages, le Ventoux, le Provençal et le Vauclusien, ainsi qu'un bâtiment de 8 étages, le Mistral et un groupe scolaire furent édifiés de 1956 à 1960.

Pour Max Bourgouin, l'industrialisation des procédés de construction n'impliquait pas automatiquement la standardisation.

Dans toutes ses constructions, il a travaillé la"peau du bâtiment" à l'aide de terre cuite, faïence noire et grise, céramique pour modifier la plastique de la façade.

Petit commentaire personnel :

Pour ceux qui ont connu ces années, ils peuvent se souvenir des commentaires des avignonnais face à ces "grattes ciel", construit par un fou, qui ne tiendraient pas le coup si près des vibrations qui ne manqueraient pas de se produire lors du passage des trains du PLM.... Nous avions tort évidemment !

*NB : En cliquant sur la photo aérienne des immeubles des années 60, on peut voir les bâtiments militaires de ce qu'on appelait le"parc des équipages", dépôt et entretien du matériel militaire en cas de mobilisation.

 

Photos et textes de l'exposition

 

 

vendredi, 27 juin 2014

Conditions des soies... expo

 

La Balance en 1965.jpg

Le quartier de la Balance dans les années 60...

...début du "grand chambardement", aux origines de la loi Malraux de 1962 sur les secteurs sauvegardés : Éviter les atteintes aux patrimoines tout en permettant un assainissement des quartiers anciens et leur réhabilitation.

Le tout va bien en 1965.jpg

Le bar "Le tout va bien"

Haltes obligés des avignonnais de retour de promenade sur la Barthelasse ou à Bellevue... Combien de limonades j'y ai ingurgité... Jusqu'à ce qu'il parte en fumée par une douce nuit d'hiver... le matin il n'y avait plus que des cendres... ça a arrangé tout le monde je crois car il gênait dans le décor.

Cliquez sur la photo pour voir le "Tout va bien" alias 'Bar de l'Oulle" au temps de l'octroi et avant la démolition de la porte

Je retrouve une ancienne CP du "bar de L'oulle", contiguë à l’octroi.

Porte de l'oulle.jpg

Le bar de l'oulle

Sans certitude, je crois que la maison de droite était celle de la famille Siaud

Hotel d'europe.jpg

L’Hôtel d'Europe lieu de résidence des célébrités et des gens fortunés

Cliquez sur la photo pour avoir un aperçu en 1904

Publié dans Expo | Lien permanent | Commentaires (0) |

vendredi, 25 avril 2014

Condition des soies... Expo... Le Bon Pasteur

En 1702, Jean Madon de Chateaublanc crée la Maison du Bon Pasteur et des recluses.

L'objectif de cette institution tenue par des religieuses est de "sortir les prostituées du misérable état de péché"...

Couvent du Bon Pasteur.jpg

Les bâtiments et le jardin avant leur destruction

L'établissement, à la fois couvent et maison de redressement, impose aux pénitentes un règlement strict ... prière et travail rythment leur journée.

Le Bon pasteur salle de travail édit.jpg

Discipline et vie de mortification par le travail

Leur spécialité était la broderie comme on peut le voir sur l'image ci dessus et de nombreuses familles avignonnaises passaient commande pour des trousseaux entiers.

La maison du Bon Pasteur était un bâtiment conventuel, sobre, solennel et bien exécuté. Il ne faisait pas l'objet de classement et a été démoli au début des année 80...

Je crois me souvenir qu'il a été bradé pour une bouchée de pain à l'appétit des trusts immobiliers. Le collège de La Salle à proximité qui aurait été intéressé par ces bâtiments n'ayant même pas été informé de la transaction ...

La Bon Pasteur église édit.jpg

L'église : rédemption par la prière...

L'arrière du couvent, coté rue N D des 7 douleurs, nous ramenait au 19 ème siècle, une atmosphère à la Balzac, dans une ruelle étroite bordée de murs... le silence et la paix d'un jardin d'où débordaient les arbres pleins de chants d'oiseaux. Ce sont les riverains qui ont perdu au change....

Pour l'historique, il faut se reporter au Pansier, que nous dit il ?

"La maison des repenties existait depuis le XIII ème siècle et fut complètement réorganisée en 1376 par le pape Grégoire XI qui en changea les règles... elle tomba en complète décadence et dévia même singulièrement de son but primitif puisqu'elle était devenue un couvent où les filles des meilleures familles pouvaient trouver un asile... En 1642 existait une autre maison de filles repenties fondée en 1627 sous le vocable de Sainte Marie l’Égyptienne... mais cette maison n'était qu'un asile où les réfugiées ne passaient que le temps jugé nécessaire pour les ramener dans une voie meilleure. On n'y recevait pas les filles incorrigibles ou condamnées par la justice"

samedi, 12 avril 2014

Le Palais du Roure 6... Expo...

Propriétaires et occupants

Les Baroncelli

Issus d'une famille de banquiers florentins, les Baroncelli poursuivent une activité en Avignon. Ils bénéficient d'une grande notoriété, qui leur vaut des alliances avec les grandes familles de la noblesse locale. En 1514, le Pape les anoblit sous le titre de Seigneurs de Javon. Dès le XVI ème siècle, ils accueillent des hôtes prestigieux, tels que Henri II de Navarre ou Diane de Poitiers. Durant la révolution, les Baroncelli n'émigrent pas et conservent leur hotel.

arbre genealogique des Baroncelli.jpg

L'abandon 1907 - 1918

La transmission de l'essentiel des biens à l'ainé n'étant plus permise depuis la révolution, une succession oblige les Baroncelli à vendre l’hôtel en 1907. C'est mademoiselle Rosine Puy qui se porte acquéreuse, mais le 15 mai 1909, elle cède le bâtiment à la Société Immobilière de Vaucluse, qui le dépouille de sa décoration.

Jeanne de Flandreysys 1919 - 1959

Le Cardonnel Esperandieu Pierre de Montgolfier son petit fils.jpgElle rachète les lieux le 12 avril 1918. la porte toujours ouverte aux gens de culture, elle accueille pendant plusieurs années le peintre belge henri de Groux et le prêtre et poète Louis Le Cardonnel, le poète Léo Largier et le musicien Pablo Casals sont également des familiers.

Ci contre l'abbé le Cardonnel en compagnie d’Émile Espérandieu et de son petit fils Pierre de Montgolfier

Casals.jpg

Casals jouant la première suite de Bach

En 1936, elle épouse le commandant Émile Espérandieu (1857 - 1939), brillant archéologue. Un autre archéologue a ses bureaux au Roure pendant les dernières années de sa vie, Fernand Benoit (1892 - 1969) qui conduit les premières fouilles sous marines, avec la calypso du commandant Cousteau.

Esperandieu en plein travail.jpg

la Ville d'Avignon depuis 1944

le 12 juillet 1944, en pleins bombardements, Jeanne de Flandreysys, veuve et sans enfants, fait donation du Palais du Roure et de toutes ses collections à la ville. un deuxième don, plus important interviendra en 1947.

Madame de Flandreysys continue à gérer les lieux jusqu'à son décès, en 1959. Plusieurs responsables ont assumés depuis la gestion de l'établissement : Joseph Girard, Henriette Dibon, Mireille Bosqui, Sylvain Gagnières, Sabine Barnicaud jusqu'en décembre 2011.

Publié dans Expo | Lien permanent | Commentaires (0) |

mardi, 08 avril 2014

Expo... Darwin ou la Bible

évolution.jpg

Cliquez sur les images ... pour Y réfléchir...

2465594754.jpg

Publié dans Expo | Lien permanent | Commentaires (0) |

samedi, 05 avril 2014

Le Palais du Roure 5... Expo...

Ruines et renaissance du Palais du Roure

1891

Ouverture du magasin Rullière et du bar Horard auquel succède le dancing "Brasserie de Lorraine"

brasserie lorraine collage.jpg

la brasserie Lorraine

11 juillet et 12 septembre 1907

Mise aux enchères du Palais du Roure et acquisition par Mademoiselle Rosine Puy

15 mai 1909

Roure vente.jpgVente par Rosine Puy à la société immobilière de Vaucluse, qui procède à l'arrachement et à la dispersion de toutes les décorations du XVIII ème.

 

 

 

 

12 avril 1918

Acquisition du Palais par Jeanne de Flandreysys qui entame aussitôt sa restauration.

1920 - 1930

Restauration des baies

1922

Démolition des créneaux rajoutés en 1840 et construction d'une terrasse au dessus de l'aile sud

1923 - 1925

Restauration du porche d'entrée, puis de la façade principale située à sa droite.

1926

Démolition de la grande verrière et installation sous la voute d'une grille en fer forgé.

la cour dhonneur et la verrière.jpg

La fameuse verrière

1935

Restauration de la façade au dessus de la devanture Rullière:

"au cours de ma longue carrière d'entrepreneur, je n'ai jamais rencontré d'architecte comparable a celui qui a présidé aux travaux de longue haleine du palais du Roure .../... cet architecte n'est autre que Madame de Flandreysys elle même."

Roure baies Rulliere.jpg

1943

Mise au jour des plafonds peints à caisson daté du XV ème siècle.

plafond peint collage.jpg

1944 - 1947

Donations à la ville du bâtiment et des fonds , effective au décès de madame de Flandreysys en 1959.

1968

Remise en état du sol de la cour et fouilles archéologiques.

Publié dans Expo | Lien permanent | Commentaires (0) |

samedi, 29 mars 2014

Le Palais du Roure 4... Expo...

De l'hôtel de Baroncelli - Javon au Palais du Roure

Fin du XVII ème siècle

Rénovation de l’hôtel entrainant la suppression du crénelage extérieur, de la tour d’escalier et la fermeture des galeries bordant la cour. Construction de l'escalier d'honneur. Installation d'une salle à manger au rez de chaussée et d'appartements d'apparat au premier étage.

1760

Félicien Joseph Pompée de Baroncelli commande des peintures à Joseph François Parrocel pour orner son grand salon. les toiles seront plus tard enchâssées dans les boiseries laquées en rouge et or.

Année 1790

Roure armoiries.jpgPendant la révolution, les armoiries surmontant le portail sont détruites de même que l'aile qui faisait  la jonction avec l’hôtel de Forbin, actuelle préfecture construite sur l'emplacement du collège du Roure. la famille n'est pas dépossédée mais en 1795, le comité révolutionnaire tient ses séances dans l’hôtel de Baroncelli pendant six mois et y loge ses grenadiers.

 

 

Roure blason détruit.jpg

 

 

1840

Construction de créneaux au sommet des façades intérieures de l’hôtel.

Roure crenelage.jpg

1877

Le percement de la rue Viala qui doit assurer la jonction entre la nouvelle rue de la république et la place de la préfecture, fait disparaitre le jardin de l’hôtel de Baroncelli qui se situait au sud.

1891

Transformation de l'ancienne cuisine en chapelle et restauration de la voute.

Roure chapelle.jpg

1891 - 1899

L’hôtel accueille le siège du journal provençal, l’Aïoli, crée par Frédéric Mistral qui nomme Folco de Baroncelli rédacteur en chef. C'est à cette l'époque que Mistral surnomme le lieux Palais du Roure, en référence à l'ancien collège du Roure qui le jouxtait.

journalaioli.jpg

 

Publié dans Expo | Lien permanent | Commentaires (0) |

samedi, 22 mars 2014

Le Palais du Roure 3... Expo...

Connaitre le Roure

XV ème siècle

la taverne de l'Amorier ( du Murier) est déjà mentionnée sur cet emplacement.

30 septembre 1462

Mariage de Pierre Baroncelli et de léonarde de Passis, fille d'Alaman de Passis, propriétaire de la taverne dans laquelle le couple s'installe.

1466

Vente de la taverne par Alaman de Passis

1469

Rachat par Pierre Baroncelli, de la taverne puis des batiments alentours (de 1485 à 1495)

Fin du XV ème siècle

Construction de l’hôtel sur l’emplacement des divers bâtiments acquis. Deux édifices avignonnais  sont contemporains : le Petit Palais et la maison IV de chiffre; de nombreux indices portent à croire que l’hôtel était de facture similaire.

plafond peint collage.jpg

Les plafonds peints

Mai 1501

Julien, fils unique de Pierre Baroncelli, étant mort sans héritier, la demeure est léguées à François Baroncelli, neveu de Pierre. Sa  descendance en conserve la propriété jusqu'en 1907.

salle du premier.jpg

Jusqu'à la fin du XVII ème siècle, la cour possède un puits (dont l'emplacement est toujours visible) et une deuxième tourelle d'escalier dans l'angle nord - ouest (dont la base subsiste dans la cave). Elle est bordée à l'est et à l'ouest d'arcades surmontées d'une galerie (le mur occidental en a conservé les traces). les façades extérieures sont sommées d'un crénelage et de gargouilles.

façade nord du Roure.jpg

Façade crénelée aux doubles tourelles


Publié dans Expo | Lien permanent | Commentaires (0) |

samedi, 15 mars 2014

Le Palais du Roure 2... Expo...

Ceux qui l'ont fait revivre

Jeanne de Flandreysys

Flandresy.jpg

C'est de la volonté de cette belle drômoise que naquit la demeure provençale. La rencontre de Folco de Baroncelli et de Mistral, encourage sa passion pour la culture méridionale.

En 1918, elle saisit l'opportunité d'acheter le palais du Roure. Elle y entame aussitôt les restaurations nécessaires, y place ses collections et son importante bibliothèque méridionales et accueille écrivains,peintres et musiciens.

En 1936 elle épouse Esperandieu, grand archéologue, membre de l'Institut, fouilleur d'Alésia. (cliquez sur son portrait pour voir les 2 époux)

Elle décède le 15 Mai 1959, laissant le souvenir de sa culture, de son énergie et de sa volonté.

NB : Une note plus explicite sera prochainement éditée sur Jeanne

Folco de Baroncelli, Lou Marquès (1869 - 1943)

Baroncelli.jpgHabitant avec sa famille la demeure avignonnaise de ses ancêtres à partir de 1866, il fréquente les félibres. Mistral lui confie la rédaction en chef de L’Aïoli, journal littéraire provençal

En 1895, Folco quitte Avignon pour la Camargue, où il devient manadier,  Créateur de la nation gardiane, il est reconnu aujourd'hui comme le père  de la perpétuation de l'identité camarguaise. Grand défenseur des  minorités, il rencontre les Sioux du cirque de Buffalo Bill qui le surnomme "oiseau fidèle". (Cliquez sur son portrait pour voir les sioux du cirque Buffalo Bill)

Jeanne le rencontre en 1908, en Camargue, sur le tournage de "Mireille". Ils se lient d'une amitié durable et Jeanne lui réservera un appartement dans la demeure de ces ancêtres. Il s'éteint le 15 décembre 1943; sa dépouille est veillée dans la chapelle du palais où son cœur est déposé.


NB : Une note plus explicite sera prochainement éditée sur Folco

Frédéric Mistral

Mistral flandreysys.jpgInvesti dès son plus jeune age dans la défense de la culture provençale, il fonde en 1854 le Félibrige avec 8 de ses amis. Mireio, sa première œuvre magistrale, est imprimée en 1859 sur la presse que Jeanne de Flandreysys acquiert en 1930.

En 1900 Jeanne fait l'acquisition de quantité de documents sur la vie provençale . En 1906, elle en fait don au musée Arlaten récemment crée par Mistral, quelle rencontre à cette occasion. En 1906, elle permet la première publication des mémoires et récits de Mistral, dans le supplément littéraire du Figaro, où elle est journaliste; en remerciement le poète lui en offre les écrits originaux.

Décédé en 1914, Mistral poursuit son existence au Roureà travers l'admiration que Jeanne lui porte. Ainsi, apprenant en 1925 que la patache (diligence) de Maillane, jadis empruntée par le poète, allait être vendue à une compagnie cinématographique pour être brulée lors d'un tournage, Jeanne put sauver cette relique.

nobellitterature Mistral 1904.jpg

Médaille du prix Nobel de littérature reçu par Mistral en 1904


Textes inspirés et Photos tirées de l'exposition

mercredi, 12 mars 2014

Musée Requien... suite de ma note du 7 mars

Avant que vous n'y alliez faire un tour...

cliquez requien.jpg

... pour approfondir la question

Publié dans Expo | Lien permanent | Commentaires (0) |

samedi, 08 mars 2014

Le Palais du Roure 1... Expo...

Une demeure d'atmosphère

Roure la patache de Mistral.jpg

 

Expression du rêve de Jeanne Flandresy, le palais du Roure, palais italien fut sauvé de la ruine et certainement de la destruction par notre "abbesse provençale".

Ci contre la "patache" de Maillane

 

 

Lieu de mémoire, dernier refuge d'une collection dédiée aux usages provençaux, à la langue.

Roure Le salon aux toiles peintes.jpg

Le salon aux toiles peintes

Sa cour intérieure en forme de cloître (on distingue encore des voutes en ogives) force au silence et à la méditation... la collection unique de cloches ajoute à cette atmosphère monacale et studieuse

Conservatoire de legs privés, il offre à la vue des ses visiteurs une image fidèle du vécu et des traditions provençales.

Roure Manuscrit de Mistral.jpg

manuscrit de Mistral

Roure ex voto saton collage.jpg

Textes inspirés et Photos tirées de l'exposition

Publié dans Expo | Lien permanent | Commentaires (0) |

samedi, 15 février 2014

Condition des soies... La réglisserie Florent

relisee florent boite.jpgConstruite en 1854 selon les principes patronaux des phalanstères chers à Charles Fourrier, elle demeurera un fleuron de l'industrie vauclusienne durant tout le 19 ème siècle

Paul Florent, patron "philanthrope" emploie des paysans ouvriers qu'il loge et maintient à proximité de l'usine pour avoir un personnel dévolu et disponible.

(Cliquez sur la boite pour avoir un aperçu du phalanstère)

les ouvriers ont leur propres logements, souvent un carré de terre à cultiver et une "protection patronale" "socio médicale".

réglisserie Florent 1.jpg

Au temps de sa splendeur

réglisse baton.jpgLes plus anciens se rappelleront de leur petits achats sur le chemin de l'école, au Portail Peint à la Royale, rue Thiers chez la mère Royer ou chez Fargier cette alimentation qui faisait l'angle de la rue du roi René et de la rue Collège de la Croix... Bâton de réglisse, réglisse noir torsadé (on s'en mettait de partout), délicieux petits cubes de réglisse couleurs mastic, encore tout tendres et tout frais, puis plus tard, réglisse en rouleau avec comme amélioration un bonbon à la menthe qui en marquait le centre...

réglisserie Florent 2.jpg

Les machines...

Cliquez sur les images pour les agrandir

Leur domaine de prédilection, c'était la réglisse sous toutes ses formes mais ils participèrent aux expériences de culture de la menthe dans la plaine du Comtat (revoir ma note du 27 sept 2013)  avec des spécialités qui ont encore cours de nos jours, notamment le célèbre alcool de menthe !

Ces produits sont maintenant élaborées à Pont de Charrettes près d'Uzès par  le groupe Riclès Zan qui a racheté l'usine et les process de fabrication à la fin des années 80... Business et modernité obligent !

samedi, 08 février 2014

Condition des soies... Art nouveau ou art déco

Le style Art Déco qui s'est développé au cours des années 20, se caractérise par l'utilisation de formes géométriques à la fois pures et dynamiques

Condition des soies Cinéma Le Capitole rue Porquery de Boisserin édit.jpg

Cinéma le Capitole Rue Pourquerie de boisserin

cliquez sur l'image pour l'agrandir

Condition des soies Cinéma Le Palace Cours Jean Jaurès édit.jpg

Cinéma le Palace Cours Jean Jaurès

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Condition des soies Immeuble Place Jérusalem édit.jpg

Immeuble Place Jérusalem

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Condition des soies maison rue Roux Renard édit.jpg

Maison rue Roux Renard

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Condition des soies Immeuble rue Guilluame Puy édit.jpg

Immeuble rue Guillaume Puy

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Condition des soies Maison avenue Monclar édit.jpg

Maison avenue Monclar

Cliquez sur l’image pour l'agrandir

Le style Art nouveau qui s'est développé à la fin du XIX ème siècle, se caractérise par 'emploi des courbes, l’exubérance et l’utilisation de motifs floraux

Condition des soies Maison avenue Monclar 1 édit.jpg

Maison du début de l'avenue Monclar (certainement la plus belle)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Condition des soies Maison rue Guilluame Puy édit.jpg

Publié dans Expo | Lien permanent | Commentaires (0) |

jeudi, 30 janvier 2014

Condition des soies... La vie de Chateau

A Avignon on parlait de "Château" pour désigner une demeure bourgeoise extra muros

Chateaux plan édit.jpg

Chateau Brignan Montfavet.jpg

Château Brignan à Montfavet

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Paul_Arene_-_Le_pot_de_miel.jpg

 

Propriété de la famille Alphandéry, en dehors de l'homme politique, la famille est surtout connue à Avignon pour son miel (cliquez sur les ruches) et la publication de "la gazette apicole"

 

Chateau de la Cantonne.jpg

Château de la Cantonne à Montfavet

Ce domaine appartenait à Mme Louise Toulouse née Revol, veuve en premières noces de Jean Joseph Reynier, aubergiste rue du rempart du Rhône à Avignon. Victime de noyade à 21 ans alors qu'il se baignait dans la Durance... Jean Joseph était surnommé Canton... Actuellement propriété de la mairie, il abrite la bibliothèque municipale, dans son parc ce déroule les festivités communales telle la fête des foins

Cliquez sur l’image pour l'agrandir

Chateau de la Durette Montfavet édit.jpg

Château de la Durette à Montfavet

1790 route de Marseille

Époque : 18e siècle. Le domaine est acquis en 1748 par un marchand de soie, Pierre Duret, qui a fait construire la maison de maître.

Façades, et toiture de la maison de maitre et des anciens communs, chapelle, parc,cour des anciens communs, murs de clôture et leurs portails sont protégés au titre des monuments historiques



Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Chateau de la Queyrelle Montfavet édit.jpg

Château de la Queyrelle à Montfavet

1158 route de Marseille

La construction de l'édifice date probablement de 1774 (date inscrite sur le portail) pour le marchand de soie avignonnais Jean-Jacques Queyreau.

En 1893, acquisition par la mère de l'archéologue Fernand Benoit, dont de nombreux souvenirs sont conservés dans la maison.

Maison représentative des maisons de campagne de la périphérie avignonnaise. Accès par une allée plantée de platanes.
Les Façades et toitures de la maison de maître et au rez-de-chaussée le vestibule d'entrée, le salon traversant et la salle à manger ainsi que l'escalier avec sa rampe en fer forgé, les façades et toitures des bâtiments ménagers, les murs de clôture et leurs portails, le jardin de verdure, l'allée plantée de platanes sont inscrits par arrêté du 27 juin 1996


Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Chateau de la Montagne Montfavet édit.jpg

Château de la Montagne Montfavet

Ancien château fort du XII ème siècle

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Chateau de Mérignargues Montfavet édit.jpg

Château de Mérignargues Montfavet

2 avenue de la Pinède

En 1833, Placido Bruno Valayer, évêque de Verdun, acheta à Jospeh Agricol Mestre, la propriété qui longeait le chemin du saule et fait construire ce château en 1840. Jules de Mérignargues de Caissargues en fit l’acquisition en 1877.

Depuis 1994 la bâtisse appartient au Centre hospitalier de Montfavet et  abrite la section pour enfants adolescents.

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Chateau St Ange Montfavet édit.jpg

Château St Ange Montfavet

1001 Chemin St Ange

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

grimau meissonnier.jpg

 Institution Grimmaux Meissonnier, fondée en 1869 par l'abbé Grimaux, institution pour sourds muets, bègues et anormaux des deux sexes... Centre de commandement de la Lutwaffe en 1944... actuellement institut médico-éducatif

Cliquez sur la vignette pour l'agrandir

Chateau St Paul Montfavet édit.jpg

Château St Paul Montfavet aujourd'hui disparu

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Villla St André Montfavet édit.jpg

Villa St André Montfavet

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Chateau de Courtine Avignon édit.jpg

Château de Courtine Avignon

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Avant qu'il ne soit défiguré par des "améliorations modernes "... et avant qu'il ne devienne une résidence de luxe associée à un golf...

Il faudra jouer avec des boules de pétanques les jours de Mistral !

Voici ce qu'il est devenu (photo la Provence) cliquez ici.jpg

 

 

 

villa montplaisir montfavet.jpg

Villa Mon plaisir en 1908

Ajout personnel ne faisant pas partie de l'expo

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

On aurait pu y ajouter le château de la Préfète... Mais je vous en parlerai au travers de lointains souvenirs... à suivre donc

Publié dans Expo | Lien permanent | Commentaires (0) |